terrassier

 

définitions

terrassier ​​​ , terrassière nom

Ouvrier, ouvrière employé(e) aux travaux de terrassement.
 

exemples

Ces exemples proviennent de sources externes non révisées par Le Robert. N'hésitez pas à nous signaler tout contenu inapproprié. En savoir plus.
Un traiteur parisien a gagné cent sous, je vous l'accorde ; mais accordez-moi qu'un terrassier provincial a manqué de gagner cinq francs.Frédéric Bastiat (1801-1850)
Il était, après le terrassier, le premier instrument de la conquête.Anatole France (1844-1924)
Maçon, terrassier, charretier, faucheur, casseur de pierres, ébrancheur, il était surtout fainéant ; aussi ne le gardait-on nulle part et devait-il par moments changer de canton pour trouver encore du travail.Guy de Maupassant (1850-1893)
C'est œuvre de mineur, de terrassier, parfois vigoureux, jamais artiste.Jean-Henri Fabre (1823-1915)
Je ne prétends pas faire de toi un terrassier, mais assortir seulement tes occupations à tes forces.George Sand (1804-1876)
Des guinguettes aussi s'établirent, où on venait se rafraîchir et même déjeuner et dîner après avoir joué au terrassier.Émile Gaboriau (1832-1873)
Cet ancien terrassier, qui ne savait ni lire ni écrire, avait une remarquable netteté dans les idées et dans son sourire une secrète et innocente malice qui me plaisait.Victor Cherbuliez (1829-1899)
Afficher toutRéduire
 

définition ancienne (17e siècle)

Ces définitions sont issues du Dictionnaire universel de Furetière, publié en 1690. Il convient de les replacer dans le contexte historique et sociétal dans lequel elles ont été rédigées. En savoir plus.

Définition de « TERRASSIER » s. m.

Entrepreneur, Chartier qui enleve ou qui remuë des terres. Les Terrassiers ont fait marché à tant de la toise cube, pour coupper la butte de St. Roch.
Le dessous des mots Un homme sur deux est une femme Un homme sur deux est une femme

Au-delà de la formule destinée à faire sourire, force est de constater que la moitié des hommes sont des femmes. Cet énoncé est correct grammaticalement et fait pleinement sens, ce paradoxe apparent étant rendu possible par la polysémie du mot homme, qui désigne à la fois un individu de sexe masculin et un mammifère du genre Homo, membre de l’humanité. Des bricolages de fortune ont tenté de contourner cette regrettable polysémie. Des solutions empiriques, telles que la typographie, prétendent distinguer l’homme de l’Homme (de la même manière, et pour les mêmes raisons, que l’histoire du Petit Chaperon rouge et l’Histoire et ses sources). Disons-le tout net, ça ne fonctionne pas.

Marie-Hélène Drivaud 28/05/2020