denier

 

définitions

denier ​​​ nom masculin

Ancienne monnaie romaine d'argent. Les trente deniers de Judas.
Ancienne monnaie française, valant le douzième d'un sou.
locution Denier du culte : somme d'argent versée par les catholiques pour subvenir aux besoins du culte.
au pluriel, locution De ses deniers : avec son propre argent. Je l'ai payé de mes deniers. —  Les deniers publics : les revenus de l'État.

dénier ​​​ verbe transitif

Refuser de reconnaître comme sien. ➙ nier. Je dénie toute responsabilité.
Refuser injustement d'accorder. Dénier à qqn le droit de…
 

conjugaison

actif

indicatif

présent

je dénie

tu dénies

il dénie / elle dénie

nous dénions

vous déniez

ils dénient / elles dénient

imparfait

je déniais

tu déniais

il déniait / elle déniait

nous déniions

vous déniiez

ils déniaient / elles déniaient

passé simple

je déniai

tu dénias

il dénia / elle dénia

nous déniâmes

vous déniâtes

ils dénièrent / elles dénièrent

futur simple

je dénierai

tu dénieras

il déniera / elle déniera

nous dénierons

vous dénierez

ils dénieront / elles dénieront

 

synonymes

deniers nom masculin pluriel

argent, finances, fonds

 

exemples

Ces exemples proviennent de sources externes non révisées par Le Robert. N'hésitez pas à nous signaler tout contenu inapproprié. En savoir plus.

Exemples de « denier »

C'était un fort joli denier, et nous pouvions mener tous deux une existence fort agréable en dépensant chacun trente mille francs chaque année.Eugène-François Vidocq (1775-1857)
On appelle cache une petite monnaie de cuivre, dont soixante-quatre valent un fanon ; ainsi la cache vaut un peu plus d'un denier.Jean-François de La Harpe (1739-1803)
C'était le denier du jouvenceau, et peut-être, comme celui de la veuve, me sera-t-il compté pour quelque chose dans la suite, sinon maintenant.George Gordon Byron (1788-1824), traduction Paulin Paris (1800-1881)
Son mari est entré dans le huitième denier : quelle monstrueuse fortune en moins de six années !Jean de La Bruyère (1645-1696)
Il frappait tout à coup une monnaie d'argent pur, et pour un denier sicilien s'en faisait ainsi payer trente.....Jules Michelet (1798-1874)
Effectivement, c'était un peu sérieux pour une dame, et alors il tira d'un carton plusieurs monnaies de cuivre, avec un denier d'argent.Gustave Flaubert (1821-1880)
Je connais ton père, il ne soustraira pas un denier, j'abandonnerai mes droits, on vendra tout ce que nous possédons.Honoré de Balzac (1799-1850)
C'est ainsi que plusieurs emprunts de 1 million de rentes chacun au denier 20, lui permirent d'éteindre les engagements consentis à un taux plus onéreux.Pierre Clément (1809-1870)
On ne réserva qu'un demi-denier pour les travaux du port ; cinq et demi furent employés à rendre libre l'impôt du sel.Émile Vincens (1764-1850)
Pour cela, il fit un premier remboursement de rentes au moyen d'un emprunt que le retour de la paix avait permis d'opérer au denier 20.Pierre Clément (1809-1870)
Le petit gars n'a pas un denier vaillant, mais c'est tout de même, puisque ma fillette le veut, il sera mon gendre.Paul Féval (1816-1887)
Ce sou et ce denier semblent avoir été la taxe (præmium) générale et uniforme qu'une femme, quel que fût son rang, devait réclamer pour prix de sa virginité.Paul Lacroix (1806-1884)
Et ne vois-tu pas que, pour un denier, je m'assure que je vaux mieux que lui ?Anatole France (1844-1924)
Des ouvrières, de pauvres femmes en deuil venaient déposer entre les mains des magistrats, le denier de la veuve.Alphonse Esquiros (1812-1876)
Selon un vieux proverbe, la guerre est l’échec de la politique et il est vrai que la guerre ne devrait s’utiliser qu’en tout denier ressort.Europarl
Ça vous semble encore un joli denier, mais ma bisaïeule dépensait 50 louis par jour.Paul Féval (1816-1887)
Le contrat lui assure un douaire de cent soixante livres de rente s'il y a enfants, de deux cents au cas contraire, rachetable sur le pied du denier dix.Clarisse Bader (1840-1902)
Nous aurons un signet pour mettre es lettres sans lequel nul denier de nostre dit domaine ne sera payé.Gabriel Bonnot de Mably (1709-1785)
Les membres de la communauté ne pouvaient se dispenser d'y assister qu'en envoyant un denier pour les frais du repas.Paul Sébillot (1843-1918)
Le quart denier du vin qui sera vendu à taverne, sera levé et baillé par les diz esleus à une autre part.Gabriel Bonnot de Mably (1709-1785)
Afficher toutRéduire

