aimant

 

définitions

aimant ​​​ , aimante adjectif

Naturellement porté à aimer. ➙ affectueux, tendre.

aimant ​​​ nom masculin

Corps ou substance qui a reçu la propriété d'attirer le fer. Le champ magnétique d'un aimant. —  Aimant naturel. ➙ magnétite.
 

synonymes

aimant, aimante adjectif

affectueux, amoureux, câlin, caressant, doux, tendre

 

exemples

Ces exemples proviennent de sources externes non révisées par Le Robert. N'hésitez pas à nous signaler tout contenu inapproprié. En savoir plus.
Je crois que son caractère sera sensible et aimant, mais que ses goûts seront inconstants ; un fonds d'heureuse insouciance lui fera, je pense, prendre son parti sur tout assez promptement.Albert le Roy (1856-1905)
Puisqu'il te plaît de venir à moi, comme attiré par un aimant, je ne m'y opposerai pas.Comte de Lautréamont (1846-1870)
C'est en m'aimant infiniment, c'est en m'embrassant, que j'embrasserai les choses et les redresserai selon mon rêve.Maurice Barrès (1862-1923)
Il était impossible, lui disais-je, que la jeunesse, l'honneur et l'amour, quand ils étaient en face de la jeunesse, de la pureté, ne fussent pas attirés par un aimant irrésistible.Louis Ulbach (1822-1889)
Le mien, naturellement très-aimant, ne demandait qu'à se donner, et n'en avait point encore trouvé l'occasion.Jane Austen (1775-1817), traduction Isabelle de Montolieu (1751-1832)
Ce cœur aimant n'était-il pas encore trop meurtri pour supporter la gaïté bruyante d'une fête ?Madame Henri de la Ville de Mirmont (1860-1933)
Les êtres épris, à en perdre la tête et la vie, des êtres qui, aimant ailleurs, les éluderont éternellement !...Georges Eekhoud (1854-1927)
Comme je continuai de le nourrir, il devint si aimant, si gentil, si doux, qu'il fut dès lors un de mes serviteurs, et que depuis il ne voulut jamais m'abandonner.Daniel Defoe (1661-1731), traduction Petrus Borel (1809-1859)
Les régions stimulent le développement de la culture, et cette culture (projets et événements attrayants et importants) devient un aimant pour les investissements économiques.Europarl
Quoi qu'il en soit, c'était maintenant comme un aimant qui l'attirait vers le théâtre où s'était fait le dénouement de ce funeste drame !...Jules Verne (1828-1905)
Il lui semblait très obéissant, très aimant, et même elle se trouvait souvent gênée par ses caresses.Émile Zola (1840-1902)
L'œil d'une femme, de n'importe quelle femme, toujours guettant le vôtre, toujours accroché à votre fenêtre, à la longue, a l'attirance d'un aimant, magnétique.Edmond de Goncourt (1822-1896) et Jules de Goncourt (1830-1870)
Je voudrais créer deux clowns, deux frères s'aimant comme nous nous sommes aimés, mon frère et moi.Edmond de Goncourt (1822-1896) et Jules de Goncourt (1830-1870)
Eh non, je n'essayerai pas de vivre, et j'aime mieux cela ; et mourir en t'aimant, vaut mieux que de vivre.Paul Mariéton (1862-1911)
Il ne m'aime plus, mais il est toujours tendre et repentant après la colère... et je me retrouverai tout à coup l'aimant et ayant travaillé en vain à me détacher.Paul Mariéton (1862-1911)
Aimant la fange, ou la poussière, ou le gazon fleuri où ils sont tombés, ils veulent secrètement y rester, plutôt que de continuer leur pénible voyage.Jules-Paul Tardivel (1851-1905)
La tendresse sons le blâme, le cœur aimant qui s'efforce de s'endurcir et qui paraît implacable à force d'envie de pardonner, la justesse du principe dominant l'injustice du fait.George Sand (1804-1876)
Mais, tout en l'aimant, respecte en elle, d'abord, le rang de son mari, puis lui-même, puis, enfin, ta propre sûreté.Alexandre Dumas (père) (1802-1870)
Peut-être la pierre d'aimant elle-même n'est-elle devenuë aimant que par un pareil effet de l'électricité naturelle.Benjamin Franklin (1706-1790), traduction Thomas-François d'Alibard (1703-1799)
M'aimant, elle a consenti à épouser un homme qu'elle n'aimait pas, qu'elle ne pouvait pas, qu'elle ne pourrait jamais aimer ; car cet homme est vieux et méprisable.Hector Malot (1830-1907)
Afficher toutRéduire
 

définition ancienne (17e siècle)

Ces définitions sont issues du Dictionnaire universel de Furetière, publié en 1690. Il convient de les replacer dans le contexte historique et sociétal dans lequel elles ont été rédigées. En savoir plus.

