assourdir

 

définitions

assourdir ​​​ verbe transitif

Causer une surdité passagère ; rendre comme sourd. ➙ assourdissant ; → casser les oreilles.
au figuré Fatiguer par trop de bruit, de paroles.
Rendre moins sonore. ➙ amortir. Un tapis assourdit les pas. —  au participe passé Des sons assourdis. ➙ sourdine.
 

conjugaison

actif

indicatif

présent

j'assourdis

tu assourdis

il assourdit / elle assourdit

nous assourdissons

vous assourdissez

ils assourdissent / elles assourdissent

imparfait

j'assourdissais

tu assourdissais

il assourdissait / elle assourdissait

nous assourdissions

vous assourdissiez

ils assourdissaient / elles assourdissaient

passé simple

j'assourdis

tu assourdis

il assourdit / elle assourdit

nous assourdîmes

vous assourdîtes

ils assourdirent / elles assourdirent

futur simple

j'assourdirai

tu assourdiras

il assourdira / elle assourdira

nous assourdirons

vous assourdirez

ils assourdiront / elles assourdiront

 

synonymes

assourdi, assourdie adjectif

en sourdine, sourd

atténué, étouffé, feutré, voilé

assourdir verbe transitif

amortir, atténuer, étouffer, feutrer

assommer, casser les oreilles à (familier)

 

exemples

Ces exemples proviennent de sources externes non révisées par Le Robert. N'hésitez pas à nous signaler tout contenu inapproprié. En savoir plus.
Celui-ci lut alors à voix haute ce qui suit, sans pouvoir empêcher pourtant le dédain et la colère d'assourdir sa voix.Joseph Marmette (1844-1895)
L'atmosphère était si pesante qu'elle semblait assourdir les bruits mêmes du dehors.Léon Séché (1848-1914)
En même temps, c'étaient de longs roulements comme ceux du tonnerre, des sifflements aigus, des grondements à assourdir.Augustine Fouillée (1833-1923)
La patrouille poursuivit sa route ; on entendit s'assourdir le bruit des pas qui s'éloignaient, et le murmure des voix qui allait s'affaiblissant.Alexandre Dumas (père) (1802-1870)
Un vent violent qui secouait les arbres du jardin, me dispensait d'assourdir mon pas faisant craquer le sable du jardin.Eugène Chavette (1827-1902)
Les gamins, cette poussière de la population que soulève tout événement éclos dans la rue, venaient tourbillonner autour de lui et l'assourdir de leurs hourras.Claude Tillier (1801-1844)
Alors, on put reconnaître qu'il n'avait exagéré ni son savoir-faire ni l'efficacité de ses précautions pour assourdir l'opération.Émile Gaboriau (1832-1873)
Dans mon trou, j'entendis quelques chuchotements, puis la porte s'ouvrit et, si grand soin qu'il prît d'assourdir sa marche, il me fut facile de deviner que le géant s'éloignait.Eugène Chavette (1827-1902)
Toutes les mesures seraient prises pour organiser le silence : on aurait soin d'assourdir et d'ouater tous les ressorts prêts à entrer en jeu.Albert Vandal (1853-1910)
Elle avait caché là sa tête afin d'assourdir ses horribles cris, obéissant à une invincible pudeur : c'étaient des sanglots, des pleurs d'enfant, mais plus pénétrants, plus plaintifs.Honoré de Balzac (1799-1850)
Elle s'en éveilla peu, noua ses cheveux sur ses oreilles pour s'assourdir, et se remit à contempler à genoux l'objet inanimé qu'elle adorait ainsi depuis quinze ans.Victor Hugo (1802-1885)
Afficher toutRéduire
 

définition ancienne (17e siècle)

Ces définitions sont issues du Dictionnaire universel de Furetière, publié en 1690. Il convient de les replacer dans le contexte historique et sociétal dans lequel elles ont été rédigées. En savoir plus.

Définition de « ASSOURDIR » verb. act.

Rendre sourd, ou devenir sourd. On dit que le bruit des Cataractes du Nil assourdit les peuples des environs. ceux qui ont quelque dureté d'oreille s'assourdissent tous les jours en vieillissant. les instruments de Musique s'assourdissent en bouchant une partie de leurs lumieres ou ouvertures, c'est à dire, font moins de bruit. Ce mot vient de surdus, sourd.
 
ASSOURDI, IE. part. pass. & adj.
Le mot du jour Sauvageon, ensauvager, ensauvagement… Les mots d’une société inquiète Sauvageon, ensauvager, ensauvagement… Les mots d’une société inquiète

L’emploi des mots de la famille de sauvage pour décrire des problèmes de sécurité fait aujourd’hui polémique. Si le rôle des linguistes et des lexicographes n’est pas de se prononcer ni de porter un jugement, l’analyse des choix lexicaux des personnalités publiques peut être révélatrice des préoccupations de notre époque.

Édouard Trouillez 17/09/2020