Exemples de « dénier »

Le fait que l'on invoque ainsi pour dénier tout crédit à la pédagogie est, en lui-même, incontestable.Émile Durkheim (1858-1917)
Le choc des passions permet alors à chacun de la dénier.Claire-Élisabeth-Jeanne Gravier de Vergennes Rémusat (1780-1821)
Certains milieux n'ont apparemment pas encore compris que l'on ne peut dénier ce droit aux femmes.Europarl
Non pas que je veuille dénier des tendances de mysticisme à l'individu en question !Willem Geertrudus Cornelis Byvanck (1848-1925)
Comment pouvons-nous nous attendre à ce qu’ils s’intègrent s’ils se voient dénier toute participation civique et politique ?Europarl
N'est-ce pas leur dénier (aux femmes) leur titre de créatures humaines ?Jenny d'Héricourt (1809-1875)
Il mène avec lui des témoins quand il va demander ses arrérages, afin qu'il ne prenne pas un jour envie à ses débiteurs de lui dénier sa dette.Jean de La Bruyère (1645-1696)
Est-ce bien à nous de leur dénier le droit de tenir un référendum sur une question importante, sur laquelle chacun est habilité à exprimer son opinion ?Europarl
Les premiers s'obstinent à dénier à tout autre sens qu'à l'ouïe la vertu de transmettre au sourd-muet les connaissances que reçoit le parlant par cette voie, quoiqu'ils affectent, contradiction flagrante !Ferdinand Berthier (1803-1886)
Qui sommes-nous pour dénier le droit des gens à la guérison ?Europarl
C'est sa gloire – une gloire qu'il ne faut pas lui dénier – d'avoir conçu ce dessein et de l'avoir poursuivi, malgré les menaces et les dangers.Jean Hippolyte Mariéjol (1855-1934)
Et il n'y a aucuns de ce temps qui puissent dénier que sans moy on étoit surpris au dépourveu.Jean Doublet (1655-1728)
D'ailleurs leurs exploits furent si éclatants qu'on ne pouvait leur en dénier le prix le plus ample.Émile Vincens (1764-1850)
Sans doute est-ce la seule qu'il connût bien, mais on ne peut dénier qu'il soit sur ce sujet tout à fait renseigné ni qu'il en parlât clairement et avec feu.Stendhal (1783-1842)
Afficher toutRéduire
 

définition ancienne (17e siècle)

Ces définitions sont issues du Dictionnaire universel de Furetière, publié en 1690. Il convient de les replacer dans le contexte historique et sociétal dans lequel elles ont été rédigées. En savoir plus.

Définition de « DENIER » s. m.

Nom de monnoye ancienne, qui a été de diverse valeur suivant les lieux & les temps. JESUS-CHRIST fut vendu trente deniers : ces deniers servirent depuis à acheter un champ. Le premier denier Romain étoit d'argent du poids juste d'une drachme, ayant d'un costé l'empreinte de Janus, & de l'autre la figure du vaisseau qui l'avoit porté en Italie. Originairement le denier chez les Romains valoit dix as ou quatre sesterces, dont chacun valoit deux livres & demie, d'où vient qu'il a été appellé denarius, & qu'on le marquoit avec un X.
 
Anciennement en France le denier se prenoit pour toute sorte de monnoye. Ainsi une piece monnoyée d'or estoit appellée denier d'or ; & si elle étoit d'argent, on l'appelloit denier d'argent, comme on a dit en Latin nummus aureus, & nummus argenteus. Il y a eu des deniers tournois & des deniers parisis, dont ceux-cy valoient un quart davantage, & étoient appellez monnoye Royale, ou forte monnoye ; & alors quand on disoit un denier à valeur d'or, ou un denier d'or, cela ne vouloit pas dire que le denier fust d'or, mais seulement qu'il estoit parisis ou forte monnoye, valant un quart plus que le tournois, parce que l'évaluation de l'or estoit alors plus forte que celle de l'argent, comme il a été jugé par plusieurs arrests. Il y a eu vers l'an 1308. des deniers d'or à la chaise valans 25. sols ; des deniers d'or à la masse valans 22. sols six deniers ; & des deniers d'or à la Reine valans 16. s. 8. d. &c. Ils ont été souvent nommez florins. Il y a eu aussi des deniers & sous Viennois, Lonisiens, Donisiens, Tolosains, Mansois, blancs, forts, nerets, Bourdelois, Barois, &c. qui ont changé de valeur suivant les temps & les lieux où ils ont esté fabriquez. Il y a eu des deniers blancs en l'an 1348. appellez gros, qui valoient quinze deniers. Les deniers mansois valoient le double des Normands : d'où vient qu'on a dit qu'un Manseau valoit un Normand & demi. En general le denier a signifié la douziéme partie d'un sou appellé solidus, non pas en la signification où nous le prenons maintenant, mais comme signifiant un tout ou une chose entiere qu'on divisoit en douze parties, de la même maniere que l'as des Romains signifioit un heritage entier.
 
