siffler

 

définitions

siffler ​​​ verbe

verbe intransitif
Émettre un son aigu, modulé ou non, en faisant échapper l'air par une ouverture étroite (bouche, sifflet…). Savoir siffler. —  Asthmatique qui siffle en respirant.
(animaux) Le merle siffle.
Produire un son aigu par un frottement, par un mouvement rapide de l'air. Le vent sifflait dans la cheminée. —  Jet de vapeur qui siffle. ➙ chuinter.
Avoir les oreilles qui sifflent : éprouver une sensation de sifflement, sans cause extérieure. —  par plaisanterie Les oreilles* ont dû vous siffler.
verbe transitif
Moduler (un air) en sifflant. Siffler un petit air joyeux. ➙ siffloter.
Appeler ou signaler en sifflant. Siffler son chien. L'arbitre a sifflé une faute.
Désapprouver bruyamment, par des sifflements, des cris, etc. La pianiste s'est fait siffler. ➙ conspuer, huer.
familier Boire d'un trait. Il a sifflé toute la bouteille.
 

conjugaison

actif

indicatif

présent

je siffle

tu siffles

il siffle / elle siffle

nous sifflons

vous sifflez

ils sifflent / elles sifflent

imparfait

je sifflais

tu sifflais

il sifflait / elle sifflait

nous sifflions

vous siffliez

ils sifflaient / elles sifflaient

passé simple

je sifflai

tu sifflas

il siffla / elle siffla

nous sifflâmes

vous sifflâtes

ils sifflèrent / elles sifflèrent

futur simple

je sifflerai

tu siffleras

il sifflera / elle sifflera

nous sifflerons

vous sifflerez

ils siffleront / elles siffleront

 

synonymes

siffler

verbe intransitif

siffloter

chanter, chuinter

verbe transitif

appeler

conspuer, chahuter, huer

[familier] boire

 

exemples

Ces exemples proviennent de sources externes non révisées par Le Robert. N'hésitez pas à nous signaler tout contenu inapproprié. En savoir plus.
Et le brave homme fouetta son cheval et se remit à siffler, laissant les enfants à leurs réflexions.Comtesse de Ségur (1799-1874)
Un vent intense se mit à souffler de bas en haut et à siffler à leurs oreilles.Camille Flammarion (1842-1925)
C'est une merveilleuse danse, et la plus commode que je connaisse, pourvu qu'on ait le musicien, et encore, à la rigueur, on peut chanter ou siffler l'air soi-même.Alexandre Dumas (père) (1802-1870)
À plusieurs reprises il faillit se mettre à siffler, comme sous le coup d'un insupportable ennui, mais il put toujours s'arrêter à temps.Fedor Dostoïevski (1821-1881), traduction J.-W. Bienstock (1868-1933) et Charles Torquet (1864-1938)
Il était à peu de distance, et déjà ses arbalétriers d'avant-garde faisaient siffler leurs carreaux aux oreilles des chevaliers flamands.André Le Glay (1814-1894)
Nous ne pûmes pas voir les jeunes qui étaient dedans, mais nous les entendîmes siffler.Rudolph Erich Raspe (1736-1794) et Gottfried August Bürger (1747-1794), traduction Théophile Gautier (1836-1904)
J'aime à être proche de la rivière, de façon à entendre quelquefois siffler le steam-boat.Gustave Aimard (1818-1883) et Jules Berlioz d'Auriac (1820-1913)
Il se mit donc à siffler comme s'il appelait les merles pour les faire chanter, ainsi que font les pâtours quand ils suivent les buissons à la nuit tombante.George Sand (1804-1876)
Votre ouvrage est très-difficile à diriger, j'y mettrai tous mes soins, mais je ne veux pas me faire siffler.Hector Berlioz (1803-1869)
Au théâtre, j'ai entendu siffler cent ouvrages qui eussent été applaudis, si un homme intelligent eût traité le même sujet.George Sand (1804-1876)
Et puis, nous avons entendu le bruit du tonnerre et le vent siffler dans le château, quoiqu'il fit une belle nuit de gelée bien tranquille comme ce soir.George Sand (1804-1876)
Et elle prit au coin de la cheminée un martinet à deux branches, qu'elle se mit à faire siffler avec une complaisance cruelle.Pierre Ponson du Terrail (1829-1871)
Le boucher lui-même respectait ce lieu de mystère, et cessait de siffler quand il mettait la main sur la sonnette.Charles Dickens (1812-1870), traduction Alfred des Essarts (1811-1893)
Le second, qui nous commandait, se mit à siffler ; on lui répondit, et bientôt j'entendis des pas d'hommes et de chevaux.Édouard Laboulaye (1811-1883)
Seulement, depuis quelques minutes, elle entendait des balles siffler, ce bourdonnement de grosses mouches dont on lui avait parlé, et qu'elle reconnaissait.Émile Zola (1840-1902)
Il vaut mieux siffler ces mauvais acteurs, jusqu'à ce que le rideau tombe sur nous d'abord et sur eux ensuite.Alfred de Vigny (1797-1863)
Je suis capable, pour te rendre service, de te siffler lorsque je te verrai engourdie, sauf à te jeter une couronne de roses quand je t'aurai éveillée !George Sand (1804-1876)
Cet usage évite l'ennui de surveiller leurs mâchoires, l'expérience ayant démontré qu'il est impossible de siffler et de manger simultanément.Émile Gaboriau (1832-1873)
Enfin l'impatience le prend quelquefois, il a un petit sifflet, il se met à siffler.Marie-Catherine d'Aulnoy (1651-1705)
On fait siffler les bleus en taillant la soupe, pour être sûr qu'ils ne mangent pas le pain blanc.Émile Gaboriau (1832-1873)
Afficher toutRéduire
 

