flanc

 

définitions

flanc ​​​ nom masculin

Partie latérale du corps (de l'homme et de certains animaux). Se coucher sur le flanc. —  locution Être sur le flanc, extrêmement fatigué. —  familier Tirer au flanc : paresser. ➙ tire-au-flanc.
littéraire Côtés du torse, de la poitrine, symbole de la vie. ➙ entrailles, sein.
littéraire (choses) Partie latérale. Les flancs d'un vaisseau. —  À flanc de : sur le flanc de. Une maison à flanc de coteau.
Côté droit ou gauche (d'une troupe, d'une armée) [opposé à front]. ➙ aile.
locution Prêter le flanc : exposer son flanc. —  au figuré Donner prise (à). ➙ s'exposer. Prêter le flanc à la critique.
 

synonymes

 

exemples

Ces exemples proviennent de sources externes non révisées par Le Robert. N'hésitez pas à nous signaler tout contenu inapproprié. En savoir plus.
Défilait-on par le flanc, il se plaçait en tête de la première compagnie de bombardiers.Édouard Corbière (1793-1875)
Cette « dog-house » fut bâtie au pied même du promontoire, et s'appuya sur le talus même, à une quarantaine de pas sur le flanc droit de la maison.Jules Verne (1828-1905)
Tu viens de jeter un regard sur la cité bâtie sur le flanc de cette montagne.Comte de Lautréamont (1846-1870)
Il était là, à la même place, sur le ventre, frappé par derrière, comme un fuyard, de deux coups de feu, l'un à l'épaule, l'autre au flanc.Hector France (1837-1908)
Le système généreux de subventions continue de prêter le flanc aux fraudes et aux irrégularités.Europarl
Pauvre enfant en effet, car il se mourait d'une pleurésie, déterminée par une blessure au flanc gauche.Émile Zola (1840-1902)
Je ne te crois pas capable d'aimer huit jours une femme qui, pour échapper à un malheur inévitable, irait prêter aux caresses maritales un flanc fécondé par toi.George Sand (1804-1876)
Je suis entièrement d'accord avec notre rapporteur pour dire qu'une bonne taxe est simple à comprendre, facile à percevoir et ne prête que difficilement le flanc à la fraude.Europarl
Cinq avaient été sabrés par le peloton de flanc lorsqu'il avait forcé la haie ; un seul d'entre eux laissait quelque espoir de guérison.Arthur Conan Doyle (1859-1930), traduction Albert Savine (1859-1927)
Sur chaque flanc, on compte enfin neuf stigmates, placés comme précédemment sur le mésothorax et les huit premiers segments abdominaux.Jean-Henri Fabre (1823-1915)
Depuis un instant, elle examinait un des corps que l'ennemi avait laissés là, un garçon trapu, aux fortes moustaches, couché sur le flanc, dans le gravier de la terrasse.Émile Zola (1840-1902)
Le soleil montait sur un ciel pur et couvrait de ses rayons tout le flanc oriental de la montagne.Jules Verne (1828-1905)
J'ai perdu toute orientation ; je ne sais plus, absolument plus, de quel côté est le flanc sud.Jean-Henri Fabre (1823-1915)
La route passe d'un flanc à l'autre de la gorge sept fois dans l'espace de quatre lieues.George Sand (1804-1876)
Alors, soit confusion, soit remords, elle cingla le flanc de son cheval, qui partit au grand galop.Guy de Maupassant (1850-1893)
Seulement il tourna la tête en arrière, à droite, puis à gauche, en la balançant comme fait un taureau piqué au flanc par un taon.Victor Hugo (1802-1885)
Il est vrai qu'en défilant si près de l'ennemi il fallait marcher serré pour ne pas lui prêter un flanc trop alongé.Philippe-Paul de Ségur (1780-1873)
Les barques du pays, halées sur la pente de cailloux ronds, reposaient sur le flanc, tendant au soleil leurs joues rondes vernies de goudron.Guy de Maupassant (1850-1893)
La tour n'est plus qu'une ruine ; le flanc qui s'opposait au passage du fossé est ruiné.Napoléon Bonaparte (1769-1821)
Ils étaient aussi laids l'un que l'autre, laids comme deux frères sortis du même flanc.Guy de Maupassant (1850-1893)
Afficher toutRéduire
 

définition ancienne (17e siècle)

Ces définitions sont issues du Dictionnaire universel de Furetière, publié en 1690. Il convient de les replacer dans le contexte historique et sociétal dans lequel elles ont été rédigées. En savoir plus.

Définition de « FLANC » s. m.

Costé de l'animal, qui se dit proprement des chevaux. Ce cheval bat du flanc, c'est à dire, commence à estre poussif. ce cheval a peu de flanc, peu de corps, peu de ventre, peu de boyaux ; il a les costes plattes, serrées & racourcies. On appelle aussi ce cheval, Estrac. le lyon se bat les flancs de sa queuë pour s'exciter au combat.
 
On le dit seulement en Poësie de l'homme. Il s'est percé le flanc.
 
Je voy que vostre honneur gist à verser mon sang,
 
Que tout le mien consiste à vous percer le flanc.
 
Corneille en ses Horaces.
 
FLANC, signifie quelquefois, le ventre, à l'égard des femmes enceintes. La Vierge a porté nostre Sauveur neuf mois dans ses flancs sacrez. Le Bon, Medecin, derive ce mot de flaccus, parce que les flancs sont vuides le plus souvent. Menage le derive du Grec lagon.
 
FLANC, en termes de Guerre, signifie le costé d'un bataillon, d'une armée. Les ennemis nous prirent en flanc. il faut couvrir le flanc de l'Infanterie par des ailes de Cavalerie. on a bon marché d'une armée quand son flanc est descouvert.
 
FLANC, en termes de Fortification, c'est la partie qui est entre la face du bastion & la courtine, & qui sert à deffendre tant la courtine que la face du bastion opposé. Il y a deux sortes de flancs. Le flanc rasant, est le point d'où commence la ligne de deffense, & d'où le coup que l'on tire rase la face du bastion. Flanc fichant, est tout le reste de ce qui est au delà qui sert à flanquer, d'où les coups peuvent entrer dans le bastion. On appelle aussi, flanc rasant, ou flanc oblique, la partie de la courtine qui sert de flanc, quand la ligne de deffense se tire d'une partie de la courtine. On l'appelle aussi flanc de la courtine, ou feu de la courtine. On appelle flancs bas ou flancs retirez, les flancs qui sont couverts d'un orillon, ou ceux dont la platteforme est retirée en dedans du bastion. On les appelle autrement Casemattes.
Le Top 10 des mots les plus étonnants Top 10 des mots qui vous font parler latin sans le savoir Top 10 des mots qui vous font parler latin sans le savoir

Rosa, rosa, rosam, rosae, rosae, rosa... Si cette petite rengaine réjouit les forts en thème, elle peut aussi rappeler de mauvais souvenirs à certains ! Pourtant, comme les autres langues romanes, le français est issu du latin et la majorité de son lexique est héritée de cette langue morte. Certains mots et expressions ont même été directement empruntés à la langue latine, et nous les employons quotidiennement sans forcément nous en rendre compte. Pour preuve, je vous propose un petit voyage au cœur de la langue française afin de découvrir dix mots latins qui se sont dissimulés dans notre vocabulaire. In fine, plutôt vivace le latin !

Édouard Trouillez 19/12/2019