adjuger

 

définitions

adjuger ​​​ verbe transitif

Décerner. Adjuger un prix. S'adjuger la meilleure part. ➙ s'attribuer.
Droit Attribuer par adjudication. —  au participe passé Une fois, deux fois, trois fois, adjugé ! vendu !
 

conjugaison

actif

indicatif

présent

j'adjuge

tu adjuges

il adjuge / elle adjuge

nous adjugeons

vous adjugez

ils adjugent / elles adjugent

imparfait

j'adjugeais

tu adjugeais

il adjugeait / elle adjugeait

nous adjugions

vous adjugiez

ils adjugeaient / elles adjugeaient

passé simple

j'adjugeai

tu adjugeas

il adjugea / elle adjugea

nous adjugeâmes

vous adjugeâtes

ils adjugèrent / elles adjugèrent

futur simple

j'adjugerai

tu adjugeras

il adjugera / elle adjugera

nous adjugerons

vous adjugerez

ils adjugeront / elles adjugeront

 

synonymes

s'adjuger verbe pronominal

s'approprier, accaparer, s'annexer, s'emparer de, truster (familier)

 

exemples

Ces exemples proviennent de sources externes non révisées par Le Robert. N'hésitez pas à nous signaler tout contenu inapproprié. En savoir plus.
Désormais assez fort pour n'avoir plus besoin de force, pouvant s'adjuger ce qu'il veut conquérir par arrêt, ce n'est plus un chasseur, il siége comme juge.Jules Michelet (1798-1874)
Vu les bienfaits que conférait leur seule présence, ils ne pouvaient pas moins faire que de s'adjuger le territoire, imposer quelques redevances.Élie Reclus (1827-1904)
Je vois vendre à la hausse et adjuger un cheval avec son bât pour 15 florins ou 36 francs environ.Émile de Laveleye (1822-1892)
Ils pouvaient tout aussi bien s'en adjuger vingt mille, trente mille ...Albert Cim (1845-1924)
L'infortuné n'ose aller à la salle des ventes de peur, par une désolante méprise, de se voir adjuger tous les tableaux.Félix Galipaux (1860-1931)
L'épouse d'un ministre se fît adjuger aussi une salle de bain complète, avec mille litres de parfums pour ses ablutions présentes et futures.Jacques-Émile Blanche (1861-1942)
Et tout de suite, il eut l'excellente idée de s'adjuger le trésor à lui tout seul.Paul Féval (1816-1887)
Mais parmi les alliés plus d'un voyait avec jalousie et avec crainte l'empereur s'adjuger une grande souveraineté de plus.Émile Vincens (1764-1850)
Et, s'il vous plaît de soumissionner l'entreprise, je me dépouille pour vous l'adjuger, – me réservant mes droits de courtage, bien entendu : vingt-cinq pour cent, payables après réussite, comme toujours.Paul Mahalin (1838-1899)
Il allait s'adjuger ce trésor, dont, croyait-il, personne, ici-bas ou ailleurs, ne lui demanderait jamais compte.Daniel Lesueur (1854-1921)
Ceux qui aspirent à s'adjuger une part du bien des autres sont nombreux et vulgaires.Charles Wagner (1852-1918)
De cette façon, ils peuvent presque s'adjuger le droit de propriété sur des informations génétiques.Europarl
Une idée lui était venue : adjuger l'éducation de sa petite fille à la moins exigeante.Jules Lemaître (1853-1914)
Si tu veux me proclamer la plus belle et m'adjuger la pomme, je te donnerai le plus magnifique trésor qu'il y ait sur la terre.Johann Wolfgang von Goethe (1749-1832), traduction Édouard Grenier (1819-1901)
Afficher toutRéduire
 

définition ancienne (17e siècle)

Ces définitions sont issues du Dictionnaire universel de Furetière, publié en 1690. Il convient de les replacer dans le contexte historique et sociétal dans lequel elles ont été rédigées. En savoir plus.

Définition de « ADJUGER » v. act.

Juger en faveur de quelqu'un. Une requeste est enterinée, quand on adjuge au supliant ses fins & conclusions. on luy a adjugé des depens, dommages, & interests. cette succession luy a été adjugée comme au plus prochain heritier. on luy a adjugé mille escus de provision.
 
ADJUGER, signifie aussi, Vendre & delivrer en justice au plus offrant & dernier encherisseur un meuble à l'encan, un bail, un heritage par decret, & un ouvrage ou des reparations au rabais. Ces mots viennent du Latin ad, & judicare.
 
ADJUGÉ, ÉE. part. pass. & adj.
Le Top 10 des mots les plus étonnants Top 10 des mots des politiques Top 10 des mots des politiques

Travailleur, dégagisme, abracadabrantesque... Choisis délibérément, employés à l'improviste ou totalement inventés, certains mots marquent durablement le discours des femmes et des hommes politiques français. Qu'ils soient surprenants, brutaux, décalés, peu connus ou utilisés mal à propos, ils ont tous pour point commun d'être largement repris dans les médias et commentés à l'infini. De la chienlit du général de Gaulle au perlimpinpin d'Emmanuel Macron, voici dix mots qui prouvent que le lexique des politiques n'en finit pas de nous étonner.

Édouard Trouillez 10/06/2020