cure

définitions

cure ​​​ nom féminin

locution N'avoir cure de qqch., ne pas s'en soucier. Il n'en a cure.
Traitement médical d'une certaine durée ; méthode thérapeutique particulière. —  Traitement dans une station thermale. Faire une cure (➙ curiste).
Usage abondant (de qqch.) par hygiène ou pour se soigner. ➙ régime. Faire une cure de raisin. Cure de repos.

cure ​​​ nom féminin

Fonction de curé.
Paroisse. Une cure de village.
Résidence du curé. ➙ presbytère.

curé ​​​ nom masculin

Prêtre placé à la tête d'une paroisse. « Journal d'un curé de campagne » (roman de Bernanos).
familier, souvent péjoratif Prêtre catholique. ➙ abbé. Les curés, le clergé.

synonymes

cure nom féminin

soins, thérapie, traitement

régime

curé nom masculin

prêtre, calotin (familier, péjoratif), curaillon (familier, péjoratif), cureton (familier, péjoratif)

exemples

Ces exemples proviennent de sources externes non révisées par Le Robert. N'hésitez pas à nous signaler tout contenu inapproprié. En savoir plus.

Exemples de « cure »

Maintenant que faire, moi qui suis indifférent aux grandes charges et qui n'ai cure de la figure d'une demoiselle ?Arthur Conan Doyle (1859-1930), traduction Albert Savine (1859-1927)
On fit son mannequin fort ressemblant de mise et d'attitude, sans oublier le cure-dent que le taciturne amiral avait si souvent à la bouche.Jules Michelet (1798-1874)
Marius y parle de la puissance de la pâquerette, « d'une si grande utilité dans la cure des blessures » ; des vers de terre, si efficaces dans le traitement de la goutte.Alphonse Karr (1808-1890)
Enfin on écrira avec une s, tant au singulier qu'au pluriel, parce qu'il y a toujours pluralité dans l'idée, les mots essuie-mains, cure-dents, porte-clefs.Thomas Maguire (1776-1854)
D'ailleurs, la meilleure entente ne cessait de régner entre les serviteurs de la cure et ceux du château.William Makepeace Thackeray (1811-1863), traduction Georges Guiffrey (1827-1887)
Le pauvre ministre a perdu sa fortune, et, transporté dans une petite cure, il est devenu fermier.Hippolyte Taine (1828-1893)
Je vous l'ai dit, mon père, mon seul désir est d'obtenir une modeste cure dans quelque pauvre village... oui... pauvre surtout... parce que là mes services seront plus utiles.Eugène Sue (1804-1857)
Notre réseau de soins de santé depuis la prévention jusqu’à la post-cure est une charge très lourde pour les finances publiques.Europarl
Nous devons en trouver qui produiront un impact sérieux sur cet homme ; si ces sanctions touchent la population, il n'en aura cure.Europarl
L'un, impuni, après un peu de jeûne et de pain sec, était placé au loin dans une cure de village où il recommençait.Jules Michelet (1798-1874)
C'est qu'en ces moments-là, elle était ainsi disposée ; mais elle n'avait nullement cure de ses dispositions à lui...Henri Ardel (1863-1938)
Néanmoins il eut besoin de faire un effort pour mener jusqu'au bout, avec la froideur nécessaire, la cure morale qu'il avait entreprise.Léon de Tinseau (1842-1921)
Gilquin avait gardé son chapeau sur la tête ; et il se renversait, il se dandinait sur sa chaise, un cure-dent aux lèvres, pour avoir bon genre.Émile Zola (1840-1902)
Un ami du dominicain, en visite à la cure, me voulut prêter ses deux chevaux, de sorte que nous fîmes la traversée sans fatigue.Eugène Viollet-le-Duc (1814-1879)
Elle avait eu beaucoup de joie à retrouver ses deux autres enfants, et, grâce à la cure excellente à laquelle elle s'était soumise, ses jambes commençaient à reprendre de l'élasticité.Henri Welschinger (1846-1919)
Un jardin divisé en planches régulières, et loué évidemment à un maraîcher fleuriste, enveloppe l'édifice et la petite cure en bois.René Bazin (1853-1932)
Je me charge aussi de la cure des animaux ; et, tout récemment, j'ai guéri les chevaux d'un escadron du 13e chasseurs, que le vétérinaire du régiment avait abandonnés.Eugène-François Vidocq (1775-1857)
S'il était resté dans sa cure, les marmots n'auraient pas manqué d'arriver comme de raison, parce qu'il n'aurait pas eu de quoi les nourrir.George Gordon Byron (1788-1824), traduction Paulin Paris (1800-1881)
Nous n'avons cure de ces glorieuses résolutions prises à la fin des réunions au sommet.Europarl
C'est pour vous faire faire une cure d'air très salutaire, à vous et à vos enfants, qu'on vous a fait loger à la belle étoile pendant deux nuits.Jean Massart (1865-1925)
Afficher toutRéduire

