apostropher

 

définitions

apostropher ​​​ verbe transitif

Adresser brusquement la parole à (qqn), sans politesse. —  pronominal Conducteurs qui s'apostrophent.
 

conjugaison

actif

indicatif

présent

j'apostrophe

tu apostrophes

il apostrophe / elle apostrophe

nous apostrophons

vous apostrophez

ils apostrophent / elles apostrophent

imparfait

j'apostrophais

tu apostrophais

il apostrophait / elle apostrophait

nous apostrophions

vous apostrophiez

ils apostrophaient / elles apostrophaient

passé simple

j'apostrophai

tu apostrophas

il apostropha / elle apostropha

nous apostrophâmes

vous apostrophâtes

ils apostrophèrent / elles apostrophèrent

futur simple

j'apostropherai

tu apostropheras

il apostrophera / elle apostrophera

nous apostropherons

vous apostropherez

ils apostropheront / elles apostropheront

 

synonymes

apostropher verbe transitif

appeler, héler, interpeller

invectiver

 

exemples

Ces exemples proviennent de sources externes non révisées par Le Robert. N'hésitez pas à nous signaler tout contenu inapproprié. En savoir plus.
On la voit portant une figure de cire au pied des autels, l'apostropher dans les termes les plus passionnés.Charles Louandre (1812-1882)
Je lui passe très-volontiers les termes dont il s'est servi pour nous apostropher.Alphonse de Fortia de Piles (1758-1826) et Pierre-Marie-Louis de Boisgelin de Kerdu (1758-1816)
Tous les polissons du quartier s'en donnaient à cœur joie et ne cessaient d'apostropher et harceler les deux femmes.Albert Cim (1845-1924)
N'y réussissant qu'à demi, je me décidai à apostropher le sous-officier.Henri Sévérin Béland (1869-1935)
Aussi ne put-il se retenir d'apostropher rudement les ambassadeurs de ces puissances, la première fois qu'il les vit après la signature du traité.Paul Thureau-Dangin (1837-1913)
Il est inutile de m'apostropher parce que je ne vous comprends pas.Europarl
Dans le moindre bourg, dans les hameaux même, cet homme trouvait quelqu'un à apostropher, quelques mots à échanger.Louis Reybaud (1799-1879)
Elle se pinça les lèvres, se retenant pour ne pas apostropher les insolentes et leur clore le bec.Edmond Lepelletier (1846-1913), Victorien Sardou (1831-1908) et Émile Moreau (1852-1922)
Il était pâle, exaspéré ; il faisait un violent effort sur lui-même pour ne pas apostropher ces dames.Émile Zola (1840-1902)
D'autres fois, c'était eux qui commençaient à apostropher les balayeurs.Émile Gaboriau (1832-1873)
Elle aurait voulu s'entendre apostropher d'une phrase qui permit une telle réplique.Remy de Gourmont (1858-1915)
Édouard, qui n'aimait pas à être interrompu, chercha plusieurs fois à s'en débarrasser tranquillement et finit par l'apostropher avec emportement.Johann Wolfgang Goethe (1749-1832), traduction Aloïse Christine de Carlowitz (1797-1863)
Il voulut apostropher l'homoncule, l'immobilité tétanique de ses mâchoires suffit à lui révéler la vérité.Saintine (1798-1865)
Afficher toutRéduire
 

définition ancienne (17e siècle)

Ces définitions sont issues du Dictionnaire universel de Furetière, publié en 1690. Il convient de les replacer dans le contexte historique et sociétal dans lequel elles ont été rédigées. En savoir plus.

Définition de « APOSTROPHER » verb. act.

Adresser sa parole à quelque personne dans des discours ou des Escrits Oratoires.
 
APOSTROPHER, en termes de Grammaire, signifie, Obmettre ou retrancher une voyelle, ne la pas prononcer. Il n'y a en François que l'e feminin qui s'apostrophe, comme on voit dans les exemples cy-dessus.
Déjouez les pièges ! « Une centaine de personnes attendait, ou « attendaient ? » « Une centaine de personnes attendait, ou « attendaient ? »

Un doute sur l'accord du verbe avec un sujet collectif ? Suivez le guide !

10/06/2020