bourrer

 

définitions

bourrer ​​​ verbe transitif

Emplir de bourre. ➙ rembourrer. Bourrer un coussin.
Remplir complètement en tassant. Bourrer sa valise. Bourrer une pipe.
Gaver (qqn) de nourriture. —  pronominal Elle s'est bourrée de gâteaux. ➙ familier se goinfrer.
intransitif, familier Un aliment qui bourre, qui cale l'estomac. ➙ bourratif.
Bourrer le crâne à qqn, lui raconter des histoires, essayer de lui en faire accroire. familier Bourrer le mou à qqn (même sens).
vieux Maltraiter (➙ bourreau). —  moderne Bourrer qqn de coups, le frapper à coups redoublés.

se bourrer ​​​ verbe pronominal

familier S'enivrer.
faux pronominal Se bourrer la gueule.
 

conjugaison

actif

indicatif

présent

je bourre

tu bourres

il bourre / elle bourre

nous bourrons

vous bourrez

ils bourrent / elles bourrent

imparfait

je bourrais

tu bourrais

il bourrait / elle bourrait

nous bourrions

vous bourriez

ils bourraient / elles bourraient

passé simple

je bourrai

tu bourras

il bourra / elle bourra

nous bourrâmes

vous bourrâtes

ils bourrèrent / elles bourrèrent

futur simple

je bourrerai

tu bourreras

il bourrera / elle bourrera

nous bourrerons

vous bourrerez

ils bourreront / elles bourreront

 

synonymes

se bourrer verbe pronominal

se gaver, se goinfrer, se farcir (familier)

[familier] s'enivrer

 

exemples

Ces exemples proviennent de sources externes non révisées par Le Robert. N'hésitez pas à nous signaler tout contenu inapproprié. En savoir plus.
A peine y trouva-t-il de quoi bourrer médiocrement le giron de la moins corpulente de ses hétaïres.Louis Dumure (1860-1933)
Il se mit à fendre du menu bois et à bourrer le poêle.André Theuriet (1833-1907)
Je pris le parti de bourrer mes poches de bank-notes et d'en loger la plus grande partie dans la doublure de mon pardessus.Arnould Galopin (1863-1934)
C'est d'évidence que l'on n'arrête pas de nous bourrer le crâne.Europarl
Il en jugerait exactement si la science consistait dans l'amas des faits et s'il s'agissait seulement de se bourrer la cervelle.Anatole France (1844-1924)
Un millier de pièces environ se trouvèrent toutes chargées fort heureusement, car, sans cela, on n'aurait jamais pu se flatter de pouvoir en bourrer une seule.Édouard Corbière (1793-1875)
L'auteur s'est donné un mal extraordinaire pour bourrer son livre à chaque page d'intégrales totalement inutiles.Gustave Le Bon (1841-1931)
J'en étais bouleversé, car là où je me trouvais tout à fait nul, on persistait à me bourrer de grandes qualités ou de défauts sataniques.Charles Des Écores (1852-1905)
C'est une règle de ne pas trop se bourrer lorsqu'on est resté longtemps sans manger ; nous le savons par expérience, toi et moi.Lucien Biart (1828-1897)
Mais il était, lui, insupportable avec sa manie de bourrer de journaux les cabinets.Gustave Coquiot (1865-1926)
Je vais vous le bourrer qu'il en deviendra bossu.Eugène Chavette (1827-1902)
Cela s'explique parce qu'il faut être savant pour être sculpteur, et que pour un art manuel, on rechigne à se bourrer d'études littéraires et scientifiques.Fernand Desnoyers (1828-1869)
Trouve-t-elle un roseau coupé, assez large pour recevoir une cellule, elle n'hésite pas à s'y loger et à le bourrer d'une longue file de coques.Jean Pérez (1833-1914)
Une baguette en fer, terminée par un anneau en cuir ouvragé et qui leur, sert à bourrer leurs pistolets, complète leur attirail guerrier.Émile de Laveleye (1822-1892)
Il venait trois fois par semaine à la maison, s'étant chargé, dans un jour de beau zèle, de bourrer ma cervelle de toutes les sciences à lui connues.Jean de la Brète (1858-1945)
Sur une pierre plate étaient préparés des raisins secs, des figues et des châtaignes, dont, à défaut de truffes, on devait bourrer le rôti.Alexandre Dumas (père) (1802-1870)
Puis, elle promenait des glaces et des verres de sirop, lâchait tout pour bourrer quelque gamine qu'on oubliait, repartait en questionnant les uns et les autres.Émile Zola (1840-1902)
Au fond, mon ami se montra assez vaillant, et lorsqu'il s'agit de bourrer le poêle plusieurs fois, il me proposa son aide.Mark Twain (1835-1910), traduction François de Gail (1874-1947)
Quand la pièce ne fournissait pas suffisamment, on trouvait tout de même le moyen de la bourrer d'attractions.Albert Robida (1848-1926)
Depuis ce temps-là, les deux surgardiennes intimes avaient eu le soin d'en bourrer leurs poches, et de lui en donner une ou plusieurs aussitôt qu'elle faisait la grimace.Alexandre Dumas (père) (1802-1870)
Afficher toutRéduire
 

définition ancienne (17e siècle)

Ces définitions sont issues du Dictionnaire universel de Furetière, publié en 1690. Il convient de les replacer dans le contexte historique et sociétal dans lequel elles ont été rédigées. En savoir plus.

Définition de « BOURRER » v. act.

Attaquer, frapper, battre quelqu'un. Les chiens bourrent les lievres en les chassant. ces deux Escrimeurs se sont portés plusieurs bottes franches, ils se font bien bourrez. ces deux Pedants se sont bien bourrés les uns les autres dans cette dispute, dans leurs écrits.
Le Top 10 des mots les plus étonnants Top 10 des mots qui ont un sens différent au Canada Top 10 des mots qui ont un sens différent au Canada

La langue française varie selon les différentes régions du monde. Certains mots et expressions sont employés seulement en France, en Belgique, en Suisse, en Afrique ou au Canada : on parle alors de francismes, de belgicismes, d’helvétismes, d’africanismes et de canadianismes (ou de québécismes pour ceux qui concernent uniquement le Québec). Il arrive aussi qu’un même mot ait des sens différents selon les pays, ce qui peut causer bien des malentendus ! Voici quelques exemples avec nos dix canadianismes sémantiques favoris.

Édouard Trouillez 23/05/2020