cogner

 

définitions

cogner ​​​ verbe

verbe transitif direct
familier Heurter (qqch.). Cogner un meuble.
familier (complément : personne) Battre, rosser. ➙ familier tabasser.
verbe transitif indirect Frapper fort, à coups répétés. Cogner sur ; à la porte. ➙ heurter.
verbe intransitif Frapper ; heurter. J'entends quelque chose qui cogne.

se cogner ​​​ verbe pronominal

Se heurter. Se cogner à un meuble.
 

conjugaison

actif

indicatif

présent

je cogne

tu cognes

il cogne / elle cogne

nous cognons

vous cognez

ils cognent / elles cognent

imparfait

je cognais

tu cognais

il cognait / elle cognait

nous cognions

vous cogniez

ils cognaient / elles cognaient

passé simple

je cognai

tu cognas

il cogna / elle cogna

nous cognâmes

vous cognâtes

ils cognèrent / elles cognèrent

futur simple

je cognerai

tu cogneras

il cognera / elle cognera

nous cognerons

vous cognerez

ils cogneront / elles cogneront

 

synonymes

 

exemples

Ces exemples proviennent de sources externes non révisées par Le Robert. N'hésitez pas à nous signaler tout contenu inapproprié. En savoir plus.
Ne va donc pas ainsi sans faire attention ; tu pourrais te cogner contre une pierre.Hans Christian Andersen (1805-1875)
Je me mis à cogner à la porte de ma cellule, fis un vacarme de tous les diables et exigeai que l'on me donnât un autre vêtement...Arnould Galopin (1863-1934)
Quand il arriva, quand il faillit se cogner dans un tas noir, allongé près de la voie descendante, il resta planté, parcouru des talons à la nuque d'une secousse.Émile Zola (1840-1902)
Mais alors, j'avais beau cogner et veiller ; et pourtant, je suis assez malin ; elle l'était dix fois plus que moi, la rusée, et me filait entre les mains.Romain Rolland (1866-1944)
Sans lunettes, nous ne pouvons rien faire ; je ne peux pas lire, je ne peux pas conduire et je ne peux éviter de me cogner.Europarl
L'autre, devinant sans le voir, ce qui venait de se passer, se mit à cogner le cheval, au hasard, de la mèche et du manche.Maurice Level (1875-1926)
Devant se tenaient quelques officiers de paix peu zélés et une douzaine d'agents mal disposés à cogner car, à cette époque, la police, en majeure partie, était boulangiste.Adolphe Retté (1863-1930)
Mon hangar à voitures derrière la cour est vide et vous ne trouverez jamais d'endroit plus favorable pour se cogner.Arthur Conan Doyle (1859-1930), traduction Albert Savine (1859-1927)
Maintenant encore, quand on évoquait la chose, ses veines du front se tendaient ainsi que des câbles et ses poings serrés s'arrondissaient comme des maillets, prêts à cogner.Louis Pergaud (1882-1915)
Elle allait aux jeux, à la toupie hollandaise qu'elle regardait se cogner avec un coup sec aux arêtes de cuivre.Jules Claretie (1840-1913)
Elle fit descendre le cocher et lui ordonna de cogner avec le manche de son fouet, ce qu'il fit.Paul Féval (1816-1887)
Cette fois le pigeon se regimbe et va cogner pour de bon, mais en prévision du grabuge le logeur a stipendié ses satellites ordinaires qui maîtrisent le récalcitrant.Georges Eekhoud (1854-1927)
A son âge et avec son rang il irait encore cogner comme un sourd sur ces grandes pièces de bois !George Sand (1804-1876)
Les moineaux prirent leur élan pour voler vers les arbres ; mais ils vinrent se cogner contre une toile.Hans Christian Andersen (1805-1875)
Quant aux feldwebels, ils ne se tenaient plus de rage et ne demandaient qu'à cogner.Louis Dumure (1860-1933)
Dès le couloir il commence à cogner, puis il referme sur eux la porte pour battre le misérable tout à l'aise...Alain-Fournier (1886-1914)
Pour la première fois de sa vie, la fillette passa la journée sans pleurer, sans se cogner, sans trouer ses bas.Alphonse Daudet (1840-1897)
Il venait de se cogner contre un boute-roue ; frottant son genou, il se répandit en imprécations contre les maisons mal éclairées.Victor Cherbuliez (1829-1899)
Ordinairement, quand je laisse ce parapluie piquer la robe ou cogner le flanc de ma mère, c'est du « maladroit » par-ci, du « nigaud » par-là ; elle crie, je reçois une gifle.Jules Vallès (1832-1885)
Il vaut mieux plaire à ma cousine que de me cogner contre cette femme immorale, qui me fait l'effet d'être bien coûteuse.Honoré de Balzac (1799-1850)
Afficher toutRéduire
 

définition ancienne (17e siècle)

Ces définitions sont issues du Dictionnaire universel de Furetière, publié en 1690. Il convient de les replacer dans le contexte historique et sociétal dans lequel elles ont été rédigées. En savoir plus.

Définition de « COGNER » v. act.

Frapper fortement avec un marteau, ou autre instrument contondant. A force de cogner, on enfonce des clous dans du bois, un pieu dans la terre.
 
COGNER, signifie aussi, Heurter, faire du bruit. Cognez à la porte, on vous ouvrira. les enfants prennent plaisir à cogner, à faire du bruit.
 
COGNER, signifie aussi, Battre ou blesser. Il s'est blessé en se cognant contre un volet, contre un mur, il s'est fait une bosse.
 
On dit, Il vaudroit autant se cogner la teste contre un mur, pour dire, que quelque soin que l'on prenne, on ne reüssira point en quelque affaire.
 
Tous ces mots viennent du Latin cuneus, un coin. Cogner se dit comme cuneum adigere, faire entrer un coin dans du bois.
Vidéos Gargouille, par Alain Rey Gargouille, par Alain Rey

Le –gouille du mot gargouille est une variante du terme goule, qui signifie « gueule ». Découvrez l’histoire du mot gargouille avec Alain Rey.

Alain Rey 15/09/2020