envier

 

définitions

envier ​​​ verbe transitif

Éprouver envers (qqn) un sentiment d'envie (I, 1 et 2), soit qu'on désire ses biens, soit qu'on souhaite être à sa place. ➙ jalouser. Il envie tout le monde. —  Je vous envie d'être si peu frileux !
Éprouver un sentiment d'envie envers (qqch.). ➙ convoiter, désirer. Envier qqch. à qqn, désirer posséder ce qu'il possède.
locution N'avoir rien à envier à personne, n'avoir rien à désirer, être comblé.
 

conjugaison

actif

indicatif

présent

j'envie

tu envies

il envie / elle envie

nous envions

vous enviez

ils envient / elles envient

imparfait

j'enviais

tu enviais

il enviait / elle enviait

nous enviions

vous enviiez

ils enviaient / elles enviaient

passé simple

j'enviai

tu envias

il envia / elle envia

nous enviâmes

vous enviâtes

ils envièrent / elles envièrent

futur simple

j'envierai

tu envieras

il enviera / elle enviera

nous envierons

vous envierez

ils envieront / elles envieront

 

synonymes

envier verbe transitif

jalouser

convoiter, désirer, soupirer après, guigner (familier), lorgner (familier), loucher sur (familier), reluquer (familier), soupirer après (littéraire)

 

exemples

Ces exemples proviennent de sources externes non révisées par Le Robert. N'hésitez pas à nous signaler tout contenu inapproprié. En savoir plus.
Je publierai ces détails ; il est bon de les faire connaître pour apprendre aux hommes obscurs à moins envier la fortune des grands.Astolphe de Custine (1790-1857)
Il en arrivait à envier le sort des vieux meubles mis au rancart et voués au repos dans l'ombre et la poussière des greniers.Georges Eekhoud (1854-1927)
Il était fort blond, avec de grands yeux noirs, tendres, et les femmes devaient envier ses cheveux ondés et la pâleur unie de son teint.Émile Gaboriau (1832-1873)
Dans sa contenance, je l'avoue ; mais quelquefois je l'ai vu en proie à un tel découragement intérieur, que le plus bruyant désespoir ne pouvait rien trouver à lui envier.George Gordon Byron (1788-1824), traduction Paulin Paris (1800-1881)
Nous n'avons rien à envier à personne dans ce domaine et je n'accepterais pas que nous reculions d'un pouce.Europarl
Ce système, que nous pourrions envier aujourd'hui, avait quatre points faibles, surtout après l'électrification des voies.Europarl
Je n'entends pas beaucoup la politique ; mais il me semble que les légitimités auront, sous ce rapport, quelque chose à envier aux usurpations.Ida Saint-Elme (1776-1845)
Oui, certes, elle était bien digne de son haut rang, et personne n'aurait l'idée d'envier son bonheur.George Gordon Byron (1788-1824), traduction Paulin Paris (1800-1881)
La rive sud, pour n'avoir pas la sauvage et pittoresque beauté de la rive nord, n'a pourtant rien à lui envier, dans son genre.Charles Deguise (1827-1884)
Bien des poëtes pourraient lui envier de n'être ainsi connu que dans son meilleur jour et à travers l'idéal même qu'il s'est donné.Charles-Augustin Sainte-Beuve (1804-1869)
Il ne faut pas respecter et envier les riches, mais les plaindre et s'éloigner d'eux.Léon Tolstoï (1828-1910), traduction Ely Halpérine-Kaminsky (1858-1936)
Au lieu d'envier ceux qui passent leur vie dans une douceur perpétuelle, je suis tenté de les plaindre, car la douceur se change vite en fadeur.Remy de Gourmont (1858-1915)
Et l'avenir était, en somme, égal pour tous, et, ni les uns, ni les autres, s'ils avaient eu un peu de bon sens, n'auraient pu s'envier.Joris-Karl Huysmans (1848-1907)
Tu donnerais à penser, à tous ces gens du dessus, que l'on peut envier leur sort !Jules Verne (1828-1905)
Je ne comprends point comme on peut les haïr, et les envier, et les tourmenter ; je suis fort aise que vous vous trouviez insensiblement dans leurs intérêts.Madame de Sévigné (1626-1696)
C'est pourquoi nous n'avons rien à envier, dans ce siècle, à l'antiquité, cette mère féconde des belles et bonnes choses.Antoine Dumesnil (1805-1891)
Celui-ci, relativement à l'ancienneté et à l'illustration de sa naissance, n'avait rien à lui envier, et lui était supérieur par son rang et ses services personnels.Charles Athanase Walckenaer (1771-1852)
Poëte, je me mis à envier le gladiateur ; je regrettai d'avoir quitté l'action pour la rêverie.Théophile Gautier (1811-1872)
La prétendue reine des fleurs a donc beaucoup à nous envier, et, quant à son parfum si vanté...George Sand (1804-1876)
Je ne songe ni ne vis que pour vous, et pour vous mettre en état de n'envier le sort de personne.Bussy-Rabutin (1618-1693)
Afficher toutRéduire
 

définition ancienne (17e siècle)

Ces définitions sont issues du Dictionnaire universel de Furetière, publié en 1690. Il convient de les replacer dans le contexte historique et sociétal dans lequel elles ont été rédigées. En savoir plus.

Définition de « ENVIER » v. act.

Porter envie. Il ne faut point envier la bonne fortune d'autruy. Ce mot vient du Latin invidere.
 
ENVIER, signifie aussi en plusieurs sortes de jeux, Faire des envis, encherir sur quelqu'un, mettre sur une carte une plus grosse somme qu'on n'y avoit mise d'abord, pour la bonne opinion qu'on a de son jeu. Il est permis d'envier au Berlan, au Hoc.
 
ENVIÉ, ÉE. part. & adj. Il signifie encore, Recherché, desiré. Ce Benefice est fort envié. Cette charge est fort enviée.
Drôles d'expressions À la bonne franquette À la bonne franquette

À la bonne franquette : sans façon, sans cérémonie. 

Alain Rey 16/02/2020