ban

 

définitions

ban ​​​ nom masculin

Histoire Convocation des vassaux par le suzerain ; les vassaux convoqués. —  locution Convoquer le ban et l'arrière-ban ​​​ (de…), tout le monde.
au pluriel Proclamation solennelle d'un futur mariage à l'église ou à la mairie. Publier les bans.
Roulement de tambour précédant une proclamation.
familier Applaudissements rythmés. Un ban pour le vainqueur !
Histoire Mesure d'exil proclamée. Mettre qqn au ban. ➙ bannir. Être en rupture de ban : enfreindre le jugement de bannissement ; au figuré être affranchi des contraintes de son état. —  Mettre qqn au ban de la société, un pays au ban des nations, le rejeter, le déclarer indigne, le dénoncer au mépris public.
français de Suisse Mettre à ban : interdire l'accès de (un lieu).
 

synonymes

ban nom masculin

proclamation, publication de mariage

 

exemples

Ces exemples proviennent de sources externes non révisées par Le Robert. N'hésitez pas à nous signaler tout contenu inapproprié. En savoir plus.
Ces autres, ce sont ses vassaux, c'est le ban et l'arrière-ban qu'il pouvait lever dans ses fiefs (jusqu'à quarante mille hommes).Jules Michelet (1798-1874)
Ils ne risquaient rien, étant déjà mis au ban de la dignité humaine par la bulle qui pesait sur eux.Auguste de Villiers de L'Isle-Adam (1838-1889)
Aussitôt que j'entendis publier ce ban, je quittai la ville, suivie de mon domestique, qui commençait à montrer quelque hésitation dans la fidélité à toute épreuve qu'il m'avait promise.Miguel de Cervantès Saavedra (1547-1616), traduction Louis Viardot (1800-1883)
Je serai toujours condamné pour rupture de ban, ainsi je ne pourrai pas reprendre l'affaire ; mais, si je trouve un amateur je la céderai pour pas trop cher.Eugène Sue (1804-1857)
Par conséquent, les députés ont essentiellement voté par crainte de l'arrière-ban – il n'existe aucune structure de parti, les gens sont élus directement – et par peur de perdre leur propre place.Europarl
Robert n'avait-il pas failli, au moment où son oncle avait été chargé de lui faire entendre raison, se faire mettre au ban de son monde ?Marcel Proust (1871-1922)
Autant eût valu mettre au ban du royaume l'aigle et le chamois, ses compagnons d'indépendance et de liberté.Alexandre Dumas (père) (1802-1870)
Il a dit que les sans-culottes comme toi et tes amis étaient des galériens en rupture de ban.Ernest Capendu (1826-1868)
Déjà les touristes, affamés par la longue route qu'ils avaient parcourue dans les airs, étaient attablés et un ban salua l'arrivée des retardataires.Henry de Graffigny (1863-1934)
Voici maintenant que le monde s'imagine de moraliser et de me mettre au ban de certaines coteries prudes et revêches.Eugène Sue (1804-1857)
Il était donc évident que cette maison maudite était hantée, et servait de refuge à des légions de diablotins en rupture de ban qui venaient y faire leur sabbat.Wenceslas-Eugène Dick (1848-1919)
Nous demandons la mise en place d'un gouvernement de transition pour préparer les élections présidentielles et législatives, la junte s'étant définitivement mise au ban de la communauté internationale.Europarl
Elle avait vidé ses armoires, convoqué le ban et l'arrière-ban de ses serfs pour ce dîner, qui nous a été servi dans une vieille argenterie noire et bosselée.Honoré de Balzac (1799-1850)
Néanmoins, à mes yeux, une mise au ban générale ne conduirait qu'à aggraver les activités illégales et l'absence de règles.Europarl
Le texte français parle de «bannissement», le texte néerlandais de »veroordeling» (condamnation) et le texte anglais d'»ostracising» (mise au ban de la société).Europarl
Allons maintenant couronner l'œuvre que j'ai entreprise en voulant me rendre un de ces hommes hardis que vous maudissez et que vous mettez au ban des nations policées.Édouard Corbière (1793-1875)
Vous devez protester contre elle, et mettre au ban de l'humanité ces égorgeurs et ces proscripteurs.André Léo (1824-1900)
Il fut obligé de payer les dommages-intérêts, et mourut en chemin, comme il partait pour exécuter son ban.Jean-Baptiste-Joseph Champagnac (1798-1858)
Jean était à la tête de la grande cohue féodale du ban et de l'arrière-ban, qui faisait bien cinquante mille hommes.Jules Michelet (1798-1874)
Crainte de rien oublier, ils font crier le ban « que tuit cil a cui il doivent riens, veignent avant, si seront paié ».Charles-Victor Langlois (1863-1929)
Afficher toutRéduire
 

définition ancienne (17e siècle)

Ces définitions sont issues du Dictionnaire universel de Furetière, publié en 1690. Il convient de les replacer dans le contexte historique et sociétal dans lequel elles ont été rédigées. En savoir plus.

