rosse

 

définitions

rosse ​​​ nom féminin et adjectif

vieilli Mauvais cheval.
Personne dure, méchante. ➙ familier chameau, vache. Ah ! les rosses ! —  adjectif Vous avez été rosse avec lui.
 

synonymes

rosse

nom féminin

teigne, chameau, vache (familier), carne (familier, vieilli)

adjectif

dur, injuste, méchant, sévère, vache (familier)

 

exemples

Ces exemples proviennent de sources externes non révisées par Le Robert. N'hésitez pas à nous signaler tout contenu inapproprié. En savoir plus.
Il marmonnait sans cesse, un bras ramené sur le plastron rouge de son habit vert, l'autre gardant les rênes de sa rosse.Paul Adam (1862-1920)
Mais, pour être juste, je dois dire que je n'ai jamais rencontré une femme si rosse et si bavarde...Octave Mirbeau (1848-1917)
Le mien était une rosse molle et prudente ; je le réveillais à grands coups d'éperons.Stendhal (1783-1842)
Je marcherai dans la vie comme une rosse prise entre les brancards d'un tombereau et traînant le sabot sous les coups de fouet de l'homme.Victor Tissot (1845-1917)
Je ne sais ce qu'il trafique, mais la rosse a toujours l'air d'avoir le ventre plein.Émile Zola (1840-1902)
Je n'étais bon à rien, j'avais le bras en écharpe, j'étais obligé d'enrayer les roues, ma vieille rosse de jument m'avait jeté à bas deux jours auparavant.William Makepeace Thackeray (1811-1863), traduction Georges Guiffrey (1827-1887)
La rosse qui les tire, indifférente au froid comme à la gravité de l'heure, trotte sans hâte, d'un pas égal et rythmé.Joséphine Marchand (1861-1925)
Sans doute, on se tenait devant la société, on évitait de paraître trop rosse de caractère, trop dégoûtante d'expressions.Émile Zola (1840-1902)
D'autre part, on accorde le divorce à une femme que son mari a traitée de « rosse » devant ses enfants et ses domestiques.Hugues Le Roux (1860-1925)
Alors, enveloppant sa maigre rosse d'un vigoureux coup de fouet, il piqua des deux et disparut à l'horizon.Alphonse Allais (1854-1905)
Mérigue considéra l'honnête rosse, et comprit que son père avait redouté de montrer aux habitants du village l'ignominie de son pauvre enfant.Léonce de Larmandie (1851-1921)
Nous revînmes de la promenade en carrosse, et, chemin faisant, elle nous entretint de la bonté de sa rosse, tandis que nous nous mordions les lèvres pour ne pas éclater.Catherine II de Russie (1729-1796)
Il ne nous faut ni une charrette, ni une rosse ; la voiture et le cheval doivent être convenables.Olga de Pitray (1835-1909)
Cela évoque dans la mémoire une menue variété de l'art nouveau auquel les badauds s'amusèrent un instant, et qu'il est convenu d'appeler le « théâtre rosse ».Francis Chevassu (1861-1918)
Des portraits de chevaux célèbres trahissaient immédiatement le gentleman propriétaire pour sa part d'un huitième de rosse qualifiée cheval de courses.Émile Gaboriau (1832-1873)
Nana, quand son père l'avait giflée, demandait furieusement pourquoi cette rosse n'était pas restée à l'hôpital.Émile Zola (1840-1902)
Ma tâche est de redresser la société et de ranimer un peu cette languissante rosse.George Gordon Byron (1788-1824), traduction Paulin Paris (1800-1881)
Sorti de son évanouissement et parvenu à se désembourber, il entendit les voix railleuses de la rosse et de ses rossards qui se perdaient au loin.Georges Eekhoud (1854-1927)
Les coups pleuvent de côté et d'autre comme grêle : tantôt le général rosse son canonnier, tantôt le canonnier reprend l'avantage auquel il avait d'abord renoncé par déférence.Édouard Corbière (1793-1875)
Il est vrai aussi que, si le cheval n'avait pas été une rosse, peut-être serait-il arrivé un grand malheur.Émile Zola (1840-1902)
Afficher toutRéduire
 

définition ancienne (17e siècle)

Ces définitions sont issues du Dictionnaire universel de Furetière, publié en 1690. Il convient de les replacer dans le contexte historique et sociétal dans lequel elles ont été rédigées. En savoir plus.

Définition de « ROSSE » s. f.

Meschant cheval usé & érené, qui n'est point sensible à l'esperon, ni à la gaule. Ce Maquignon vous a vendu un cheval refait, il a belle apparence, & ce n'est qu'une rosse. Ce mot vient de l'Alleman ross, qui signifie cheval. Menage.
 
On dit figurément, quand on charge quelqu'un d'un trop grand travail, Il n'est si bon cheval qui n'en devinst rosse, qui ne succombast sous le faix.
 
On dit proverbialement, qu'un bon cheval ne devient jamais rosse, pour dire, qu'il témoigne toûjours du courage & de la vigueur.
 
ROSSE, est aussi un poisson que Gesner appelle en Latin rutilus, qui approche de la vandaise, mais qui n'a pas la chair si savoureuse.
Le dessous des mots À table ! À table !

Le contenu de nos assiettes ne ressemble pas à celui qu’ont connu nos grands-parents. Depuis soixante ans, de nouveaux aliments, de nouvelles habitudes apparaissent et changent imperceptiblement notre quotidien et nos manières de vivre.

Marie-Hélène Drivaud 08/12/2020