dévot

 

définitions

dévot ​​​ , dévote ​​​ adjectif et nom

Qui est sincèrement attaché à une religion et à ses pratiques. ➙ pieux. Des musulmans dévots.
nom (souvent péjoratif) ➙ bigot. —  locution Faux dévot, qui affecte la dévotion.
Qui a le caractère de la dévotion. Livre dévot. ➙ pieux.
 

synonymes

dévot, dévote adjectif et nom

fervent, pieux, religieux, dévotieux (vieux ou littéraire)

[péjoratif] bigot, bondieusard (familier), calotin (familier), cul-bénit (familier), grenouille de bénitier (familier), punaise de sacristie (familier), rat d'église (familier)

faux dévot

tartuffe, pharisien, béguine (vieux), cafard (vieux), cagot (vieux), papelard (vieux)

 

exemples

Ces exemples proviennent de sources externes non révisées par Le Robert. N'hésitez pas à nous signaler tout contenu inapproprié. En savoir plus.
Louis était fort dévot ; elle éveilla les susceptibilités de sa conscience, l'effraya de l'horrible péché qu'il allait commettre, et finit par le décider à fuir le danger.Émile Gaboriau (1832-1873)
Ma parente, à qui je l'ai témoigné, m'a dit qu'il n'y avait pas moyen, et qu'il est si dévot qu'il ne veut parler à aucune dame.Marie-Catherine d'Aulnoy (1651-1705)
Je préfère vous le dire tout de suite, je ne crois pas à grand'chose, moi, je ne suis pas dévot, je ne fais pas de mômeries.René Bazin (1853-1932)
La dévotion et la géométrie ont leurs façons de parler, ou ce qu'on appelle les termes de l'art : celui qui ne les sait pas n'est ni dévot ni géomètre.Jean de La Bruyère (1645-1696)
Je n'ai jamais été dévot... mais un tel coup du sort... un secours si providentiel... ça vous ferait croire !...Eugène Sue (1804-1857)
Dans ce voisinage de la régence, sous l'hypocrisie régnante et le libertinage naissant, il fut pieux, même dévot, et passa pour tel : c'était encore un legs de famille.Hippolyte Taine (1828-1893)
Ce mari devint un peu dévot, et disoit à sa femme parfois qu'il falloit changer de vie.Gédéon Tallemant des Réaux (1619-1690)
Je le peins dévot, et je crois l'avoir attrapé ; mais il m'échappe, et déjà il est libertin.Jean de La Bruyère (1645-1696)
Il aurait bien voulu laisser ici le paquet le plus lourd, son gros jeune dévot.Jules Michelet (1798-1874)
La veuve avait confié ses légitimes inquiétudes à ce parent, vieux gentilhomme dévot, lequel avait désiré, lui aussi, participer au sauvetage du jeune homme.Paul Bourget (1852-1935)
On ferait un calendrier avec le nom de toutes les saintes que fêta ce dévot de la beauté.Émile Gaboriau (1832-1873)
Dinah ne répondant pas, le magistrat répéta sa question en prenant la main de la comtesse et la lui serrant entre les siennes d'un air dévot.Honoré de Balzac (1799-1850)
Vineuil est bien vieilli, bien toussant, bien crachant et dévot, mais toujours de l'esprit ; il vous fait mille et mille compliments.Madame de Sévigné (1626-1696)
Sans être fort dévot à la médecine, j'avais confiance en lui, et je le savais homme de bon conseil.Charles de Bernard (1804-1850)
Un dévot m'effraie ; mais je ne sais personne de gai comme un homme vraiment pieux !Honoré de Balzac (1799-1850)
Je ne suis pas dévot, pour blâmer et damner ceux qui ne pensent pas comme moi.George Sand (1804-1876)
Ces accents de piété allèchent notre dévot ; mais il n'ose pas quitter son compagnon, pour aller entendre la messe qui le séduit.Édouard Corbière (1793-1875)
Cet état est le délire de la dévotion ; souvent il se perfectionne, ou plutôt dégénère en quiétisme : vous savez qu'un quiétiste n'est autre chose qu'un homme fou, dévot et libertin.Montesquieu (1689-1755)
Elle croit l'embarrasser et se sauver de lui en l'obligeant à ne parler qu'en dévot.Jules Lemaître (1853-1914)
Elles m'ont d'abord rendu libertin comme un sapajou, puis dévot comme un ange ; je n'ai pas manqué la messe une fois depuis quinze jours.Denis Diderot (1713-1784)
Afficher toutRéduire
 

définition ancienne (17e siècle)

Ces définitions sont issues du Dictionnaire universel de Furetière, publié en 1690. Il convient de les replacer dans le contexte historique et sociétal dans lequel elles ont été rédigées. En savoir plus.

Définition de « DEVOT, OTE » adj. & subst.

Qui se plaist à servir Dieu, ardent à le prier, & qui est assidu aux Eglises. Les femmes sont appellées par St. Augustin & par l'Eglise, le sexe devot. L'Introduction à la vie devote de St. François de Sales est un tres-bon Livre. On dit ironiquement, C'est un devot, un mangeur de Crucifix.
 
Il est de faux devots, comme il est de faux braves.
 
Moliere.
 
Ce mot s'est dit premierement des femmes & filles qui avoient fait voeu de chasteté, quasi Deo votae.
Le mot du jour Mots bleus Mots bleus

Des mots bleus, comme le bleu de ses yeux. Un bleu comme on en voit en Belgique où « être bleu de quelqu’un » c’est en être fou amoureux, au-delà des mots.

Aurore Vincenti 20/04/2020