Définition de « ARRIERE-BAN » subst. masc.

est la convocation que fait le Roy de sa Noblesse pour aller à la guerre, tant de ses vassaux, que des vassaux de ses vassaux. On a mandé le Ban & l'Arriere-ban. l'Arriere-ban qui se mande pour le mois de Mars n'est jamais prest qu'en Septembre.
 
Menage derive ce mot de haribannum, ou heribannum, qui vient de l'Allemand hare, ou here, qui signifioit armée dans la premiere & seconde Race de nos Rois ; & ban, appel, ou semonce, d'où on a fait d'abord Here-ban, & par corruption Arriere-ban, qui étoit un appel des vassaux pour aller à l'armée. Pasquier dit qu'il en est fait mention frequente dans la Loy Salique, lors que les Rois convioient leurs sujets de les suivre à la guerre.

Définition de « BAN » subst. masc.

Publication à haute voix, au son du tambour, ou de la trompette, ou des tymbales, de l'ordre d'un Superieur, ou de la part du Roy & de la Justice. On a fait un ban portant deffenses de sortir du camp, d'aller à la petite guerre. On a fait un ban dans les carrefours, qui deffend les passements d'or & d'argent. On trouve ces phrases dans les Coustumes, Crier au ban. Cas de ban. A peine de ban. Proceder à ban, &c. On appelle aussi Ban, la publication & le cri que fait faire le Seigneur Feodal pour se faire rendre les hommages, ou luy payer les redevances, & le venir reconnoistre. On dit aussi Ban de vendanges, Ouverture de ban, &c. pour dire, la publication de la permission des vendanges. Du Cange dit qu'on a appellé aussi l'Excommunication, le ban de l'Evêque. Menage derive ce mot de l'Allemand ban, qui signifie proprement publication, & ensuitte proscription, parce qu'elle se faisoit à son de trompe, d'où sont venus les mots de bannir, ban, bannissement, de bandi, de ban, & arriere-ban, banlieuë, banniere, bannal, abandonner, &c. Nicod le derive d'un autre mot Allemand ban, qui signifie champ, & territoire, dautant que c'est en vertu de ce qu'on tient des Fiefs, champs & heritages, qu'on est obligé au ban, & arriere-ban ; & que le four à ban est le four du territoire de la Seigneurie. Borel le derive du Grec pan, qui signifie tout, parce que la convocation est generale.
 
BAN, se dit aussi des publications qui se font aux prosnes des Parroisses des noms de ceux qui veulent se marier, ou prendre les Ordres. Le Concile de Trente a ordonné la publication de trois bans pour empêcher les mariages clandestins. Ces publications ne sont pas de l'essence du mariage. On obtient aisément dispense des bans. On achete les deux derniers bans, quand le premier a esté publié.
 
BAN, se dit aussi de la publication qui se fait pour convoquer tous les Nobles d'une Province pour servir le Roy dans ses armées, suivant qu'ils y sont obligés par la Loy des Fiefs. On a publié le Ban, & l'Arriere-ban.
 
BAN, est aussi l'Assemblée de ces Nobles en corps d'armée. Le Ban, & l'Arriere-ban est long-temps à se mettre en campagne.
 
BAN, se dit aussi des assignations qui se font à cri public aux vassaux pour comparoir devant leur Souverain en certaines occasions, & pour rendre compte de leurs actions. Les Princes d'Allemagne sont souvent assignés, sont mis au ban de l'Empire, & on confisque leurs Fiefs, faute d'y rendre l'hommage & le service dont ils sont tenus.
 
BAN, signifie aussi, Bannissement ; & on dit en termes de Palais, Il luy est enjoint de garder son ban à peine de la hart. il a obtenu un rappel de ban.
 
BAN, signifie encore, un endroit & un lieu public qu'ont les Seigneurs des grands Fiefs pour obliger tous les habitans d'une Seigneurie de venir cuire au four du Seigneur, de moudre à son moulin, ou d'apporter leur vendange à son pressoir. Ainsi on dit, un four à ban, un moulin à ban, un pressoir à ban ; & on appelle Sujets banniers, & Droit de bannée, ceux qui sont obligés à ce droit. En quelques Coustumes on appelle Four bandier, Moulin bandier, ce qu'on appelle ailleurs bannal.
 
On dit proverbialement d'un homme qui a une bouche trop fenduë, qu'elle est grande comme un four à ban.
Déjouez les pièges ! « Elle a l'air gentille » ou « elle a l'air gentil » ? « Elle a l'air gentille » ou « elle a l'air gentil » ?

Vous aussi, vous hésitez toujours ?... Alors consultez les règles d'or de l'accord de l'adjectif qualificatif avec « avoir l'air ».

27/02/2020