friser

 

définitions

friser ​​​ verbe

verbe transitif
Mettre en boucles (des cheveux, poils, fibres, etc.). ➙ boucler. Fer à friser.
Passer au ras de, effleurer. ➙ frôler, raser.
Approcher de très près. Elle frise la soixantaine. Cela frise le ridicule.
verbe intransitif Être ou devenir frisé. Ses cheveux frisent naturellement.
 

conjugaison

actif

indicatif

présent

je frise

tu frises

il frise / elle frise

nous frisons

vous frisez

ils frisent / elles frisent

imparfait

je frisais

tu frisais

il frisait / elle frisait

nous frisions

vous frisiez

ils frisaient / elles frisaient

passé simple

je frisai

tu frisas

il frisa / elle frisa

nous frisâmes

vous frisâtes

ils frisèrent / elles frisèrent

futur simple

je friserai

tu friseras

il frisera / elle frisera

nous friserons

vous friserez

ils friseront / elles friseront

 

synonymes

 

exemples

Ces exemples proviennent de sources externes non révisées par Le Robert. N'hésitez pas à nous signaler tout contenu inapproprié. En savoir plus.
Tu veux de fin drap noir, des escarpins vernis, te friser, te mettre dans tes boucles de l'huile qui sent bon, plaire aux créatures, être joli.Victor Hugo (1802-1885)
Les yeux baissés, elle s'était remise à friser les poils de la peau d'ours.Émile Zola (1840-1902)
Pendant que tu roules entre tes doigts, pour la friser, cette boucle de cheveux, elle devient blanche.Alphonse Karr (1808-1890)
Tony souriait et feignait de friser sa moustache absente.Pierre Ponson du Terrail (1829-1871)
Puis, par les soins de la femme de chambre, toutes deux s'étaient vu peigner et friser.René Boylesve (1867-1926)
Ses abondants et fins cheveux blonds, il les fit friser, parfumer, ruisseler en boucles brillantes.Honoré de Balzac (1799-1850)
La coiffure languit, le cheveu dépérit, le fer à friser dort inutile sur les tisons refroidis.George Sand (1804-1876)
Elle ignorait qu'il y eût des fards, des parfums et des cosmétiques, et des voiles transparents et des fers à friser.Pierre Louÿs (1870-1925)
Moi, quand il va faire beau, j'ai les poils du bras qui se mettent à friser.Michel Corday (1869-1937)
Un coiffeur allait tous les matins friser et poudrer ses longs cheveux.Alphonse Esquiros (1812-1876)
Il cherchait d'instinct quelque chose à friser au coin de sa lèvre.Paul Féval (1816-1887)
Il venait d'exprimer laconiquement ce désir sur un petit morceau de papier, lorsque son valet de chambre entra pour lui friser les cheveux.Johann Wolfgang Goethe (1749-1832), traduction Aloïse Christine de Carlowitz (1797-1863)
La vicomtesse affectait de pousser ce sans-gêne aussi loin qu'il était possible, et de friser le mauvais ton dans son enjouement avec une mesure toujours exquise.George Sand (1804-1876)
Vous me faites même un peu l'effet de friser l'hypocondrie ; vous êtes heureusement assez jeune pour la combattre et vous en distraire.George Sand (1804-1876)
Le premier, sous prétexte de me friser, avoit le privilége d'entrer familiérement dans ma chambre quand il vouloit.Louis-Charles Fougeret de Monbron (1706-1761)
Il fallut parer les avirons de quinze pieds pour gagner le vent, que l'on voyait friser la mer hors de l'abri de l'île.Marc Elder (1884-1933)
Plus brun que son aîné, il ne portait, comme lui, que la moustache– une petite moustache de chat, dont les pointes n'ignoraient point le fer à friser.Daniel Lesueur (1854-1921)
Il avançait à peine, abrité du vent ; il glissait imperceptiblement, sans friser l'eau si limpide qu'on voyait les dessous de la coque, aplatis par la réfraction.Marc Elder (1884-1933)
Il devait bien friser la quarantaine, sinon la dépasser, c'est égal, c'était toujours un chérubin pour la gaieté et la folie.Paul Féval (1816-1887)
Elle avait, dans son inquiétude, oublié de friser ses cheveux jaunes dont les mèches, amaigries déjà, étaient mal retenues par le peigne.Paul Bourget (1852-1935)
Afficher toutRéduire
 

définition ancienne (17e siècle)

Ces définitions sont issues du Dictionnaire universel de Furetière, publié en 1690. Il convient de les replacer dans le contexte historique et sociétal dans lequel elles ont été rédigées. En savoir plus.

Définition de « FRISER » v. act.

Rendre crespu, inégal. Cette ratine n'est pas assez frisée. ce drap d'or est plus riche quand il est frisé.
 
FRISER, se dit plus particulierement des cheveux qu'on fait tenir en boucles ou par anneaux avec des fers, des gommes, ou des papillottes, quand ils ne le sont pas naturellement.
 
On dit figurément, que le Zephir frise l'eau, quand il ne fait que l'agiter par de petites ondes qui ne tiennent rien de la tempeste.
 
FRISER, signifie aussi, Approcher de bien prés. Cette balle de mousquet luy a frisé la jouë, les cheveux. cette balle a frisé la corde, peu s'en est fallu qu'elle n'ait esté dessous.
 
FRISER, se dit aussi proverbialement en ces phrases. Cette affaire a frisé la corde, pour dire, Cet arrest n'a passé que d'une voix. Ce criminel a frisé la corde, pour dire, a failli à estre pendu. On dit d'un discours trop ampoullé, qu'il frise le galimathias.
 
FRISÉ, ÉE. part. & adj. On estime les perruques de cheveux frisez naturellement. on dit du drap d'or frisé, qui n'est pas uni.
 
Chous frisez, sont certains chous crespus & verds qui viennent en hiver.

Définition de « REFRISER » v. act.

& redupl. Friser de nouveau. Cette Dame s'est allé refriser pour aller au bal. Il faut envoyer cette perruque au Perruquier pour la refriser.
Déjouez les pièges ! « Une centaine de personnes attendait, ou « attendaient ? » « Une centaine de personnes attendait, ou « attendaient ? »

Un doute sur l'accord du verbe avec un sujet collectif ? Suivez le guide !

10/06/2020