couronner

 

définitions

couronner ​​​ verbe transitif

Coiffer (qqn) d'une couronne. —  Décerner un prix, une récompense à (qqn, qqch.). Couronner le lauréat. Couronner un livre.
Proclamer (qqn) souverain en ceignant d'une couronne. Couronner un roi. ➙ sacrer.
littéraire Orner, entourer (la tête, le sommet) comme fait une couronne. Un diadème couronnait son front. ➙ ceindre.
Blesser au genou.
littéraire Achever en complétant, en rendant parfait. ➙ accomplir. —  ironique Et pour couronner le tout, il arrive en retard.
 

conjugaison

actif

indicatif

présent

je couronne

tu couronnes

il couronne / elle couronne

nous couronnons

vous couronnez

ils couronnent / elles couronnent

imparfait

je couronnais

tu couronnais

il couronnait / elle couronnait

nous couronnions

vous couronniez

ils couronnaient / elles couronnaient

passé simple

je couronnai

tu couronnas

il couronna / elle couronna

nous couronnâmes

vous couronnâtes

ils couronnèrent / elles couronnèrent

futur simple

je couronnerai

tu couronneras

il couronnera / elle couronnera

nous couronnerons

vous couronnerez

ils couronneront / elles couronneront

 

synonymes

 

exemples

Ces exemples proviennent de sources externes non révisées par Le Robert. N'hésitez pas à nous signaler tout contenu inapproprié. En savoir plus.
Au milieu de la bataille, cette tourbe vint couronner la hauteur pour regarder de loin.Auguste Angellier (1848-1911)
Je regardai les derniers rayons couronner le pic et les ombres monter peu à peu sur ses rampes.Jules Verne (1828-1905)
C'étaient d'abord les avant-gardes, les états-majors, les batteries légères accourant au grand trot pour couronner les hauteurs ; puis les masses profondes, infanterie, cavalerie, artillerie.Albert Vandal (1853-1910)
Aimez-vous toujours ainsi, mes enfans, dit-elle en les embrassant ; je viens exprès pour couronner de si beaux feux.Antoine Hamilton (1664-1720), Jacques Cazotte (1719-1792) et Henriette-Julie de Castelnau de Murat (1670-1716)
La proposition de lancer un concours télévisé visant à couronner l'entreprise européenne transfrontalière de l'année me semble un gaspillage ridicule de fonds européens.Europarl
Le bonheur, l'existence qui vous attendent, vous deux, vous qui avez tout, la fortune, l'amour, vous à qui ne manque que ce joyau pour couronner, pour fermer le diadème....Michel Corday (1869-1937)
C'est à les seconder et à couronner leur entreprise que mon neveu et ses amis se sont attachés.Ernest Daudet (1837-1921)
Ses anciennes victoires n'étaient plus rien, du moment que lui échappait celle qui devait couronner toutes les autres.Friedrich von Schiller (1759-1805), traduction Adolphe Regnier (1804-1884)
Pourvu que nous, réussissions d'ici quelques mois la petite affaire que nous projetons, et qu'une bonne faillite bien en règle vienne couronner mes efforts, tout ira comme sur des roulettes.Georges Darien (1862-1921)
En attendant le jour fortuné qui devait couronner mes désirs, je comptais avec impatience les instants, et mon cœur se livrait à ses transports.Jean-Paul Marat (1743-1793)
Elle pressa le rythme de l'air et les oiseaux redescendirent vers elle ; et ils volaient autour de sa tête, et semblaient la couronner d'une vivante couronne.Judith Gautier (1845-1917)
De tous les rêves qu'il avait cru faire depuis trois jours, le plus inattendu, le plus prodigieux, à coup sûr, était celui qui venait de couronner et d'expliquer les autres.George Sand (1804-1876)
Le soir, pour couronner la fête, le sacristain fûté disparaissait avec toutes les richesses d'emprunt qu'on ne put jamais retrouver.Eugène Viollet-le-Duc (1814-1879)
Vous n'aviez donc, vous et vos amis, puisque vous reculiez d'effroi, vous n'aviez qu'à couronner l'héritier légitime dans la personne d'un enfant sorti du trône et innocent du règne.Alphonse de Lamartine (1790-1869)
Bokel, pourtant, ne broncha pas plus que si l'autre eût parlé de le couronner de roses.Eugène Chavette (1827-1902)
Il s'y tint différents conciles ; les empereurs s'y firent couronner pendant plusieurs siècles, de 813 à 1531.Noémie Dondel Du Faouëdic (1834-1915)
La main de l'homme a-t-elle aidé à cette confusion puissante qui, mêlant le riant et le terrible, va couronner ce sombre géant de pierre d'une chevelure odorante et fleurie.Paul Féval (1816-1887)
Il fallait couronner ces quilles dépassant de beaucoup le niveau des couvertures ; et ces couronnements, pour produire de l'effet, devaient nécessairement prendre de l'importance.Eugène Viollet-le-Duc (1814-1879)
En m'imposant l'obligation de couronner dignement mon travail, ils semblent par cela même m'éloigner encore de vous.Gaston Lavalley (1834-1922)
Prévoyant l'importance que les pêcheries ne tarderaient pas à acquérir, il avait, un des premiers, organisé un établissement sur une vaste échelle, et le succès était venu couronner son entreprise.Henri-Émile Chevalier (1828-1879)
Afficher toutRéduire
 

