Email catcher

gueule

Définition

Définition de gueule ​​​ nom féminin

Bouche (d'animaux, surtout carnassiers). La gueule d'un chien, d'un reptile. locution Se jeter dans la gueule du loup : aller au-devant d'un danger certain, avec imprudence.
familier Bouche humaine.
(La bouche servant à parler ou crier) (Ferme) ta gueule ! : tais-toi ! Un fort en gueule. Coup de gueule : vive protestation, engueulade*. Une grande gueule : qqn qui parle très fort et avec autorité (➙ braillard, gueulard) ou encore qui est plus fort en paroles qu'en actes.
(La bouche servant à manger) Piment qui emporte, arrache la gueule. locution Avoir la gueule de bois : avoir la bouche empâtée et la tête lourde après avoir trop bu. Une fine gueule, un gourmet.
familier
Figure, visage. ➙ tête. Il a une bonne gueule, une sale gueule. locution Faire la gueule : bouder (→ faire la tête). Se casser la gueule : tomber ; au figuré échouer. Casser la gueule à qqn, le frapper. argot militaire Une gueule cassée : un mutilé de guerre, blessé au visage. argot du Nord Les gueules noires : les mineurs.
familier Aspect, forme d'un objet. ➙ allure. Ce chapeau a une drôle de gueule. Ce tableau a de la gueule, il fait grand effet.
Ouverture par laquelle entre ou sort qqch. La gueule d'un haut-fourneau (➙ gueulard), d'un canon.

Synonymes

Synonymes de gueule nom féminin

bouche, gosier

boîte

[familier] visage, face, figure, binette (familier), bobine (familier), bouille (familier), poire (familier), pomme (familier), tête (familier), trogne (familier), trombine (familier), tronche (familier), balle (familier, vieilli), margoulette (familier, vieilli), goule (vieux ou régional), [mignon] frimousse (familier), minois (familier), museau (familier)

Synonymes de avoir de la gueule

avoir de l'allure, en jeter (familier)

Dictionnaire universel de Furetière (1690)

Définition ancienne de GUEULE s. f.

Ouverture par où les animaux prennent leurs aliments. Il ne se dit point au propre de l'homme, du cheval, ni des oiseaux, mais seulement des animaux à quatre pieds, & des poissons qui sont grands & voraces. Samson trouva du miel dans la gueule d'un lion. On depeint tous les monstres avec une grande gueule & beante.
 
GUEULE, se dit aussi par derision de la bouche des personnes malfaites, criardes ou hableuses. Cette femme est laide, elle a la gueule fenduë jusqu'aux oreilles. les harangeres ont toûjours la gueule ouverte pour dire des injures : elles se donnent souvent sur la gueule. cet Advocat n'a que de la gueule, & n'a point de fonds, de capacité.
 
On dit en termes de Chasse, qu'au bout de cinq mois un chien a fait sa gueule, lors qu'il a esté bien nourri avec du lait, & qu'il commence à estre vigoureux. Et on dit, qu'un chien chasse de gueule, lors qu'il abboye & appelle ses compagnons quand il est sur les voyes.
 
GUEULE, signifie aussi, Gloutonnie, intemperance au boire & au manger. La gueule a tué plus de gens que le glaive.
 
GUEULE, se dit par extension de plusieurs sortes d'ouvertures. La gueule d'un puis, d'un pot, d'une cruche, d'un four. les escoliers vont manger des pastez tout chauds à la gueule d'un four. Les Charpentiers ont aussi des assemblages qu'ils appellent à gueule.
 
GUEULE D'ENFER, se dit du mont Ethna, & des autres Volcans qui jettent du feu.
 
GUEULE BÉE, est une futaille defoncée par un bout, & qui sert à mettre la vendange, quand on l'apporte de la vigne.
 
On dit d'une porte, d'une fenestre qui est toute ouverte, qu'on l'a laissé ouverte à gueule bée.
 