Exemples de « curé »

C'est aussi ce qu'il me semble, répondit le curé ; et il demanda au chanoine quels étaient ses projets.Miguel de Cervantès Saavedra (1547-1616), traduction Charles Furne (1794-1859)
Notre curé me prit en affection et voulut m'apprendre ce qu'il savait, ce qui ne fut pas bien long.Hector Malot (1830-1907)
Le barbier ne trouva rien à redire à l'invention du curé ; elle lui parut si bonne, qu'ils la mirent en œuvre sur-le-champ.Miguel de Cervantès Saavedra (1547-1616), traduction Louis Viardot (1800-1883)
Là-dessus la gouvernante s'en retourna, et le bachelier alla sur- le-champ trouver le curé pour comploter avec lui ce qui se dira dans son temps.Miguel de Cervantès Saavedra (1547-1616), traduction Louis Viardot (1800-1883)
Notre héros dormait encore quand le curé et le barbier vinrent demander à sa nièce la clef de la chambre où étaient les livres, source de tout le mal.Miguel de Cervantès Saavedra (1547-1616), traduction Charles Furne (1794-1859)
Le curé, en homme d'esprit, faisait ressortir ce miraculeux enchaînement, et félicitait chacun de la part qu'il avait acquise dans ce bonheur général.Miguel de Cervantès Saavedra (1547-1616), traduction Louis Viardot (1800-1883)
Mon caractère, répliqua le curé, car il me fait un devoir de garder les secrets.Miguel de Cervantès Saavedra (1547-1616), traduction Charles Furne (1794-1859)
Quelquefois le curé le contredisait, mais le plus souvent il faisait semblant de se rendre, seul moyen de ne pas l'irriter.Miguel de Cervantès Saavedra (1547-1616), traduction Charles Furne (1794-1859)
Le désordre ainsi réparé, on convint que le curé monterait seul sur la mule jusqu'à ce qu'on fût arrivé à l'hôtellerie, distante encore de deux lieues.Miguel de Cervantès Saavedra (1547-1616), traduction Charles Furne (1794-1859)
Ils ont des rapports et des causeries journalières avec le curé, le magistrat local, le médecin, le marchand, le militaire en retraite, que sais-je ?Albert le Roy (1856-1905)
Le curé, voyant quelle heureuse issue avaient eue sa ruse et le désir du capitaine, ne voulut pas les tenir plus longtemps dans la tristesse.Miguel de Cervantès Saavedra (1547-1616), traduction Louis Viardot (1800-1883)
La cuisinière, sans y songer, se désolait, en disant que c'était pour lui jouer un tour à elle-même que le diable avait mis le curé dans cet état.Johann Wolfgang von Goethe (1749-1832), traduction Édouard Grenier (1819-1901)
Hinzé, pensant mourir, s'élança d'un bond désespéré entre les cuisses du prêtre, mordit, égratigna, maltraita horriblement le pauvre curé et vengea ainsi cruellement la perte de son œil.Johann Wolfgang von Goethe (1749-1832), traduction Édouard Grenier (1819-1901)
Car il y est passé aussi lorsqu'il courait après les souris dans la maison du curé ; il n'en sortit pas à son honneur.Johann Wolfgang von Goethe (1749-1832), traduction Édouard Grenier (1819-1901)
Le curé demanda à la nièce les clefs de la chambre où se trouvaient les livres auteurs du dommage, et de bon cœur elle les lui donna.Miguel de Cervantès Saavedra (1547-1616), traduction Louis Viardot (1800-1883)
Le barbier, qui jusqu'alors avait écouté sans rien dire, fit aussi son petit discours, et s'offrit d'aussi bonne grâce que le curé à les servir autant qu'il en était capable.Miguel de Cervantès Saavedra (1547-1616), traduction Louis Viardot (1800-1883)
Notre curé, qui avait écouté fort attentivement le chanoine, le tint pour homme de bon entendement, et trouva qu'il avait raison en tout ce qu'il disait.Miguel de Cervantès Saavedra (1547-1616), traduction Louis Viardot (1800-1883)
Aussitôt le curé et le barbier prirent congé de leur ami, désespérant de sa guérison, puisqu'il se montrait entiché plus que jamais de sa maudite chevalerie.Miguel de Cervantès Saavedra (1547-1616), traduction Charles Furne (1794-1859)
Le captif ne perdait pas une des paroles du curé, et observait avec une égale attention tous les mouvements de l'auditeur.Miguel de Cervantès Saavedra (1547-1616), traduction Charles Furne (1794-1859)
Mais le curé, revenant sur sa première intention, qui était de ne point parler chevalerie, voulut compléter l'épreuve, afin de s'assurer si cette guérison était réelle ou seulement apparente.Miguel de Cervantès Saavedra (1547-1616), traduction Charles Furne (1794-1859)
Afficher toutRéduire

