fumier

 

définitions

fumier ​​​ nom masculin

Mélange des litières (paille, fourrage, etc.) et des excréments des animaux d'élevage, utilisé comme engrais.
familier (très injurieux) Personne méprisable. ➙ ordure.
 

synonymes

 

exemples

Ces exemples proviennent de sources externes non révisées par Le Robert. N'hésitez pas à nous signaler tout contenu inapproprié. En savoir plus.
Vous prenez donc ma maison pour un fumier, que vous venez y gâter les meubles, avec des coups pareils ?Émile Zola (1840-1902)
Je passais auprès d'un lourd paysan, un rustre dans la force du terme, précédé par un vil baudet chargé de fumier ; le paysan battait le baudet à outrance.Jules Janin (1804-1874)
Il est vrai qu'en revanche, un grand troupeau fournira beaucoup de fumier, permettant de cultiver des légumes.Jules Legras (1866-1939)
Des pieds de chevaux frappaient la terre, amortis par le fumier des litières, et une voix d'homme parlant aux bêtes et jurant s'entendait au fond du bâtiment.Guy de Maupassant (1850-1893)
Mais celle-ci est, au milieu des hommages grossiers qui l'environnent, une perle fine dans le fumier ; elle inspire vraiment une sorte de respect.George Sand (1804-1876)
Elle allongeait ses bras, qu'elle avait simplement trempés au fond d'un seau d'eau, des bras royaux, d'une rondeur superbe, poussés comme des roses blanches et grasses, dans ce fumier.Émile Zola (1840-1902)
Si je la laissais sur un fumier humide comme font bien des fermières, son lait diminuerait vite et serait plus clair.Augustine Fouillée (1833-1923)
Il a osé dire qu'il y avait des perles dans le fumier du moyen âge.George Sand (1804-1876)
Par le trou des haies, on apercevait, dans les masures, quelque pourceau sur un fumier, ou des vaches embricolées, frottant leurs cornes contre le tronc des arbres.Gustave Flaubert (1821-1880)
Je ne sache point qu'aucun colonel de cavalerie ait fait brûler sur le fumier du quartier des exemplaires de cet ouvrage.Anatole France (1844-1924)
Nous étions arrivés ainsi dans un petit village vieux et rustique, aux rues sombres, étroites à la façon des rues algériennes, encombrées de fumier, d'oies, de bœufs, de pourceaux.Alphonse Daudet (1840-1897)
Le 15 janvier de cette année, étant seul dans son champ, où il étendait du fumier, il entendit à son oreille une voix qu'aucun bruit de pas n'avait précédée.Anatole France (1844-1924)
Là, chacun, s'étendant sur le fumier, chercha à se réchauffer et à dormir, car il y avait plus de vingt heures que nous étions à cheval par un temps affreux !...Jean-Baptiste de Marbot (1782-1854)
Ainsi le pauvre chien, ne sachant où se retirer, fut obligé d'aller mourir sur un fumier.Bussy-Rabutin (1618-1693)
Point de tas de fumier devant la porte, point de ces résidus malsains pour la famille et si désagréables pour la vue et l'odorat.Henri de La Blanchère (1821-1880)
Voici toute une famille, affaissée en grappe lamentable dans une cour, sur du fumier sec ; ils sont atteints de typhus.Jules Legras (1866-1939)
Chaque année je me condamne à ce supplice de voir cette brute patauger dans son fumier, de m'imaginer qu'il me ressemble, de chercher, toujours en vain, à lui être secourable.Guy de Maupassant (1850-1893)
C'était un fumier d'éloges, assez vaste pour qu'il pût y vautrer à l'aise son grand corps.Émile Zola (1840-1902)
Arrachée, elle roulerait au gré des vents, et, jaune et flétrie, elle irait bientôt mourir sur quelque fumier inconnu.Charles Des Écores (1852-1905)
Sur ce fumier, il y a une poule, elle becquette ces intestins, tombe malade à son tour et meurt le lendemain.Alexandre Dumas (père) (1802-1870)
Afficher toutRéduire
 

définition ancienne (17e siècle)

Ces définitions sont issues du Dictionnaire universel de Furetière, publié en 1690. Il convient de les replacer dans le contexte historique et sociétal dans lequel elles ont été rédigées. En savoir plus.

Définition de « FUMIER » s. m.

Excrements de bestiaux qui se meslent dans leur litiere, & qui la pourrissent. Du fumier de boeuf, de cheval. le fumier de pigeon est fort chaud, est bon pour les terres froides. il est deffendu aux Jardiniers de se servir du fumier de pourceau. on fait venir les melons, du pourpier, des champignons, sur des couches de fumier. l'Escriture louë la constance de Job sur son fumier. Ce mot vient du Latin fimus ou fimetum.
 
On appelle Fosse à fumier, l'endroit creusé dans les basses-cours, où on jette le fumier pour le laisser davantage pourrir.
 
On dit par extension des herbes qu'on laisse faner sans les manger, ou du foin qu'on ne recueille pas dans la saison, que tout cela n'est que du fumier.
 
On dit proverbialement, qu'un coq est bien fort sur son fumier ; qu'il ne faut pas attaquer un homme sur son fumier, pour dire, qu'il ne faut pas attaquer un homme chez luy, où il peut avoir du secours. On dit aussi, qu'un homme mourra sur un fumier, quand on luy voit faire des despenses excessives qui le ruinent.
Les mots du bitume Miskine, Miskina Miskine, Miskina

n. et adj. : « pauvre, faible »

16/02/2020