étouffé

 

définitions

étouffé ​​​ , étouffée ​​​ adjectif

Asphyxié par étouffement. Il est mort étouffé.
(son) Affaibli. Des bruits étouffés.
 

synonymes

étouffé, étouffée adjectif

assourdi, faible, sourd

 

exemples

Ces exemples proviennent de sources externes non révisées par Le Robert. N'hésitez pas à nous signaler tout contenu inapproprié. En savoir plus.
Tout à coup un bruit à la fois sourd et pesant, comme celui d'un corps qui tombe, retentit au-dessus de sa tête... il lui sembla même entendre un gémissement étouffé.Eugène Sue (1804-1857)
Pour consoler le prince, on lui dit qu'il reviendrait un jour ; mais se persuadant qu'on l'avait étouffé dans la foule, il en eut beaucoup de chagrin.Alcide de Beauchesne (1800-1873)
Le cri plaintif qui t'échappa en recevant ce conseil de prudence fut aussitôt étouffé par les embrassements de notre ami...George Sand (1804-1876)
Voulait-on réduire un homme à l'impuissance, une femme à la stérilité, on leur versait du vin dans lequel on avait étouffé un surmulet.Paul Lacroix (1806-1884)
Ils ont étouffé et démenti l’affaire durant tellement longtemps qu’ils n’ont eu d’autre choix que de continuer à le faire.Europarl
Je n'avais employé aucune des précautions que prennent les ramoneurs ; je faillis être étouffé par la poussière de la suie.Henri Masers de Latude (1725-1805)
Puis, tout meurtri, à demi étouffé, hors d'état de rugir, il fut déposé à la porte de la maison.Jules Verne (1828-1905)
Il ressemblait au gémissement étouffé d'une personne affligée ; mais ce n'était pas cela, car il était trop régulier et trop répété.Charles Dickens (1812-1870), traduction Alfred des Essarts (1811-1893)
Elle se dirigea d'un pas étouffé et rapide vers la tour de l'hôtel de la reine.Michel Zévaco (1860-1918)
Il y a d'ailleurs chez tout écrivain un sentiment difficilement étouffé qui le porte à l'admiration du beau moral.Honoré de Balzac (1799-1850)
L'ombre envahissait l'intérieur poudreux et étouffé de la petite chambre où se terminait cette longue série d'évocations dont plus d'une avait été douloureuse.Eugène Fromentin (1820-1876)
Mais il restait enfant d'esprit, ignorant, niais, étouffé par ces deux jupes et ce vieil homme aimable qui n'était plus du siècle.Guy de Maupassant (1850-1893)
Ce n'était plus alors qu'une tradition expirante ; le principe de cet art était étouffé sous l'enveloppe la plus compliquée sans motifs, la plus surchargée de « détails sans signification ».Eugène Viollet-le-Duc (1814-1879)
Il y a jusqu'au fracas étrangement mat et étouffé de cette volée de coups assénés à la défilade qui les a mis en liesse.Georges Eekhoud (1854-1927)
J'entendis un soupir s'exhaler, un autre lui répondre : après, ce fut un cri, un cri étouffé et les deux femmes restèrent immobiles.Alfred de Musset (1810-1857)
Elle avait dit comme un ange ce petit rôle d'enfant, rôle étouffé bien vite sous le bruit des danses qui l'avaient suivi.Mademoiselle Mars (1779-1847)
Aussitôt assis, je crus entendre un soupir – ou un éclat de rire étouffé dans l'air qui m'environnait.Paul Féval (1816-1887)
Le bon naturel, qui se vante d'être toujours sensible, est dans la moindre occasion étouffé par l'intérêt.François de La Rochefoucauld (1613-1680)
On sent que dans ce pays les tendres passions auraient promptement étouffé les passions héroïques, si l'amour, pour être véritable, n'avait pas toujours besoin d'être accompagné de la gloire.Jules Lemaître (1853-1914)
Puis il tourna la tête et se précipita à grands pas sous l'escalier, étouffé de sanglots.Victor Hugo (1802-1885)
Afficher toutRéduire
Les mots croisés du Robert Les mots du voyageur Les mots du voyageur

En attendant de pouvoir explorer de lointaines contrées, voyagez avec les mots-croisés du Robert... Une nouvelle grille thématique à découvrir ici !

10/06/2020