définition ancienne (17e siècle)

Ces définitions sont issues du Dictionnaire universel de Furetière, publié en 1690. Il convient de les replacer dans le contexte historique et sociétal dans lequel elles ont été rédigées. En savoir plus.

Définition de « CURE » s. f.

Succés heureux d'un remede pour la guerison d'une maladie. Ce Medecin a fait là une belle cure.
 
CURE, est aussi un vieux mot François qui signifioit soin. Il n'a plus d'usage qu'en cette phrase proverbiale : On a beau prêcher à qui n'a cure de bienfaire, en parlant de ceux qui n'ont aucun soin de profiter des instructions qu'on leur donne.
 
CURE, est aussi un Benefice dont le Titulaire a soin de la conduitte des ames dans une certaine étenduë de pays qu'on appelle Une Parroisse. Une Cure est un Benefice à charge d'ames qui requiert residence. Une Cure avec son annexe, son secours. On appelle Prieurés-Cures, des Cures qui sont possedées par des Religieux, comme sont celles que se sont reservé les Chanoines Reguliers de St. Augustin.
 
CURE, signifie aussi la maison destinée à loger le Curé. Ce Curé a étably un petit Seminaire dans sa Cure.
 
CURE, en termes de Fauconnerie, est un certain remede que les Fauconniers donnent à leurs oiseaux en forme de petites boules d'estouppes, de cotton, ou de plumes pour dessecher leur flegme. Les oiseaux se portent bien quand ils ont rendu leur cure. On dit, Armer les cures de l'oiseau, lors qu'on met auprés de la cure un peu de chair pour la faire avaler plus facilement. On dit qu'un oiseau tient sa cure, quand la pilule fait son devoir.
 
CURE, signifie aussi, Vuidange d'eaux, de sables & d'immondices. Il a tant cousté pour la cure des fossez de ce chasteau, des canaux de ce jardin, de ce puits.

Définition de « CURÉ » s. m.

Prestre pourveu d'une Cure, qui a la charge & conduitte des ames d'une Parroisse. Ce mot vient de Curatus, que les Auteurs de la basse Latinité ont dit pour Curator. Menage.
 
CURÉ PRIMITIF, est celuy qui s'est reservé les gros fruits d'une Cure & les droits honorifiques, le pouvoir d'y celebrer aux bonnes Festes de l'année, tandis qu'il la fait desservir au surplus par un Vicaire perpetuel, auquel il donne une portion congruë pour subsister. Il y a beaucoup d'Abbez, de Chapitres, de Communautez qui sont Curez Primitifs.
 
CURÉ, se dit proverbialement en ces phrases. Il faut faire Caresme-prenant avec sa femme, & Pasques avec son Curé. On dit aussi, Vous allez trop viste à l'offrande, vous ferez cheoir Monsieur le Curé, à ceux qui s'empressent trop de faire quelque chose, & sur tout de manger à table. On dit aussi, Il a affaire au Curé & aux Parroissiens, pour dire, à plusieurs parties ensemble. On dit aussi,
 
Qui croit sa femme & son Curé,
 
Est en hasard d'estre damné,
 
pour dire, qu'une femme est capable de faire damner un homme nonobstant les bonnes instructions de son Curé.
Le français des régions Il drache Il drache

I'drache toudi din ch'nord ! Le mot drache, qui désigne une averse de pluie soudaine et intense, est l’un des régionalismes les plus emblématiques du français que l’on parle dans le Nord-Pas-de-Calais et en Wallonie.

27/10/2020