surplis

 

définitions

surplis ​​​ nom masculin

Vêtement liturgique, souvent plissé, porté par-dessus la soutane.
 

exemples

Ces exemples proviennent de sources externes non révisées par Le Robert. N'hésitez pas à nous signaler tout contenu inapproprié. En savoir plus.
Puis, le clergé resplendissait, les prêtres en surplis de neige, les prêtres en chasubles d'or, pareils à un défilé d'astres.Émile Zola (1840-1902)
Dans une stalle, faisant son action de grâce il y avait un prêtre en surplis, dont la tête grisonnante était tournée vers l'autel.M. Maryan (1847-1927)
Et le vieillard en surplis et le jeune prêtre se suspendirent aux lèvres de cet homme que rien n'effrayait.Pierre Ponson du Terrail (1829-1871)
Puis, derrière, tout le clergé s'était rangé, les surplis neigeux, les chasubles éclatantes ; tandis que les bannières flottaient, ainsi que des drapeaux, pavoisant la blancheur des balustrades.Émile Zola (1840-1902)
Quand la cérémonie fut achevée, la famille demeura sur le seuil pendant que l'abbé quittait son surplis ; puis on se remit en route.Guy de Maupassant (1850-1893)
Un carrosse drapé, où l'on apercevait un prêtre en surplis et un enfant de chœur en calotte rouge, suivait.Victor Hugo (1802-1885)
Un prêtre disait la messe à l'un des autels latéraux, assisté par deux répondants sans surplis.William Dean Howells (1837-1920), traduction Louis Fréchette (1839-1908)
Ce grand-officier de la couronne portait des hauts-de-chausses fort larges, avec une chemise de coton, dont la forme ressemblait à celle de nos surplis.Jean-François de La Harpe (1739-1803)
Barnabé suait à grosses gouttes, et moi, sous ma soutanelle et mon surplis, je sentais mes pauvres membres flageoler.Ferdinand Fabre (1827-1898)
Ensuite, le clergé commençait, deux ou trois cents prêtres en simple soutane, une centaine en surplis, une cinquantaine revêtus de chasubles d'or, pareils à des astres.Émile Zola (1840-1902)
Enfin, un prêtre en surplis sortit d'une maisonnette, il grelottait, on voyait son haleine fumer, à chaque « de profundis » qu'il lâchait.Émile Zola (1840-1902)
S'arrachant aux mains de sa sœur, qui lui dégrafait son surplis, il s'élança au-devant d'elles.Georges Ohnet (1848-1918)
Le prêtre revêtu de ses ornements venait en effet d'apparaître, suivi de deux autres prêtres, en surplis.Michel Zévaco (1860-1918)
Ils s'étaient vêtus de chasubles et de surplis qui leur mettaient au dos de l'or et des croix noires.Eugène Demolder (1862-1919)
On entendait le bourdonnement des psaumes, et entre les branches des sapins on voyait flotter les surplis blancs des prêtres.André Theuriet (1833-1907)
Elle voit les chasubles de pourpre et les surplis de neige un instant se mouvoir, puis s'arrêter.Hector Bernier (1886-1947)
Après eux, un autre personnage, égalment vêtu de noir, avec un livre à la main et un surplis blanc.Pierre Ponson du Terrail (1829-1871)
Un jeune homme, en robe violette et en surplis de dentelle, mais la tête nue, était arrêté à trois pas de la glace.Stendhal (1783-1842)
J'entends une cloche qui sonne, je prends mon surplis et mon camail et je vole à la paroisse.Gaston Maugras (1850-1927)
On avait ménagé une armoire derrière l'autel, et le cardinal y passa prendre l'étole et le surplis.Émile Zola (1840-1902)
Afficher toutRéduire
 

définition ancienne (17e siècle)

Ces définitions sont issues du Dictionnaire universel de Furetière, publié en 1690. Il convient de les replacer dans le contexte historique et sociétal dans lequel elles ont été rédigées. En savoir plus.

Définition de « SURPELIS » s. m.

Ornement Ecclesiastique que les Prestres seculiers portent l'esté pardessus leur soutane, lors qu'ils chantent l'Office, ou qu'ils preschent. Il est fait de toile, & va jusqu'à mi-jambe, avec deux aisles de même estoffe qui pendent plus bas. On orne les surpelis de riches points & dentelles. Ce mot vient du Latin superpellicium, parce qu'on le mettoit autrefois sur l'aumusse qui couvroit la teste. Menage. D'autres le derivent de sourplis, vieux mot Celtique ou Bas-Breton qui signifie la même chose.
Le mot du jour Vacances Vacances

Les vacances correspondent à une période où il est loisible de vaquer à ses occupations. Scolaires, elles vident les écoles de leurs élèves, les laissant tout à leur joie d’habiter des étendues de liberté. Les vacances sont, par définition, vacantes, soit vides et libres, propices aux petits et aux grands riens qui font tout.

Aurore Vincenti 17/02/2020