définition ancienne (17e siècle)

Ces définitions sont issues du Dictionnaire universel de Furetière, publié en 1690. Il convient de les replacer dans le contexte historique et sociétal dans lequel elles ont été rédigées. En savoir plus.

Définition de « SIFLER » v. act.

Rendre un son aigu par le moyen de l'air comprimé qui sort par un conduit estroit ; & se dit tant des hommes que des animaux, & des choses inanimées. C'est un des plaisirs des laquais, des gens de neant, de sifler. Les serpents siflent de colere. Les oiseaux siflent des airs, comme les sansonnets, linottes, merles, serins, &c. Les vents siflent pendant un orage. Il y a des tuyaux d'orgues qui ne font que sifler, comme le larigot, la doublette, &c.
 
SIFLER, signifie aussi, Donner un témoignage de mépris & de risée par des siflements. Cet homme s'est fait sifler, en mettant son livre au jour. On a siflé cet Advocat en pleine Audience. Dés qu'on a avancé cette doctrine, elle a esté siflée. Ce mot vient de sifilare, qu'on a dit pour sibilare, qui se trouve chez les Latins, comme sifiletus de sifilus, dont on a fait siflet. Menage.
 
SIFLER, signifie aussi, Apprendre à un oiseau à regler son ramage, luy apprendre à chanter en siflant. On sifle les merles, les sansonnets, & autres oiseaux.
 
SIFLER, se dit figurément en Morale. Suggerer à quelqu'un ce qu'il a à dire en quelque occasion importante, luy faire le bec, l'instruire. Un Juge ne sçauroit rien tirer d'un criminel, quand il a esté siflé, quand il a eu du conseil.
 
On dit aussi en ce sens, sifler le Droit, pour dire, le montrer en chambre, hors des Escoles publiques ; suggerer à un recipiendaire tout ce qu'il doit respondre aux objections qu'on luy fera dans son examen. On dit aussi ordinairement soufler.
 
On dit proverbialement, qu'un homme a siflé la linotte, pour dire, qu'il a bien beu, & qu'il y paroist, qu'il est à demi yvre.
 
SIFLÉ, ÉE. part. pass. & adj.
Le mot du jour Confinement Confinement

Confinement est sans aucun doute le mot du jour, jour un peu long, à notre regret, mais qui incite ou qui invite à la réflexion.

Alain Rey 15/04/2020