DENIER, en France se dit maintenant d'une petite monnoye de cuivre qui vaut la moitié d'un double. On a décrié les doubles, ils ne valent plus qu'un denier. Un douzain ou un sou vaut douze deniers ; un blanc cinq deniers ; un carolus dix deniers. Je n'ay ni denier, ni maille, pour dire, je n'ay point du tout d'argent. Ce mot, selon quelques-uns, vient de aeneus, parce que les deniers sont de cuivre. Mais Bouterouë dit que le mot de denier a esté dit, parce qu'il valoit dix as, sur ce que Polybe dit qu'on donnoit une mine ou livre d'or pour dix d'argent, & qu'il y a apparence que ce fut en ce temps-là que le nummus aurgus fut nommé denier, puis qu'il valoit dix deniers d'argent, comme on appella celuy-cy denier d'argent, à cause qu'il valoit dix deniers de cuivre ou as. Ainsi la taille du denier d'or estoit alors de 40. à la livre. Voyez dans cet Auteur des tables des divisions de la livre Romaine, de l'as Romain, des deniers d'argent, & des deniers de cuivre. Le nom de denier François a esté donné à nos especes à l'imitation des Romains, qui l'avoient donné à leurs premieres monnoyes d'argent qui furent fabriquées l'an 485. de la fondation de Rome sous le Consulat de Fabius, selon le témoignage de Pline.
 
DENIER, signifie aussi argent en general, en quelque espece ou monnoye qu'il soit. C'est un homme qui sçait bien faire valoir son denier, c'est à dire son argent. Cet avare aime le denier. Son denier est bien, est assûré sur cette terre. On dit aussi les deniers dotaux, l'argent qu'apporte une femme en mariage. On appelle deniers oisifs, l'argent qui ne porte point d'interest. Un Tuteur paye l'interest des deniers oisifs. Deniers d'octroy, sont ceux que le Roy permet aux villes de lever sur elles-mêmes. Des deniers clairs & liquides, sont les sommes qu'on peut recevoir quand on veut, & sans contestation. Ceux qui reçoivent les deniers publics sont sujets aux recherches de leurs malversations. Le Roy tire un grand denier de la taille. On contraint par corps dans la levée des deniers royaux. Les offres reelles se font en deniers à descouvert ; les payements en deniers ou quittances. Il faut faire mention que cette terre a esté achetée de mes deniers, afin d'y conserver une hypotheque privilegiée. On dit aussi, les deniers revenants bons, de ceux qu'on retire, toutes charges faites. Faire bon les deniers, c'est, Garentir la somme. Deniers d'entrée, sont ceux qu'on avance en entrant dans une ferme. Francs deniers, c'est à dire, exempts de toutes deductions. En la Coustume de Meaux, si on ne vend un heritage deniers francs au vendeur, c'est luy qui est tenu des laods & ventes. On appelle chez le Roy, le Maistre de la Chambre aux deniers, celuy qui preside au Bureau où se donne l'ordre de la dépense de la Maison du Roy.
 
DENIER, est aussi un certain pied sur lequel on est obligé de payer une grosse somme. Ce Partisan a six deniers dans la Ferme des Aides ; il doit partager le gain ou la perte à proportion. Les laods & ventes se payent à Paris à raison de vingt deniers pour livre. Un denier de cens emporte profit de laods & ventes. On a levé en Hollande plusieurs fois le deux-centiéme denier du bien des particuliers. L'Amiral a le dixiéme denier de toutes les prises. On a taxé les detenteurs des biens alienez de l'Eglise au huitiéme denier.
 
