supériorité

 

définitions

supériorité ​​​ nom féminin

Fait d'être supérieur (II). Supériorité numérique. —  La supériorité que l'on a sur qqn. ➙ avantage ; l'emporter sur.
Qualité d'une personne supérieure. —  (abusif en Psych.) Complexe de supériorité.
 

synonymes

 

exemples

Ces exemples proviennent de sources externes non révisées par Le Robert. N'hésitez pas à nous signaler tout contenu inapproprié. En savoir plus.
La même supériorité dédaigneuse que les hommes affectent l'un à l'égard de l'autre, on la retrouve dans l'esprit vaniteux des différentes nations.Johann Georg Zimmermann (1728-1795), traduction Xavier Marmier (1809-1892)
Sa tactique consistait simplement à montrer autant que possible son propre mérite, mais de manière à laisser toujours à l'autre une occasion de rétablir sa supériorité sur lui.Jules Verne (1828-1905)
La supériorité de ses lumières le fit parvenir de bonne heure aux honneurs que lui promettait sa naissance.Pierre Daru (1767-1829)
Ces trois choses saintes étant décelées, les envahisseurs gagnèrent la supériorité sur la nation cambrienne.Jules Michelet (1798-1874)
Le sentiment de supériorité morale qui exsude de la résolution et de ce débat est donc déplacé.Europarl
La grande supériorité intellectuelle ne paraît donc s'obtenir qu'à la condition de ne laisser derrière soi que des dégénérés.Gustave Le Bon (1841-1931)
Votre réponse ne me paraît pas avoir le caractère de supériorité que doit avoir tout ce qui vient de notre part.Adolphe Thiers (1797-1877)
Elle ne devrait pas exploiter cette supériorité pour dominer la situation politique dans le monde entier.Europarl
En d'autres termes, elle se soumet aux vues de son tuteur, qui la gardera sur le chemin du bonheur avec la supériorité d'expérience qu'il a acquise dans la vie.Charles Dickens (1812-1870) et Wilkie Collins (1824-1889), traduction Mme Judith (1827-1912)
Il était complètement éclipsé par la supériorité incontestée de sa femme qui affectait cependant de lui rendre beaucoup et semblait lui être également soumise et attachée.Louise-Eléonore-Charlotte-Adélaide d'Osmond Boigne (1781-1866)
Lesable parlait d'eux avec un ton de supériorité, comme aurait pu le faire un ministre jugeant son personnel.Guy de Maupassant (1850-1893)
Cette supériorité de tireur l'anoblissait à ses propres yeux, car il se sentait capable de se mesurer, sur le terrain des terrains, avec n'importe qui.Jean Aicard (1848-1921)
De sa supériorité ou de son exquisivité, si l'on veut, sous le rapport de l'effet sur l'imagination.Eugène Delacroix (1798-1863)
Cet arrangement présuppose en eux une supériorité de nature, dont nous avons bien le droit de demander la preuve préalable.Frédéric Bastiat (1801-1850)
L'équilibre exact en fait des êtres stationnaires, mais la supériorité des besoins ne se peut concevoir.Frédéric Bastiat (1801-1850)
Supériorité des méthodes suivies dans les pays d'états reconnue par les fonctionnaires du gouvernement central lui-même.Alexis de Tocqueville (1805-1859)
Il y eut, il est vrai, des seigneurs assez puissans ou assez heureux pour ne reconnoître aucune supériorité dans leur comte.Gabriel Bonnot de Mably (1709-1785)
Il me semble que ceux même qui aiment le plus cette femme extraordinaire ne sentent pas encore assez toute la supériorité de son esprit.Madame de Sévigné (1626-1696)
Sa grande supériorité de volume n'est qu'apparente, et vient de sa position relativement à nous, c'est-à-dire de notre position à nous qui en occupons le milieu.Edgar Allan Poe (1809-1849), traduction Charles Baudelaire (1821-1867)
C'est sa grande supériorité sur l'homme, qui lui est inférieur dans l'ordre des sentiments élevés.Albert Delpit (1849-1893)
Afficher toutRéduire
 

définition ancienne (17e siècle)

Ces définitions sont issues du Dictionnaire universel de Furetière, publié en 1690. Il convient de les replacer dans le contexte historique et sociétal dans lequel elles ont été rédigées. En savoir plus.

Définition de « SUPERIORITÉ » s. f.

Place ou autorité du superieur, qui luy donne pouvoir de commander. L'Eglise Catholique reconnoist la superiorité du Pape, & non pas son infaillibilité. Ces deux Religieux ont long-temps disputé la superiorité.
Le français des régions Boujou Boujou

Boujou, mon bijou ! Dans les parlers normands, on trouve le mot boujou, forme dialectale équivalente au français commun « bonjour », qui s’emploie pour saluer quelqu’un que l’on rencontre ou dont on prend congé : « Boujou de Normandie ! »

27/10/2020