dépraver

 

définitions

dépraver ​​​ verbe transitif

Amener (qqn) à désirer le mal, à s'y complaire. ➙ corrompre, pervertir. Dépraver un adolescent.
littéraire Altérer, faire dévier de la norme. Dépraver le jugement.
 

conjugaison

actif

indicatif

présent

je déprave

tu dépraves

il déprave / elle déprave

nous dépravons

vous dépravez

ils dépravent / elles dépravent

imparfait

je dépravais

tu dépravais

il dépravait / elle dépravait

nous dépravions

vous dépraviez

ils dépravaient / elles dépravaient

passé simple

je dépravai

tu dépravas

il déprava / elle déprava

nous dépravâmes

vous dépravâtes

ils dépravèrent / elles dépravèrent

futur simple

je dépraverai

tu dépraveras

il dépravera / elle dépravera

nous dépraverons

vous dépraverez

ils dépraveront / elles dépraveront

 

synonymes

 

exemples

Ces exemples proviennent de sources externes non révisées par Le Robert. N'hésitez pas à nous signaler tout contenu inapproprié. En savoir plus.
Il n'en est point qui puisse à cet excès borner la pensée et dépraver la moralité.Madame de Staël (1766-1817)
Pour dépraver le cœur de l'homme, il faut commencer par fausser son esprit.Frédéric Bastiat (1801-1850)
Faible, inerte, bornée, elle était restée honnête parce que son mari était honnête ; livrée à elle-même, le malheur aurait pu la dépraver et la pousser au mal.Eugène Sue (1804-1857)
Victoria disait encore que ce pouvoir presque sans bornes finit tôt ou tard par dépraver les meilleurs naturels et par rendre les méchants l'exécration du monde...Eugène Sue (1804-1857)
Mais cette liberté récente, dont il étoit comme enivré, alloit bientôt le dépraver, en faisant fermenter en lui les élémens de tous les vices.Jean-François Marmontel (1723-1799)
Quand une éducation musicale a été mal faite, l'habitude peut avoir pour effet d'égarer, de dépraver le goût.Johannès Weber (1818-1902)
Ils méprisaient trop le peuple pour prendre la peine de le persuader ; au lieu de l'éclairer, ils ne voulaient que l'irriter, l'effaroucher ou le dépraver.Maximilien de Robespierre (1758-1794)
Après avoir offensé, molesté peu-à-peu tous les sentiments tendres de cette jeune femme, on commence à les dépraver systématiquement.Catherine II de Russie (1729-1796)
Aussi, au lieu de récompenser le peuple de son travail, la science et l'art qu'on lui offre ne font que le tromper et le dépraver.Léon Tolstoï (1828-1910), traduction Ely Halpérine-Kaminsky (1858-1936)
Afficher toutRéduire
 

définition ancienne (17e siècle)

Ces définitions sont issues du Dictionnaire universel de Furetière, publié en 1690. Il convient de les replacer dans le contexte historique et sociétal dans lequel elles ont été rédigées. En savoir plus.

Définition de « DEPRAVER » v. act.

Corrompre le goust, les moeurs, ou la doctrine. Plusieurs maladies rendent le goust depravé. La jeunesse est maintenant fort insolente & fort depravée. Les Infideles menent une vie brutale, & aussi depravée que leur doctrine.
 
DEPRAVÉ, ÉE. part. & adj.
Le mot du jour Applaudissements Applaudissements

On aura entendu parler de clapping, un anglicisme qui me fait doucement rigoler.

Aurore Vincenti 27/04/2020