DENIER, se dit aussi du taux du Roy, ou du prix de l'argent qui court à l'interest. Le Roy a fixé les rentes au denier 20. à la vingtiéme partie du principal. Il y a encore des rentes au denier 14. en Normandie. Les usuriers prestent leur argent au denier fort. Les Traittans en prennent au denier 8.
 
DENIER, en termes de Monnoyeurs & d'Orfevres, est le titre de l'argent, comme le carat est celuy de l'or. C'est un poids composé de 24. grains, qui marque les degrez de bonté ou perfection de l'argent. On le divise en demis, en quarts, & en huitiémes. L'argent fin est de 12. deniers, & l'or fin de 24. carats. On dit un denier de fin ou d'aloy. Il doit avoir en la monnoye dix deniers de fin du moins ; autrement elle passe pour billon. L'argent d'orfevrerie doit avoir onze deniers & douze grains de fin par l'Ordonnance de 1640. L'argent à ce titre est appellé argent le Roy, parce que le Roy accorde cette vingt-quatriéme partie de profit aux étrangers qui en apportent. On dit aussi dans les monnoyes, deniers de boiste & deniers courans. Les premiers sont les deniers qu'on apporte dans les boistes pour les faire juger, & en obtenir la delivrance. C'est une piece d'or qu'on prend sur 200. ou une piece d'argent qu'on prend sur 18. marcs, qu'on met dans une boiste pour servir au jugement de tout l'ouvrage. Les deniers courans sont les especes qui sont exposées dans le commerce, aprés que le Fermier a obtenu le jugement de delivrance.
 
DENIER, en matiere de poids, est la vingt-quatriéme partie de l'once, & la 192. du marc. Il pese 24. grains. Le gros pese trois deniers. En Medecine on l'appelle scrupule. L'escu blanc doit peser tant de deniers tresbuchants.
 
On appelle denier de monnoyage, une espece telle qu'elle soit, fabriquée à la Monnoye : comme un escu d'or est un denier de monnoyage d'escu, & ainsi des autres.
 
On appelle en Angleterre, le denier de St. Pierre, une imposition d'un denier sur chaque maison pour estre payé au Pape par forme d'offrande ou de redevance, ou d'aumosne, qui fut estably en l'an 740. par le Roy Ina, comme on voit dans Polydore Virgile & dans Spelmannus. On l'appelle encore à present Rome-peny ou Romescoth. Baronius rapporte que Charlemagne en avoit imposé un pareil sur chaque maison de son Royaume, comme témoigne le Pape Gregoire. On en establit aussi un en Pologne en l'an 1320. sur chaque teste d'homme, & pareillement en Boheme. Voyez Du Cange.
 
On dit proverbialement, qu'un homme vendroit un autre à beaux deniers comptans, pour dire, qu'il est bien plus fin que luy. On dit aussi, qu'on donne le denier à Dieu d'un marché, pour témoignage qu'un marché est conclu : c'est une petite piece d'argent destinée ordinairement à faire une aumône, que donne celuy qui achete, ou qui louë, à son vendeur, ou à celuy qui luy louë sa maison. On dit aussi d'un valet musard, qui s'arreste souvent en chemin, qu'il n'y a point d'huis qui ne luy doive un denier. On dit qu'une chose vaut mieux denier, qu'elle ne valoit maille, pour dire, Cela est beaucoup melioré. On dit aussi, Net comme un denier, non pas pour dire que le denier soit fort net ; car au contraire comme il passe par les mains du peuple, il est sale d'ordinaire : mais cela s'entend d'un compte qui est clair, liquide & exact, rendu jusqu'à un denier.

Définition de « DENIER » v. act.

Nier une chose, en contester la verité. Vous dites que vous estes noble, je vous le denie. C'est la plus noire des infidelitez, de denier le depost qu'un amy a mis entre nos mains. Quand on denie à son Seigneur de tenir un fief de luy, il tombe en commise, il est sujet à confiscation.
 
DENIER, signifie aussi, Refuser. Ce Prince a denié le passage à cette armée sur ses terres. Le devoir marital ne se doit point denier entre conjoints. On ne doit point denier sa protection aux veuves & aux orphelins. Tout ce que vous demanderez en mon nom à mon Pere, dit JESUS-CHRIST, ne vous sera point denié. Toute audience est deniée en Justice à ceux qui n'ont pas refondé les despens de la contumace. Une prude doit denier jusqu'aux moindres faveurs.
 
DENIÉ, ÉE. part. & adj.
Vidéos La redingote, par Karim Duval La redingote, par Karim Duval

Découvrez une mini-série exclusive pour Le Robert, par l'humoriste Karim Duval.

05/03/2020