étriller

définitions

étriller ​​​ verbe transitif

Frotter, nettoyer (un animal) avec une étrille.
au figuré, vieux Battre.
Critiquer violemment.

conjugaison

actif

indicatif

présent

j'étrille

tu étrilles

il étrille / elle étrille

nous étrillons

vous étrillez

ils étrillent / elles étrillent

imparfait

j'étrillais

tu étrillais

il étrillait / elle étrillait

nous étrillions

vous étrilliez

ils étrillaient / elles étrillaient

passé simple

j'étrillai

tu étrillas

il étrilla / elle étrilla

nous étrillâmes

vous étrillâtes

ils étrillèrent / elles étrillèrent

futur simple

j'étrillerai

tu étrilleras

il étrillera / elle étrillera

nous étrillerons

vous étrillerez

ils étrilleront / elles étrilleront

synonymes

exemples

Ces exemples proviennent de sources externes non révisées par Le Robert. N'hésitez pas à nous signaler tout contenu inapproprié. En savoir plus.
Swartboy était près de lui, tenant son tison, qui flamboyait avec un nouvel éclat depuis qu'il s'en était servi pour étriller une hyène affamée.Mayne Reid (1818-1883), traduction Émile Gigault de La Bédollière (1812-1883)
On leur donnait à fendre du bois et à étriller des mulets.Gustave Flaubert (1821-1880)
Il sera possible de l'écrire quand on ne sera plus étranglé par des considérations de famille et quand on pourra étriller ses contemporains.Gustave Coquiot (1865-1926)
Il faut les étriller souvent pour leur faire comprendre quelque chose.Jean-Louis-Ebenézer Reynier (1771-1814) et Alexandre Berthier (1753-1815)
Si je te trouve jamais céans, je te ferai étriller de sorte que tu ne t'avisera de ta vie de faire des flatteries comme celle-là, pour qu'il t'en souvienne.Gédéon Tallemant des Réaux (1619-1690)
Vous ne savez donc pas ferrer un cheval, le panser et l'étriller ?Walter Scott (1771-1832), traduction Auguste-Jean-Baptiste Defauconpret (1767-1843)
Ils considèrent surtout comme une bonne fortune toute occasion d'étriller un boulanger ou un cordonnier.Paul Sébillot (1843-1918)
Il a coutume toutes les nuits de se lever de son lit, et, tout en dormant, d'étriller ses chevaux ; après quoi il se recouche.Alain-René Le Sage (1668-1747)
Pourquoi passer deux heures et demie à s'étriller, quand il suffit d'entrer un quart d'heure dans un bain, de se peigner en deux temps, et de se vêtir ?Honoré de Balzac (1799-1850)
Ensuite nous pourrons nous étriller à coups de sacs tout à l'aise, sans nous écorcher seulement la peau.Miguel de Cervantès Saavedra (1547-1616), traduction Louis Viardot (1800-1883)
Planchet, tout ébahi, était en train de les étriller, et avait déjà fini avec deux d'entre eux.Alexandre Dumas (père) (1802-1870)
Afficher toutRéduire

définition ancienne (17e siècle)

Ces définitions sont issues du Dictionnaire universel de Furetière, publié en 1690. Il convient de les replacer dans le contexte historique et sociétal dans lequel elles ont été rédigées. En savoir plus.

Définition de « ESTRILLER » v. act.

Penser un cheval avec l'estrille. Un cheval qu'on n'estrille pas deperit fort.
 
ESTRILLER, se dit figurément de l'homme qui se fait frotter & decrasser, quand il est en sueur. Il est allé joüer à la paulme, pour se faire ensuite bien frotter & estriller.
 
ESTRILLER, signifie aussi, Battre bien quelqu'un, le ruiner. On a pris un couppeur de bourse sur le fait, il a esté bien estrillé, bien battu par le peuple. Les ennemis furent bien estrillez au temps de cette bataille. Il a voulu joüer contre ces filous, il a esté bien estrillé.
 
ESTRILLÉ, ÉE. part. pass. & adj.
Le mot du jour Vous avez dit « séparatistes » ? Vous avez dit « séparatistes » ?

Septembre 2020, le gouvernement annonce un projet de loi contre le séparatisme ; un mois plus tard, le mot disparaît officiellement du texte proposé. Et pour cause : comment définir rigoureusement des « séparatistes » ?

Maria Candea 03/11/2020