surnom

 

définitions

surnom ​​​ nom masculin

Nom ajouté (lorsqu'il ne s'agit pas du nom de famille).
Nom que l'on substitue au véritable nom d'une personne. ➙ aussi sobriquet.
 

synonymes

surnom nom masculin

pseudonyme, nom de guerre, nom de plume, nom de scène, pseudonyme, pseudo (familier)

sobriquet, petit nom (familier)

 

exemples

Ces exemples proviennent de sources externes non révisées par Le Robert. N'hésitez pas à nous signaler tout contenu inapproprié. En savoir plus.
Il paroîtroit plus probable que ce surnom lui étoit venu d'une ancienne tradition qui portoit que le saint patron s'y étoit retiré dans le sixième siècle.Jacques Bins de Saint-Victor (1772-1858)
Une passion qui l'occupait vivement était également pour beaucoup dans cette tristesse douce et calme qui lui avait fait donner son surnom...Laure Junot d'Abrantès (1784-1838)
Son surnom vous dira combien est dur son métier, on l'appelle le chien du régiment.Émile Gaboriau (1832-1873)
Interrogée sur son âge, ses nom et surnom, elle dit qu'elle avait environ dix-neuf ans.Jules Michelet (1798-1874)
Le goût de ce prince pour la chasse aux grues lui avait valu ce surnom.Ernest Mercier (1840-1907)
Le surnom lui avait été donné par ses sujets eux-mêmes en raison de toutes les institutions charitables qu'il avait pris plaisir à créer autour de lui.Gaston Maugras (1850-1927)
Le jeune chevalier se distingua de bonne heure par des actes de courtoisie, qui lui valurent son surnom.Pierre-Louis Ginguené (1748-1816)
Maintenant ce surnom était un peu ridicule, à cause de sa haute taille et de son élégante ampleur, mais l'habitude était prise.Paul Bourget (1852-1935)
Au fond, c'était toujours le vieil « à peu près », mais, comme le surnom était à la mode, on ne s'en apercevait pas.Marcel Proust (1871-1922)
La vraie raison de ce surnom aussi était une mélancolie profonde dont on ignorait le motif.Laure Junot d'Abrantès (1784-1838)
Le héros se monstre, d'un bout à l'autre, digne de son surnom par ses actions et par ses discours.Pierre-Louis Ginguené (1748-1816)
La société libérale ramassa le mot, en fit un surnom pris par elle en moquerie, et par les royalistes en bonne part.Honoré de Balzac (1799-1850)
Il y avait dans ce surnom une pointe de moquerie et beaucoup de miséricorde pour l'excès de son amour maternel.Paul Féval (1816-1887)
Récompenser pour ainsi dire le père en lui donnant un surnom glorieux pour son fils, cela est grand...Eugène Sue (1804-1857)
Cette dernière hypothèse est la plus probable, son surnom lui viendrait alors de la profession de son mari.Émile Gaboriau (1832-1873)
Peurette, – personne n'avait jamais su si c'était un surnom ou son vrai nom, – une toute jeune fille, presque une fillette.Edmond de Goncourt (1822-1896)
Ce surnom, ainsi qu'il arrive d'ordinaire, prit la place du nom véritable, et ce fut de la sorte qu'il fut universellement désigné.Ernest Renan (1823-1892)
En effet cela seroit aussi ridicule que si, en parlant de quelqu'un, on répétoit à toute ocasion son nom, son surnom & toutes ses qualités.Pierre Desloges (1747-?)
Mais l'intrépidité que l'on vantait chez lui n'était ni impétueuse ni aveugle comme celle de son arrière-petit-fils qui porta le même surnom.Joseph Kervyn de Lettenhove (1817-1891)
Crois plutôt que le sage qui doit un jour écrire l'histoire de mes exploits aura trouvé bon que j'aie un surnom comme tous les chevaliers mes prédécesseurs.Miguel de Cervantès Saavedra (1547-1616), traduction Charles Furne (1794-1859)
Afficher toutRéduire
 

définition ancienne (17e siècle)

Ces définitions sont issues du Dictionnaire universel de Furetière, publié en 1690. Il convient de les replacer dans le contexte historique et sociétal dans lequel elles ont été rédigées. En savoir plus.

Définition de « SURNOM » subst. masc.

Nom qu'on adjouste au nom propre, ou au nom de Baptesme. C'est d'ordinaire celuy de la famille, ou d'une seigneurie. Beaucoup de surnoms sont venus de la qualité de la profession, ou du mestier qu'exerçoit celuy qui l'a porté le premier : comme le Fevre, Charpentier, Charron, Meusnier, &c. Du Tillet dit que les surnoms ont esté donnés aux uns & aux autres par sobriquets, & soustient qu'ils sont tous significatifs, & qu'ils sont intelligibles à ceux qui sçavent la langue ancienne, & celles des diverses Provinces. Dans les vieux Auteurs, comme Gregoire de Tours, Adon, Aimoin, Reginon, & autres, il n'y a pas un nom accompagné d'un surnom. Du Chesne a remarqué que les surnoms n'ont esté en usage que dans la troisiéme lignée de nos Rois, où les Seigneurs ont commencé à prendre le nom de leurs terres. On n'en trouve point avant l'an 987. Le peuple à l'exemple des Nobles prit des surnoms du lieu de sa naissance, de son âge, de son mestier, &c. Avant l'an 1514. personne ne s'en servoit en Suede, & le peuple n'y en a point encore aujourd'huy, non plus que dans l'Irlande, la Boheme & la Pologne. Anciennement on donnoit aux Nobles des sobriquets, à qui le hasard, quelque imperfection, ou quelque evenement extraordinaire, avoient donné lieu.
 
SURNOM, se dit encore des titres qu'on a donnés à plusieurs Capitaines pour marque de leurs victoires, comme Scipion l'Affriquain, Hernand de Cordouë surnommé le Grand Capitaine. Henry IV. & Louis XIV. ont eu le surnom de Grand. On en a aussi donnê à des Auteurs. Pierre d'Appone Medecin a été surnommé le Conciliateur ; Jaques Suisser, le Calculateur ; Jean Duns ou Scot, le Docteur subtil ; St. Thomas, le Docteur Angelique ; Pierre Lombard, le Maistre des Sentences.
 
SURNOM, se dit aussi des sobriquets qu'on donne à quelques gens du peuple par raillerie, & qui ont quelquefois tourné en nom de famille, comme le Roy, le Prince, l'Evesque, l'Escaché, le Bossu, le Goulu.
 
On dit proverbialement, qu'on connoist une personne par nom & surnom, pour dire, qu'on en a une pleine connoissance.
Le mot du jour Confinement Confinement

Confinement est sans aucun doute le mot du jour, jour un peu long, à notre regret, mais qui incite ou qui invite à la réflexion.

Alain Rey 15/04/2020