éperon

 

définitions

éperon ​​​ | ​​​ nom masculin

Pièce de métal fixée au talon du cavalier et terminée par une roue à pointes ou un ergot, pour piquer les flancs du cheval.
Ergot du coq, du chien.
Botanique Prolongement en cornet effilé du calice, de la corolle d'une fleur.
Pointe renforcée de la proue (de certains navires).
Relief en pointe. Un éperon rocheux.
Ouvrage en saillie. Éperons d'un pont. ➙ arrière-bec, avant-bec.
 

synonymes

éperon nom masculin

pointe, aiguille, dent

aiguillon, stimulant

[Architecture, Nautisme] rostre

 

exemples

Ces exemples proviennent de sources externes non révisées par Le Robert. N'hésitez pas à nous signaler tout contenu inapproprié. En savoir plus.
Grippard arriva tout essoufflé un instant après, et, jouant de l'éperon, il eut bien vite rejoint les fuyards.Amédée Achard (1814-1875)
Il la croyait riche héritière et l'aspect de l'or qu'il voyait scintiller dans ses rêves, l'aiguillonnait comme un éperon, les flancs d'un coursier.Pamphile Le May (1837-1918)
Cette exclamation lui parvint, sans doute, car il enfonça l'éperon au flanc de son cheval et le mit au galop.Pierre Ponson du Terrail (1829-1871)
La peur en plein air, lorsqu'on a sa bonne épée nue au flanc, lorsqu'on crie hourra au coursier qu'on aiguillonne de l'éperon, et qui à chaque hourra bondit et vole.Alexandre Dumas (père) (1802-1870)
Nous donnâmes de l'éperon à nos coursiers, et avançâmes avec un bruit de tonnerre à travers l'obscurité.Arthur Conan Doyle (1859-1930), traduction Albert Savine (1859-1927)
Le cerf courait comme un vrai cerf qu'il était, et une cinquantaine de chiens qu'il avait aux trousses n'étaient pas un médiocre éperon à sa vélocité naturelle.Théophile Gautier (1811-1872)
Une fois en selle et la bride haute, l'homme n'a pas besoin de lui faire sentir l'éperon.Eugène Fromentin (1820-1876)
Soumis désormais à son sort et stimulé par l'éperon, il retourna tristement sur ses pas.Mayne Reid (1818-1883), traduction Émile Gigault de La Bédollière (1812-1883)
Puis, brusquement, elle frappa la bête d'un coup d'éperon furieux, en le maintenant tête au parapet du pont.Michel Zévaco (1860-1918)
Le cheval naturellement bien équilibré supporte le contact des jambes et de l'éperon bien plus facilement que celui dont la conformation est défectueuse.François Baucher (1796-1873)
Il est bête comme une oie et dur comme un chien ; mais il obéit bien à l'éperon et s'enlève avec beaucoup de force et d'aplomb.George Sand (1804-1876)
C'est le coup d'éperon qui force à faire le premier pas... et je vous promets que les autres pas ne coûtent guère...Paul Féval (1816-1887)
Que de virages sur place, que de charges à fond sur la maudite glace qui parfois vole en éclats, et plus souvent résiste au choc de l'éperon !Louis Boussenard (1847-1910)
Parfois, cependant, les lignes d'eau, divisées par son éperon, filaient devant nos regards avec une vitesse excessive.Jules Verne (1828-1905)
Je n'ai pour presser les flancs de mon projet d'autre éperon que cette ambition qui, s'élançant et se retournant sur elle-même, retombe sans cesse sur lui.Alphonse de Lamartine (1790-1869)
Le balafré fit pivoter sa caronade, ajusta le brick et lui lança, dans la carène, sous l'éperon, un énorme boulet de quarante-huit.Henri-Émile Chevalier (1828-1879)
Je sentis, en effet, qu'il prenait une position oblique, abaissant son arrière et relevant son éperon.Jules Verne (1828-1905)
Le roi avait écouté la lecture sans interrompre, seulement il s'était essuyé le front à plusieurs reprises, tout en rayant le parquet de la molette de son éperon.Alexandre Dumas (père) (1802-1870)
Chevaux et cavaliers passaient à l'aise sous leurs ramilles retombantes, et parfois la molette d'un éperon résonnait en heurtant leur tige ligneuse.Jules Verne (1828-1905)
Quand ces visions se font trop aiguës, la jeune fille donne de l'éperon dans le flanc de son cheval qui s'enlève.Paul Bourget (1852-1935)
Afficher toutRéduire
 

définition ancienne (17e siècle)

