obole

 

définitions

obole ​​​ nom féminin

Modeste offrande, petite contribution en argent.
 

synonymes

obole nom féminin

don, offrande

contribution, écot, quote-part

vivre d'oboles

vivre de la charité, vivre d'aumônes

 

exemples

Ces exemples proviennent de sources externes non révisées par Le Robert. N'hésitez pas à nous signaler tout contenu inapproprié. En savoir plus.
Elle était là, elle, toujours de loisir, toujours disposée, toujours à l'affût d'une obole à gagner.Albert Cim (1845-1924)
Vingt minutes après, le tout était engagé, et dès le surlendemain, je n'avais plus une obole des cent cinquante francs que l'on m'avait prêtés.Eugène-François Vidocq (1775-1857)
Il peut s'étendre, depuis le don de l'obole jetée dans la sébile du mendiant jusqu'au don de la vie, usque ad mortem, mortem autem crucis.Frédéric Bastiat (1801-1850)
Pendant un mois, notre commerce fut des plus florissants ; chaque jour nous faisions une recette assez abondante, dont il n'entrait pas une obole au bureau.Eugène-François Vidocq (1775-1857)
Reprenons chacun de ces chapitres, et nous verrons qu'une seule obole n'échappe pas au travail national.Frédéric Bastiat (1801-1850)
Deux toisons rapportaient au fermier une obole, trois et quatre toisons 1 den., cinq toisons 1 den.Gustave Fagniez (1842-1927)
Il n'est pas satisfait d'un demi-franc que je lui ai donné ; il veut une drachme (quatre-vingt-dix centimes) : il n'aura pas même une obole.Gérard de Nerval (1808-1855)
Mais des misérables, accroupis dans son ombre, offraient aux passants des citrons et des figues ou mendiaient une obole en se lamentant.Anatole France (1844-1924)
Je suppose qu'il nous passera le chapeau pour qu'on y jette l'obole de la charité.Pamphile Le May (1837-1918)
J'ai réformé tout cela depuis que je suis seul ; je me réserve seulement de porter moi-même l'obole que mon épouse avait contracté l'habitude de donner à ses pauvres.Jean-Roch Coignet (1776-1865)
Le tonlieu consistait en une obole pour deux ou trois poignées, en un denier pour quatre poignées, et ainsi de suite.Gustave Fagniez (1842-1927)
Par ces jours de fêtes carillonnées, ces rustauds, n'ayant pas le choix du coucher et dépourvus la plupart de l'obole qu'il coûte, bivaquent sur la dure.Georges Eekhoud (1854-1927)
Dans le cas actuel, le tout-puissant débiteur avait royalement soldé sa dette, rendant un trésor pour une obole – une vie chère pour un abri donné à l'orphelin.Joséphine Marchand (1861-1925)
Je ne suivrai point le pauvre poëte en peine dans la quantité de petits journaux oubliés auxquels, çà et là, il payait et demandait l'obole.Charles-Augustin Sainte-Beuve (1804-1869)
J'ai songé effectivement que si vous goûtiez de ce que j'ai dans ma bague, je ne donnerais pas une obole de votre immortalité.Alexandre Dumas (père) (1802-1870)
On savait assez qu'il ne demandait jamais que pour les autres et qu'il se dépensait lui-même jusqu'au nu avant de demander une obole de la pitié d'autrui.Alphonse de Lamartine (1790-1869)
Mais j'ai la conscience nette à cet égard, & je défie qu'on me reproche jamais d'avoir fait tort à autrui d'une obole.Louis-Charles Fougeret de Monbron (1706-1761)
Car je lui ai donné 3 francs, deux verres de vin, un bouillon, et pour récompense de mon obole, il est venu me dénoncer comme un lâche.Jean-Roch Coignet (1776-1865)
J'éprouve un autre chagrin très vif : c'est de n'avoir pas une obole dont je puisse disposer maintenant.George Sand (1804-1876)
Tu peux toi-même être réduit à la misère, et l'obole du vieil ami te servira.Stendhal (1783-1842)
Afficher toutRéduire
 

définition ancienne (17e siècle)

Ces définitions sont issues du Dictionnaire universel de Furetière, publié en 1690. Il convient de les replacer dans le contexte historique et sociétal dans lequel elles ont été rédigées. En savoir plus.

Définition de « OBOLE » subst. fem.

Monnoye de cuivre valant une maille ou deux pites, la moitié d'un denier. Quelques-uns veulent que ce soit seulement le quart d'un denier, la moitié d'une maille. Il y a eu chez les Grecs des oboles d'argent qui valoient onze deniers. Il y a eu aussi des oboles d'or. Nicod dit que l'obole commune valoit sept deniers tournois. Du Cange dit qu'il y a eu en France des oboles d'or, & des oboles d'argent ; que l'obole blanche, valoit quatre tournois ; qu'on appelloit obole tierce, parce que c'estoit le tiers du sou. Il y avoit aussi des oboles d'argent du poids d'un denier 15. grains.
 
OBOLE, en termes de Medecine, est un poids de dix grains, ou un demi-scrupule ; & il faut trois scrupules pour faire une drachme ou un gros. Du Cange dit qu'il pese trois carats ou quatre grains d'orge.
 
OBOLE, chez les Juifs, estoit une espece de poids nommé gerah, qui pesoit 16. grains d'orge.
 
L'OBOLE chez les Siciliens estoit le poids d'une livre. C'estoit aussi une espece de monnoye. On pretend que c'est d'eux que les Romains ont emprunté ce nom. Borel le derive du Grec obelos, parce qu'elle estoit longue & estroite comme une aiguille, d'où il derive aussi le nom d'obelisque.
 
On dit proverbialement, Je n'en donnerois pas une obole, pour dire, Je n'estime point du tout cela. Vous rendrez compte jusqu'à la derniere obole, c'est à dire, fort exactement.
Le dessous des mots Les surnoms donnés aux villes Les surnoms donnés aux villes

« Monaco-PSG : Paris s’impose rarement sur le Rocher » (Le Parisien, 15 janvier 2020).

La périphrase, figure de style qui remplace un mot précis par une expression, permet d’éviter les répétitions, souci stylistique bien français. Les grandes villes du monde, les pays possèdent des surnoms conventionnels. Ces formules figées, fréquemment employées par les journalistes pour désigner les lieux, restent parfois obscures quant à leur motivation.

Marie-Hélène Drivaud 10/06/2020