Définition de « AIMANT » s. m.

Pierre minerale noire qui a de merveilleuses proprietez ; entre autres, d'attirer le fer, & de tourner ses poles vers le Nord & le Midi ; & même de communiquer sa vertu au fer qui la touche. On la trouve dans toutes les mines, & sur tout en celles de cuivre & de fer, de la nature desquels elle participe. Le bon aimant est fort solide, peu poreux, & peu pesant, homogene, de couleur d'eau, ou d'un noir luisant, & quelquefois d'une couleur perse ou bleu obscur ou tirant sur le roux. C'est une vision de croire qu'il y ait de l'aimant blanc. La vertu que l'aimant a communiquée au fer se perd, si on luy fait changer de figure, soit avec le marteau, soit avec les doits, comme une aiguille droite, si on la courbe, ou quand elle est courbe, si on la redresse. Ainsi l'asseure le Pere François Maria Grimaldi dans sa Physique. On appelle un aimant genereux, celuy qui attire fortement le fer. L'aimant se conserve en lieu sec & entouré d'escarlate : mais pour luy faire bien conserver sa vigueur, il faut l'armer & le suspendre par son équateur avec une corde de boyau, pour luy laisser prendre sa situation au Midi. S'il vient à tomber, il perd sa force pour quelque temps. On trouve ses poles en luy appliquant un morceau d'aiguille à coudre : car les deux endroits où les deux aiguilles demeureront droites, ce sont les deux poles. On tient que l'aimant rend fous ceux qui en ont pris, & que son contrepoison est l'or & la pierre d'esmeraude. Matthiole dit que l'aimant fondu avec de la bronze rousse, le fait devenir de couleur d'argent, comme la calamine donne la couleur d'or au cuivre. Pline dit que Dinocrates Alexandrin avoit commencé à vouter d'aimant le temple d'Alsinoé, afin d'y faire tenir son image suspenduë en l'air qui estoit toute de fer. On a fait accroire au peuple la même chose de la voute du sepulcre de Mahomet. Mais ce sont toutes fables. Gassendi & le Pere Fournier derivent ce mot de l'amour que l'aimant a pour le fer & pour le pole, quia nil amantius quàm attrahere & retinere. Menage le derive de adamante, ablatif de adamas, dont on a usé en cette signification. On l'appelle en Latin magnes, lapis Lydius ou Heraclius, parce qu'on le trouvoit dans Heraclée qui est une ville de Magnesie qui fait partie de la Lydie ; ou du nom d'un berger nommé Magnes, qui le premier le descouvrit avec le fer de sa houlette au mont Ida, comme témoigne Nicander. On l'appelle aussi Pierre Herculienne, à cause qu'elle monstre les chemins, dont Hercule estoit le Dieu & le guide. C'est ainsi qu'elle est nommée dans Euripide. On l'appelle aussi sideritis, à cause qu'il attire le fer, que les Grecs nomment sideros ; & en vieux François calamite. Gilbert, Cabeus, les Peres Grandami & Kircher, en ont écrit amplement. Le Pere Lieutau en a donné un nouveau Systeme. Descartes, Rohaut en ont expliqué plusieurs experiences.
Le dessous des mots Évasion textile Évasion textile

L'Orient évoque des visions lointaines et mystérieuses, des fastes somptueux et colorés. Pendant des siècles, il a été pour l'Occident la source de connaissances savantes fondamentales en matière d'astronomie, de mathématiques et de médecine, ainsi que de produits précieux tels que les épices, l’encens et les riches étoffes. Les draps d’or, de soie, les velours d’Orient, pourpre, soie, brocart, par leur caractère luxueux et leur prix élevé, participaient au prestige de leurs riches et puissants possesseurs, souverains et ecclésiastiques. Les étoffes byzantines ont survécu dans les trésors des églises d’Occident, pour protéger les reliques des saints ou confectionner les habits sacerdotaux d’apparat. 

Marie-Hélène Drivaud 17/07/2020