enivrement

définitions

enivrement ​​​ | ​​​ nom masculin

littéraire Exaltation agréable, voluptueuse. ➙ griserie, ivresse.

synonymes

exemples

Ces exemples proviennent de sources externes non révisées par Le Robert. N'hésitez pas à nous signaler tout contenu inapproprié. En savoir plus.
A cette impression d'enivrement se joignait, pour l'augmenter, celle de la soudaineté de cet éclat.Paul Bourget (1852-1935)
On sait qu'un lugubre événement attrista la fin de cette période d'enivrement et parut projeter sur l'avenir une lueur sinistre.Albert Vandal (1853-1910)
J'avais déjà bravé le danger dans l'enivrement de ma fièvre, car j'ai eu de l'emportement pour cette nature énergique, et je ne le nie pas.George Sand (1804-1876)
Un pareil exemple ne s'offre pas par hasard à une multitude qu'on devait supposer bien préparée à toute espèce de cruautés par l'enivrement de la poudre et de la victoire.Louise-Eléonore-Charlotte-Adélaide d'Osmond Boigne (1781-1866)
Une fois lancé dans cette voie, des profits rapides, certains, énormes, lui avaient causé tant de surprise et d'enivrement qu'il n'avait pu s'arrêter.George Sand (1804-1876)
Cependant des événemens militaires se préparaient, qui allaient doubler leur enivrement, et ajouter à la surprise et à l'effroi du monde.Adolphe Thiers (1797-1877)
Mais elle était peu disposée au sommeil ; la nuit entière se passa pour elle dans un enivrement de cœur entrecoupé de larmes.Émile Souvestre (1806-1854)
Ne nous y appesantissons jamais que pour combattre en nous l'amour du bruit, l'exagération de notre importance, l'enivrement de nos œuvres.Charles-Augustin Sainte-Beuve (1804-1869)
Toutefois, en présentant sa fille, de groupe en groupe, son enivrement ne l'empêche pas de respecter la hiérarchie administrative ou financière de ses invités.Georges Eekhoud (1854-1927)
Mais une si glorieuse beauté des choses, un si merveilleux enivrement, c'étaient peut-être là de ces joies profanes qui ne sont pas permises ?René Boylesve (1867-1926)
Mais je ne connais point l'enivrement du monde, et il ne m'a pas assez bien traitée pour que je lui fasse le sacrifice de mon bonheur.George Sand (1804-1876)
Sa noble fierté, dans ce jour solennel, fut signalée comme de l'orgueil, sa joie comme de l'enivrement, son enthousiasme comme de l'ambition.Alphonse Esquiros (1812-1876)
Il a pris pour texte le devoir des enfants à l'égard des parents, et il part de là pour faire de la démocratie avec enivrement.Dorothée de Dino (1793-1862)
Tous se levèrent enfin de table dans un demi enivrement et passèrent au salon voisin en dansant une sauteuse de bal masqué.Émile Souvestre (1806-1854)
Je m'abandonnais à cette langueur nerveuse qui se résout, à une pareille heure, à une pareille saison, dans une pareille lumière, en un demi-enivrement presque dépourvu de conscience.Paul Bourget (1852-1935)
Pendant quelques jours, on donna liberté entière à l'équipage des deux vaisseaux, et nous goûtâmes avec l'enivrement de la fatigue les douceurs d'une vie abondante et d'un repos bien mérité.Edward John Trelawney (1792-1881), traduction Victor Perceval (1835-1887)
Cependant, lorsqu'il se rappela plus tard cet instant d'enivrement, il s'y mêla un souvenir pénible.George Sand (1804-1876)
Dans mon trouble, dans mon effroi, dans mon enivrement... moi... toujours si hardie... j'hésitais... je balbutiais...Eugène Sue (1804-1857)
Ce déplorable enivrement d'orgueil qui conduit un homme, fort peu guerrier, à la férocité froide et raisonnée, est une note à prendre et à retenir.George Sand (1804-1876)
Il ne me voyait pas ; il voyait tout le monde et ne regardait personne ; il s'enivrait de l'enivrement universel...Jules Janin (1804-1874)
Afficher toutRéduire

définition ancienne (17e siècle)

Ces définitions sont issues du Dictionnaire universel de Furetière, publié en 1690. Il convient de les replacer dans le contexte historique et sociétal dans lequel elles ont été rédigées. En savoir plus.

Définition de « ENYVREMENT » s. m.

Estat d'une personne yvre. A Sparte l'enyvrement des esclaves estoit une leçon de temperance que les peres donnoient à leurs enfants.
Les mots de l’époque Sommes-nous envahis par les anglicismes ? Sommes-nous envahis par les anglicismes ?

Quand on demande aux gens ce qui pourrait mettre la langue française en danger, on entend souvent citer les anglicismes et la place trop importante que l’anglais prendrait aujourd’hui dans notre langue.

Arnaud Hoedt et Jérôme Piron 26/11/2020