GUEULES, au plur. est un terme de Blason, qui veut dire le Rouge. Quelques-uns l'appellent belic ou belif. Cette couleur signifie Charité, vaillance, hardiesse, generosité. La couleur sanguine, le cinnabre & la vraye escarlate. c'est la premiere des couleurs dont on se sert en Armoiries, & est tellement noble, que par des loix anciennes il estoit deffendu de porter de gueules dans ses Armes, à moins que d'estre Prince, ou d'en avoir la permission, suivant Barthole, Chasseneu & Bara. C'estoit aussi une couleur Imperiale. Les Empereurs estoient vestus, chaussez & meublez de rouge. Leurs Edits, leurs depesches, leurs seings, & leurs sceaux estoient d'encre & de cire rouges : c'est d'où procede que les tiltres de Droit sont nommez rubriques. L'esmail de gueules se fait remarquer dans les Escus gravez par des hacheures en pal tirant du chef à la pointe. La Maison de Vaubecour porte de gueules au chevron d'or. Ce mot vient de certaines peaux rouges qu'on appelloit autrefois gueules. Le Pere Monet dit que ce mot de gueules vient de l'Hebreu gulud & guludit, qui signifie une plaque de petite peau rougeastre qui paroist sur une playe quand elle commence à se guerir. Mais le Pere Menestrier luy reproche que ces mots ne se trouvent point dans la Langue Hebraique. En general le mot de gueules signifie la couleur rouge chez la plus-part des Orientaux : c'est le nom de la rose chez les Arabes & les Persans, & celuy d'une plante estrangere & aromatique dont ils se servent pour donner la couleur rouge à leurs viandes, comme on se sert de safran vers le Nord pour les rendre jaunes. Clusius en fait mention sous le nom de l'arbre triste. Il y a plus d'apparence à ce que dit Nicod, que le mot de gueules s'est dit du rouge, parce que les gueules des animaux sont rouges ordinairement ; ou qu'il vient du Latin cusculium, qui est le coccos des Grecs, ou la graine d'escarlate.
 
GUEULE DROITE & Gueule renversée. Termes d'Architecture. Ce sont deux parties de la cimaise. Celle qui est la plus avancée & concave, s'appelle gueule droite, autrement doucine ; & celle qui est convexe s'appelle gueule renversée, autrement talon. Quelques-uns croyent que ce mot est venu de l'ancienne maniere des habits, qu'on faisoit de plusieurs bandes qui estoient alternativement de fourrure & d'estoffe de diverses couleurs, dont les entre-deux se nommoient gueules, goules ou gules, parce qu'elles representoient un canal enfoncé sous ces fourrures, qu'on appelloit angoulées : ce qui a une espece de ressemblance aux ornements des cimaises, qui leur a pû faire appliquer le même nom.
 
On dit proverbialement, qu'on met une personne à la gueule du loup, quand on la met sans deffense à la merci de ses ennemis. On dit, qu'un homme est fort en gueule, pour dire, qu'il crie fort haut, qu'il est impudent & avantageux en paroles. Et l'on dit, qu'il a la gueule morte, la gueule de mise, lors qu'il est confondu par raison, ou qu'il est triste & qu'il ne dit mot. On dit aussi, qu'il en a menti par la gueule & par les dents, quand on veut appuyer fortement un dementi. On appelle aussi, des mots de gueule, des paroles sales & obscenes. On dit aussi, qu'un homme est venu la gueule enfarinée, quand il est accouru en quelque lieu pour y faire bonne chere, ou pour prendre part à quelque gain. Les paysans disent aussi, que la gueule du Juge en petera, pour dire, qu'ils veulent plaider, faire prononcer une sentence. On dit encore, qu'un mesnage a la gueule bien grande, pour dire, qu'il faut beaucoup d'argent pour l'entretenir. On dit aussi des munitions de gueule, au lieu de dire des munitions de bouche.
Ces définitions du XVIIe siècle, qui montrent l'évolution de la langue et de l'orthographe françaises au cours des siècles, doivent être replacées dans le contexte historique et sociétal dans lequel elles ont été rédigées. Elles ne reflètent pas l’opinion du Robert ni de ses équipes. En savoir plus.
Le dessous des mots « Novlangue », « orwellien » : George Orwell aurait-il pu prédire leur destin ? « Novlangue », « orwellien » : George Orwell aurait-il pu prédire leur destin ?

Quand on évoque l’écrivain britannique George Orwell, on pense automatiquement à 1984, son roman dystopique publié en 1949 et fréquemment salué comme...

Florent Moncomble 05/03/2024
sondage de la semaine