tyrannique

 

définitions

tyrannique ​​​ adjectif

Qui exerce une tyrannie. Régime tyrannique. —  Coutume tyrannique.
 

synonymes

 

exemples

Ces exemples proviennent de sources externes non révisées par Le Robert. N'hésitez pas à nous signaler tout contenu inapproprié. En savoir plus.
Jamais il ne l'avait si bien senti, ce cœur, le jouet de l'amour inévitable, tyrannique dans ses appels comme dans ses reniements...Marcel Prévost (1862-1941)
La tribune et la presse n'étaient plus libres, et une police brutale et tyrannique disposait sans contrôle de la personne des citoyens.Théophile Lavallée (1804-1867)
Croit-il ne pouvoir mériter des louanges qu'en devenant violent, injuste, hautain, usurpateur et tyrannique sur tous ses voisins ?François de Fénelon (1651-1715)
Veut-il, quand il trouve des cœurs sourds à ses avis, employer la force, on le déclare tyrannique, on dit qu'à la faiblesse il joint la méchanceté.Adolphe Thiers (1797-1877)
Je me déciderai à mes périls et risques, cela suffit, et l'intervention de la loi serait ici tyrannique.Frédéric Bastiat (1801-1850)
L'empire de l'opinion publique sur les opinions particulières est doux, salutaire, naturel, irrésistible ; celui de l'autorité et de la force est nécessairement tyrannique, odieux, absurde, monstrueux.Maximilien de Robespierre (1758-1794)
Tom était brisé par la souffrance physique : l'oppression tyrannique le courbait jusqu'à terre, et pourtant cette question fit passer dans son âme comme un rayon de joie.Harriet Beecher Stowe (1811-1896), traduction Louis Énault (1824-1900)
Elle déclare tyrannique et nul tout acte de législation ou de gouvernement qui les viole.Maximilien de Robespierre (1758-1794)
Les dogmes que nous voyons naître auront bientôt la puissance des vieux dogmes c'est-à-dire, la force tyrannique et souveraine qui met à l'abri de la discussion.Gustave Le Bon (1841-1931)
Toutefois, les peuples de ces deux pays endurent la junte militaire la plus tyrannique qui soit et souffrent de violations systématiques des droits de l'homme.Europarl
Je ne pouvais pas lui en faire un reproche ; mais lui, où prenait-il la fantaisie tyrannique de s'irriter de ma résistance à ses théories comme d'un tort envers lui-même ?George Sand (1804-1876)
S'il entreprend de les combattre, il se montre révolutionnaire par l'esprit, tyrannique dans ses actes, et il est justement détesté.Anatole France (1844-1924)
Un couple à éléments trop dissemblables se trouverait, par l'écrasement du plus faible, réduit à l'unité tyrannique.Remy de Gourmont (1858-1915)
Ce fut une oligarchie d'une nouvelle espèce, qui devint à son tour suspecte, tyrannique et odieuse, comme celle qu'elle avait remplacée.Pierre Daru (1767-1829)
L'autorité y était oligarchique, et devenait tyrannique par intervalles, lorsqu'un de ces petits souverains se trouvait assez fort pour réduire tous les autres à la condition de ses auxiliaires.Pierre Daru (1767-1829)
Ils demandent insolemment la suppression d'une commission odieuse et tyrannique, l'élargissement des détenus et le triomphe de la vertu.Adolphe Thiers (1797-1877)
Il est difficile de décider si ce projet ou ce système est plus absurde et plus insensé, que tyrannique et méchant.Paul Thiry d'Holbach (1723-1789)
La société libre moins que la société tyrannique ne peut se fonder sur des mensonges.Alphonse de Lamartine (1790-1869)
Je me suis promis au contraire de braver son pouvoir tyrannique, car il m'a été infligé de vivre en des temps où elle domine et trouble le monde.Adolphe Thiers (1797-1877)
Quant à l'humeur tyrannique, après sa femme personne n'en sait plus de nouvelles que moi.Gédéon Tallemant des Réaux (1619-1690)
Afficher toutRéduire
 

définition ancienne (17e siècle)

Ces définitions sont issues du Dictionnaire universel de Furetière, publié en 1690. Il convient de les replacer dans le contexte historique et sociétal dans lequel elles ont été rédigées. En savoir plus.

Définition de « TYRANNIQUE » adject.

Qui appartient à la tyrannie. Gouvernement, pouvoir tyrannique ; esprit, action tyrannique.
Le mot du jour Vacances Vacances

Les vacances correspondent à une période où il est loisible de vaquer à ses occupations. Scolaires, elles vident les écoles de leurs élèves, les laissant tout à leur joie d’habiter des étendues de liberté. Les vacances sont, par définition, vacantes, soit vides et libres, propices aux petits et aux grands riens qui font tout.

Aurore Vincenti 17/02/2020