endetter

 

définitions

endetter ​​​ verbe transitif

Engager dans des dettes. L'achat de son appartement l'a endetté. —  pronominal Contracter des dettes. S'endetter en achetant à crédit. —  au participe passé Elle est très endettée.
 

conjugaison

actif

indicatif

présent

j'endette

tu endettes

il endette / elle endette

nous endettons

vous endettez

ils endettent / elles endettent

imparfait

j'endettais

tu endettais

il endettait / elle endettait

nous endettions

vous endettiez

ils endettaient / elles endettaient

passé simple

j'endettai

tu endettas

il endetta / elle endetta

nous endettâmes

vous endettâtes

ils endettèrent / elles endettèrent

futur simple

j'endetterai

tu endetteras

il endettera / elle endettera

nous endetterons

vous endetterez

ils endetteront / elles endetteront

 

exemples

Ces exemples proviennent de sources externes non révisées par Le Robert. N'hésitez pas à nous signaler tout contenu inapproprié. En savoir plus.
Avant d'élaborer le contrat permettant la construction du nouveau parlement, on doit vérifier son capital et ne pas s'endetter avec des montants énormes.Europarl
On ne peut continuer indéfiniment à s'endetter de plus en plus.Europarl
En définitive, il a dit que nous devrions recommencer à nous endetter.Europarl
L'idée que cette enfant pouvait s'endetter, l'accablait comme d'une honte personnelle.Émile Zola (1840-1902)
Il appartient toujours aux lois nationales de limiter la mesure dans laquelle les fonds peuvent s'endetter, et cela signifie également que nous ne tirons pas les leçons de la crise.Europarl
Il s'agit donc de s'endetter pour rembourser la dette.Europarl
Endetter encore un peu plus le contribuable grec est non seulement inutile mais aussi totalement contre-productif.Europarl
Tous firent à cette occasion des dépenses considérables ; et plusieurs, pour y subvenir, furent obligés de s'endetter.Charles Athanase Walckenaer (1771-1852)
Sa femme ne s'en plaignait point, elle lui reprochait uniquement de rentrer plus maussade ; car il avait une déveine extraordinaire, il finissait par s'endetter.Émile Zola (1840-1902)
Endetter ma fille envers moi, c'était un rêve sublime, fou, qui m'enivrait.Louis Ulbach (1822-1889)
Elle peut tout faire : le tromper, se vendre et s'endetter.Napoléon Bonaparte (1769-1821)
Tâche, mon enfant, de ne pas t'endetter jusque-là, car nous aurions un arriéré dont nous ne pourrions peut-être pas sortir.George Sand (1804-1876)
Cela n'est pas le cas au niveau européen, car heureusement, nous ne sommes pas autorisés à nous endetter.Europarl
Quiconque s’endette pour le plaisir de s’endetter brade l’avenir.Europarl
J'hésite à m'endetter, mais les camarades m'y poussent...Jules Vallès (1832-1885)
Ils commencent à s'enivrer, à se livrer à la débauche, à s'endetter.Émile de Laveleye (1822-1892)
Cet idéal le conduisit, pour faire comme les autres « hommes comme il faut », à jouer, à s'endetter stupidement et à se débaucher tout à fait.Romain Rolland (1866-1944)
Les jeunes agriculteurs profiteraient de prêts à intérêt réduit qui leur permettraient de concrétiser leurs projets sans risquer de s'endetter lourdement.Europarl
Quand il n'y a plus rien eu à la maison que le lit sur lequel il était couché, il a bien fallu s'endetter.Zulma Carraud (1796-1889)
Afficher toutRéduire
 

définition ancienne (17e siècle)

Ces définitions sont issues du Dictionnaire universel de Furetière, publié en 1690. Il convient de les replacer dans le contexte historique et sociétal dans lequel elles ont été rédigées. En savoir plus.

Définition de « ENDETTER » v. act.

Contracter une dette. Il s'employe ordinairement avec le pronom personnel. Les emprunts continuels qu'il fait l'ont fort endetté. Il s'est fort endetté à donner des charges à ses enfans, à pourvoir ses filles en mariage. Ce mot vient du Latin debitum.
 
ENDETTÉ, ÉE. part. Un homme endetté trouve difficilement à se marier.
Le Top 10 des mots les plus étonnants Top 10 des mots qui ont un sens différent au Canada Top 10 des mots qui ont un sens différent au Canada

La langue française varie selon les différentes régions du monde. Certains mots et expressions sont employés seulement en France, en Belgique, en Suisse, en Afrique ou au Canada : on parle alors de francismes, de belgicismes, d’helvétismes, d’africanismes et de canadianismes (ou de québécismes pour ceux qui concernent uniquement le Québec). Il arrive aussi qu’un même mot ait des sens différents selon les pays, ce qui peut causer bien des malentendus ! Voici quelques exemples avec nos dix canadianismes sémantiques favoris.

Édouard Trouillez 23/05/2020