cul

 

définitions

cul ​​​ nom masculin

familier Derrière, postérieur humain. Tomber sur le cul. Donner un coup de pied au cul à qqn.
locution, au figuré Il en est tombé, resté sur le cul : il a été très étonné. —  Être comme cul et chemise, inséparables. —  Tirer au cul. ➙ flanc. —  Lécher le cul à qqn, le flatter bassement.
exclamatif Mon cul !
Anus. —  locution En avoir plein le cul, en avoir assez.
Faux cul : anciennement tournure portée par les femmes. —  au figuré nom et adjectif Hypocrite.
L'amour physique. Une histoire de cul.
par analogie (emploi non vulgaire) Fond de certains objets. Cul de bouteille. ➙ cul-de-(à l'ordre alphabétique). —  Faire cul sec, (Belgique) cul blanc (en buvant), vider son verre d'un trait.
 

synonymes

cul nom masculin

base, derrière, fond

derrière

sexe

cul-de-sac

impasse, voie sans issue

 

exemples

Ces exemples proviennent de sources externes non révisées par Le Robert. N'hésitez pas à nous signaler tout contenu inapproprié. En savoir plus.
Amené à sa révérence éminente, elle me tourna le cul ; c'est la marque d'honneur, et j'entrai en exercice.Honoré-Gabriel de Riqueti de Mirabeau (1749-1791)
Mais les chymiques disent qu'ils cherchent les esprits : & de là il sembleroit que vous voulussiez conclure que les femmes ayant plus de cul, eussent plus d'esprit que les hommes.François Béroalde de Verville (1556-1626)
On chantait, on criait ; le grand vieil âtre en cul de four, grillé de fer et gorgé de houille, flambait.Victor Hugo (1802-1885)
Le cul n'est-il pas le prince des membres, puisque tous lui font service, & que ses dédains, ou ennuis, ou coleres les affligent tous ?François Béroalde de Verville (1556-1626)
Alors, elle se dirigeait vers lui en stricte ligne droite, cognant de côté et d'autre avec ses nageoires de devant et jetant les jeunes phoques cul par-dessus tête.Rudyard Kipling (1865-1936), traduction Louis Fabulet (1862-1933) et Robert d'Humières (1868-1915)
Les autres bêtes vinrent donner de la tête contre le cul des voitures, et la file s'arrêta, avec la secousse des ferrailles, au milieu des jurements des charretiers réveillés.Émile Zola (1840-1902)
Des lièvres éperdus détalaient devant nous, le cul sautillant, et des compagnies de perdrix s'enlevaient à notre approche.Louis Dumure (1860-1933)
S'il avait eu l'air gai, ces messieurs auraient fait leur bouche en cul de poule.Georges Darien (1862-1921)
L'indignation pour moi, c'est la broche qu'ont dans le cul les poupées, la broche qui les fait tenir debout.Edmond de Goncourt (1822-1896) et Jules de Goncourt (1830-1870)
Il riait comme un cul, le trou de la bouche arrondi, et les joues tellement bouffies qu'elles lui cachaient le nez ; un vrai cul, enfin !Émile Zola (1840-1902)
Si vous étiez aussi mordant que reprenant, il n'y auroit cul qui n'eût des dents.François Béroalde de Verville (1556-1626)
Si, des fois, tu voyais le noir ou le fouette-cul ou quelqu'un que tu ne connaisses pas, tu sifflerais deux coups pour qu'on puisse se sauver.Louis Pergaud (1882-1915)
Que de retours désespérants après une rapide envolée qui vient se briser à un cul-de-sac !Louis Boussenard (1847-1910)
En effet, cette partie de rue ne pouvoit nullement être regardée comme un cul-de-sac, angiportus.Jacques Bins de Saint-Victor (1772-1858)
Soyez bien persuadés qu'une fois le cul sur la selle, je serai bien différent de ce que vous m'avez vu jusqu'à présent.Maxime de La Rocheterie (1837-1917)
L'idée qu'éveillé l'ancien mot « cul de basse-fosse » ne pouvait s'appliquer à cette cave qu'à la condition de se figurer une fosse à lions ou à tigres.Victor Hugo (1802-1885)
Libre aux partisans du néo-symbolisme révolutionnaire de gémir à la vue de ce monument sur les souffrances de l'homme du peuple ; j'y vois un cul-de-lampe de fantaisie.Champfleury (1821-1889)
Gaud poussait la yole le cul en avant, en sciant des avirons, de sorte qu'il avait toujours le sabot sous ses yeux.Marc Elder (1884-1933)
Ce roi impotent avait le goût du grand galop ; ne pouvant marcher, il voulait courir ; ce cul-de-jatte se fût fait volontiers traîner par l'éclair.Victor Hugo (1802-1885)
Les députés, qui étaient pourtant un évêque et un moine, furent, pour toute réponse, jetés dans un cul de basse-fosse.Jules Michelet (1798-1874)
Afficher toutRéduire
 

définition ancienne (17e siècle)

Ces définitions sont issues du Dictionnaire universel de Furetière, publié en 1690. Il convient de les replacer dans le contexte historique et sociétal dans lequel elles ont été rédigées. En savoir plus.

Définition de « CUL » s. m.

Ouverture exterieure du dernier boyau, par où l'animal descharge ses excrements. On l'appelle autrement l'anus, le siege, le fondement.
 
CUL, se prend aussi pour les fesses. Un postillon a souvent le cul escorché, la raye du cul escorchée. On donne le fouët aux escoliers sur le cul. On luy a donné cent coups de pieds au cul. Cet enfant s'est mis à cul nud.
 