définition ancienne (17e siècle)

Ces définitions sont issues du Dictionnaire universel de Furetière, publié en 1690. Il convient de les replacer dans le contexte historique et sociétal dans lequel elles ont été rédigées. En savoir plus.

Définition de « COURONNER » v. act.

Mettre une couronne sur la teste. On couronne le Roy, lors qu'on le sacre.
 
COURONNER, signifie aussi, Donner un Royaume. Une Reine qui épouse un Prince le couronne, le fait Roy.
 
COURONNER, se dit aussi des couronnes de fleurs qu'on met sur la teste en des festes & des resjouïssances. Dans cette feste pastorale les Bergers & les Bergeres furent couronnez de fleurs. On couronnoit les victimes de fleurs dans les anciens sacrifices. JESUS-CHRIST fut couronné d'espines.
 
COURONNER, signifie aussi, Mettre une couronne sur des Armoiries. Il a couronné son Escu d'une couronne de Comte.
 
COURONNER, signifie figurément, Recompenser la vertu par des marques d'honneur, soit de paroles, ou autrement. Les éloges & les Panegyriques sont faits pour couronner la vertu. Les Martyrs & les Saints seront couronnez d'une gloire éternelle. L'innocence de cette fille a été reconnuë, & a été enfin couronnée par les recompenses qu'elle a receuës. Cet amant a espousé sa maistresse, il a été couronné par les mains de l'amour.
 
On dit que la fin couronne l'oeuvre, pour dire, que la vertu parfaite doit perseverer jusqu'à la fin.
 
COURONNÉ, ÉE. part. & adj.
 
On appelle les Testes couronnées, les Rois & l'Empereur. On met la Republique de Venise au rang des Testes couronnées, à cause du Royaume de Chypre sur lequel elle pretend avoir droit pour l'avoir long-temps possedé.
 
On appelle une plaine couronnée de montagnes, quand elle en est environnée. Les escus d'or de France ont été appellez autrefois couronnez ; & c'est un nom qu'ils retiennent encore chez les étrangers.
 
On dit en termes de Jardinage, qu'un arbre est couronné, c'est à dire, qu'il est sur son retour, & qu'il ne pousse plus de bois qu'à l'extremité de ses branches.
Le dessous des mots Un homme sur deux est une femme Un homme sur deux est une femme

Au-delà de la formule destinée à faire sourire, force est de constater que la moitié des hommes sont des femmes. Cet énoncé est correct grammaticalement et fait pleinement sens, ce paradoxe apparent étant rendu possible par la polysémie du mot homme, qui désigne à la fois un individu de sexe masculin et un mammifère du genre Homo, membre de l’humanité. Des bricolages de fortune ont tenté de contourner cette regrettable polysémie. Des solutions empiriques, telles que la typographie, prétendent distinguer l’homme de l’Homme (de la même manière, et pour les mêmes raisons, que l’histoire du Petit Chaperon rouge et l’Histoire et ses sources). Disons-le tout net, ça ne fonctionne pas.

Marie-Hélène Drivaud 28/05/2020