Ces définitions sont issues du Dictionnaire universel de Furetière, publié en 1690. Il convient de les replacer dans le contexte historique et sociétal dans lequel elles ont été rédigées. En savoir plus.

Définition de « ESPERON » s. m.

Piece de fer dont s'arme le talon d'un Cavalier qui veut monter à cheval. Il est composé de deux branches qui embrassent le talon du Cavalier, & d'une pointe rose ou mollette faite en forme d'estoille, qui advance par derriere pour piquer le cheval. Il est attaché à la botte par deux pieces de cuir qu'on appelle le dessus & le dessous de l'esperon. Il faut donner un coup d'esperon jusques-là, pour dire, y aller en diligence. Ce mot vient de sphaerula, selon Nicod, à cause de sa ressemblance avec la mollette. Menage le derive de l'Italien sperone, qui a été fait de l'Alleman sporen, ou sporn. Les Anglois disent a sparle ; & en basse Latinité on a dit sporones.
 
On dit au Manege, qu'un cheval n'a point d'esperon, pour dire, qu'il n'y est pas fort sensible ; & au contraire, qu'il a l'esperon delicat & fin, quand il le sent bien. On dit qu'il fuit l'esperon, pour dire, qu'il y obeït ; qu'il connoist l'esperon, qu'il s'attache à l'esperon, qu'il se manie aisément avec l'esperon. C'estoit une des ceremonies en faisant les Chevaliers, de leur chausser les esperons. Quand on rend la foy & hommage, il faut quitter ses esperons. Les esperons d'or appartenoient particulierement aux Chevaliers, & ceux d'argent aux Escuyers.
 
ESPERON, se dit aussi d'une espece de corne qui vient en pointe aux jambes des cocqs & des chiens.
 
ESPERON, en termes de Guerre, se dit d'une fortification en angle saillant, qui se fait ou au milieu des courtines, ou au devant des portes, ou sur les bords des rivieres, pour empêcher qu'on n'entre dans la place par là. On le dit aussi de ces pointes de pierre qu'on met au devant des piles des ponts pour les conserver, & pour fendre l'eau, & des arcsboutans ou contremurs qu'on fait pour fortifier les murailles qui soustiennent des terrasses.
 
ESPERON, se dit aussi de la prouë & de la pointe des vaisseaux & galeres, qui fait une grande saillie & avance en mer. On l'appelle aussi cap, avantage, & poulaine. C'est ce que les Latins appelloient rostrum, ou calcar galeae.
 
ESPERON, est aussi une marque de vieillesse qui se voit au coin de l'oeuil, & se fait par quelques rides qui representent une mollette d'esperon, tant aux hommes, qu'aux chevaux.
 
On dit proverbialement, Chausser les esperons à quelqu'un, pour dire, le mettre en fuite, & le poursuivre : de là vient qu'on dit la Journée des esperons. Ce fut une bataille donnée au mois d'Aoust 1513. sous Louïs XII. Il y en a eu une autre en la vie de Philippes le Bel de l'an 1314. Ce fut une deffaite signalée qui se fit à Courtray, où on compta jusqu'à 12000. Chevaliers morts, en telle sorte que pour la quantité d'esperons dorez que les Flamans remporterent, on la nomma la Journée des esperons.
 
On dit aussi d'un homme stupide & lent, qu'il n'a ni bouche, ni esperon, qu'il n'est bon à rien. On dit d'un homme ambitieux, amateur de la gloire, qu'il a plus besoin de bride que d'esperon.
So British... ou pas ! Scroller Scroller

À l’heure du Brexit, voilà que le Royaume-Uni plie bagage et s’en retourne à son insularité.

Dr Orodru 11/02/2021