effaré

 

définitions

effaré ​​​ , effarée ​​​ adjectif et nom

Qui éprouve un effroi mêlé de surprise. ➙ effrayé, égaré. Un regard effaré. —  nom « Les Effarés » (poème de Rimbaud).
 

synonymes

effaré, effarée adjectif

stupéfait, ahuri, ébahi, effrayé, hagard

 

exemples

Ces exemples proviennent de sources externes non révisées par Le Robert. N'hésitez pas à nous signaler tout contenu inapproprié. En savoir plus.
Il sursauta, tout de bon effaré, lui qui mettait son point d'honneur à ne s'effarer de rien.Michel Zévaco (1860-1918)
Jamais la jeune fille ne lui plaisait davantage qu'alors, arrivant sur l'obstacle au petit galop d'un animal effaré, tout prêt à renâcler et à se dérober.Paul Bourget (1852-1935)
Grippard lâcha les rênes qu'il tenait près du mors, et l'animal effaré partit au galop.Amédée Achard (1814-1875)
Quand elle revit mon visage effaré, elle se mit à rire et moi aussi, et nous renonçâmes à notre entreprise.Mademoiselle George (1787-1867)
Nonobstant tout ce que je lui avais dit, il demeura encore là comme un effaré.Daniel Defoe (1661-1731), traduction Petrus Borel (1809-1859)
Et il repartit en courant, pour poster des hommes d'équipe, qui écarteraient des voies le troupeau effaré des pèlerins, piétinant au hasard.Émile Zola (1840-1902)
Limousin restait immobile dans son angle, collé contre le mur, trop effaré pour rien comprendre encore, trop effrayé pour remuer un doigt.Guy de Maupassant (1850-1893)
Il entrait successivement dans toutes les boutiques, ne marchandait rien, ne disait pas un mot, et jetait sur tous les objets un regard fixe, effaré, vide.Edgar Allan Poe (1809-1849), traduction Charles Baudelaire (1821-1867)
Toute la famille jeta sur elle un regard muet, effaré, mais elle avait l'air très grave, très sérieuse.Oscar Wilde (1854-1900), traduction Albert Savine (1859-1927)
Effaré, ne sachant que dire, l'imprudent amoureux pris au piège s'efforçait de garder une contenance digne.Edmond Lepelletier (1846-1913), Victorien Sardou (1831-1908) et Émile Moreau (1852-1922)
Après lui avoir répondu, non sans quelque orgueil, que mon seul professeur avait été ma mère, je sortis tout effaré, presque en courant et tout heureux...Jules Massenet (1842-1912)
Puis s'arrêtant tout à coup, voici notre homme qui reste court, redresse la tête et pâlit en regardant d'un air tout effaré à l'une des extrémités de l'appartement.Éliphas Lévi (1810-1875)
Un coup de sonnette le réveilla, effaré, effrayé, il se trouva debout sans savoir où il était.Hector Malot (1830-1907)
Effacée, disparue, frémissante, elle regardait les gens de ses yeux inquiets et clairs, toujours mobiles, des yeux d'être effaré que la peur ne quitte pas.Guy de Maupassant (1850-1893)
Puis il regarda, effaré, stupide d'étonnement, le corps d'abord secoué de spasmes, puis immobile sur le ventre.Guy de Maupassant (1850-1893)
On voit aussi l'indigne imprévoyance des gens d'en haut, leur affreuse glissade en plein abîme, et leur air effaré, leur fausse audace de peureux qui tremblotent en fredonnant.Jules Michelet (1798-1874)
Mon interprète s'enfuit effaré, et tous les yeux se portèrent sur moi, pendant que l'huissier entrait en gesticulant chez le prince.Arnauld d'Abbadie (1815-1893)
Et, au fond de lui-même, il s'était effaré de n'avoir pas tremblé devant la majesté royale.Michel Zévaco (1860-1918)
Pendant quelque temps elle garda le silence et attacha sur le visage effaré du malade un regard d'oiseau de proie.Fedor Dostoïevski (1821-1881), traduction Victor Derély (1840-1890)
Blaise partit en courant ; il entra dans le vestibule, où il trouva cinq ou six domestiques qui allaient et venaient d'un air effaré.Comtesse de Ségur (1799-1874)
Afficher toutRéduire
Le dessous des mots Les surnoms donnés aux villes Les surnoms donnés aux villes

« Monaco-PSG : Paris s’impose rarement sur le Rocher » (Le Parisien, 15 janvier 2020).

La périphrase, figure de style qui remplace un mot précis par une expression, permet d’éviter les répétitions, souci stylistique bien français. Les grandes villes du monde, les pays possèdent des surnoms conventionnels. Ces formules figées, fréquemment employées par les journalistes pour désigner les lieux, restent parfois obscures quant à leur motivation.

Marie-Hélène Drivaud 10/06/2020