CUL, se prend en general pour les parties honteuses, quand on les découvre, & pour toute la partie du derriere. Il a monstré le cul, pour dire, Il a tourné le dos, il s'est enfuy.
 
On dit d'un brave Officier d'armée, qu'il a toûjours le cul sur la selle, pour dire, qu'il est vigilant, qu'il est toûjours à cheval : à la ville, on le dit de celuy qui est assidu à l'estude, & à son travail, qui est sedentaire. On l'appelle autrement cul de plomb.
 
On dit aussi d'un Capitaine d'une armée, qu'il a été arresté sur cul, pour dire, tout court, & qu'on l'a empêché de passer outre. On le dit aussi des autres obstacles qu'on met à la poursuitte des affaires. On alloit faire adjuger cette terre, mais des lettres d'Estat ont arresté sur cul le poursuivant.
 
On dit au jeu, Joüer à cul levé, dans les jeux où on ne peut joüer que deux, lors que celuy qui perd quitte la place à un troisiéme pour joüer à son tour. On dit aussi, Joüer à couppe-cul, quand on jouë à la charge de ne point donner de revanche. On appelle au Lansquenet un couppe- cul, quand celuy qui a la main tire sa carte la premiere, & perd toutes les autres.
 
CUL, se dit figurément du fond ou de la partie inferieure d'un vaisseau. Le cul d'un verre, d'une bouteille. Le cul d'un chapeau, c'est la forme d'un chapeau, sa capacité. Le cul d'un chauderon, le cul d'un panier.
 
Mettre un tonneau sur cul, c'est à dire, le vuider, & le renverser aprés. On dit aussi, Boire sur le cul d'un tonneau, pour dire, Se servir d'un tonneau renversé au lieu de table.
 
On appelle un cul de basse fosse, un cul de Couvent, le lieu le mieux gardé, le plus resserré d'un Couvent, le plus bas d'une prison.
 
CUL, se dit aussi figurément du derriere de quelques choses. On fouëtte les couppeurs de bourse au cul d'une charrette. Le cul d'une aiguille, est le derriere, le trou où on passe le fil. Le cul d'un artichaud est la partie de derriere qui touche la tige.
 
CUL DE LAMPE, se dit non seulement de la partie exterieure & plus basse de la lampe, mais aussi par comparaison des ornements d'architecture & de menuiserie qu'on met aux voutes & aux planchers, qui ont la figure de l'extremité d'une lampe. On le dit aussi en Imprimerie de ces figures qu'on met pour remplir les pages à demi vuides ; & encore de ces lignes qui aboutissent en pointe à la fin d'un Chapitre, ou d'un Traitté, qui ne vont pas jusqu'au bout de la page.
 
CUL DE JATTE, est un homme impotent qui n'a ni jambes, ni cuisses dont il se puisse aider, & qui marche sur le cul enfermé dans une jatte. Le Poëte Scarron avoit pris le surnom de cul de jatte, parce qu'il estoit paralytique, & étoit toûjours dans une chaise.
 
CUL DE POULE, se dit par comparaison d'une petite grimace qui se fait, quand on advance les levres en rond pour faire la mouë, parce que cela represente un cul de poule. On le dit aussi, quand on joint les cinq doigts de la main ensemble, ensorte qu'ils ne fassent qu'une pointe.
 
CUL DE SAC, se dit non seulement au propre du fond d'un sac, mais encore il signifie un bout de ruë qui n'a d'entrée & d'issuë que d'un costé.
 
CUL BLANC. Oiseau qui frequente les rivieres, gris par dessus, & blanc par dessous. Il est bon à manger.
 
CUL D'ASNE. s. m. Espece de poisson autrement nommé ortie de mer.
 
CUL, se dit proverbialement en ces phrases. Il est demeuré entre deux selles le cul à terre, pour dire, Il a manqué toutes les deux occasions de profiter qui s'étoient presentées. On dit aussi, qu'un homme en a dans le cul, pour dire, qu'il a fait une grande perte, soit en procés, soit au jeu, soit en autre affaire : & on dit aussi, qu'il est à cul, pour dire, qu'il est ruiné sans ressource. On dit aussi de celuy qui est tombé en bas la teste la premiere, que la teste a emporté le cul. On dit de plusieurs gens alliez en même famille, qu'ils se tiennent tous par le cul comme des hannetons : on dit aussi, comme des Juifs. On dit de celuy qui n'ose achever une affaire aprés l'avoir entreprise avec bravade, qu'il a monstré le cul. On le dit même d'un poltron, ou des soldats qui fuyent. On dit d'un homme fort crotté, qu'il est crotté jusqu'au cul. On dit de celuy qui marche mal en traisnant les jambes, qu'il a le cul rompu. On dit aussi, Renverser cul par dessus teste. On appelle bout de cul, un petit homme gros & trapu.
Le Top 10 des mots les plus étonnants Top 10 des mots d’Halloween Top 10 des mots d’Halloween

Chaque année, le 31 octobre, des enfants de nombreux pays se déguisent en des personnages fantastiques et vont récolter des friandises de porte en porte tandis que des citrouilles sculptées arborent des sourires effrayants… C’est Halloween ! Cette fête païenne d’origine celte est répandue depuis longtemps dans les pays anglo-saxons. Popularisée par les films d’horreur, elle s’est propagée dans le courant des années 1990, assortie de toute son imagerie gentiment effrayante. Squelette, fantôme, lanterne, sorcière, autant de mots associés à cet évènement et dont je vous propose de découvrir l’origine. Tremblez !

Édouard Trouillez 26/10/2020