Email catcher

éperonner

définitions

éperonner ​​​ | ​​​ verbe transitif

Piquer avec des éperons (1). Éperonner son cheval.
au figuré, littéraire Aiguillonner, stimuler. La peur l'éperonnait. —  au passif Être éperonné par l'ambition.
Marine Aborder (un navire) en défonçant sa coque avec l'étrave.

conjugaison

actif

indicatif

présent

j'éperonne

tu éperonnes

il éperonne / elle éperonne

nous éperonnons

vous éperonnez

ils éperonnent / elles éperonnent

imparfait

j'éperonnais

tu éperonnais

il éperonnait / elle éperonnait

nous éperonnions

vous éperonniez

ils éperonnaient / elles éperonnaient

passé simple

j'éperonnai

tu éperonnas

il éperonna / elle éperonna

nous éperonnâmes

vous éperonnâtes

ils éperonnèrent / elles éperonnèrent

futur simple

j'éperonnerai

tu éperonneras

il éperonnera / elle éperonnera

nous éperonnerons

vous éperonnerez

ils éperonneront / elles éperonneront

synonymes

éperonner verbe transitif

aiguillonner, exciter, fouetter, piquer, stimuler

exemples

Ces exemples proviennent de sources externes non révisées par Le Robert. N'hésitez pas à nous signaler tout contenu inapproprié. En savoir plus.
De nouveau, il éperonna les flancs de son cheval, et sa course devint plus furieuse encore.Émile Gaboriau (1832-1873)
Mais un artilleur éperonnait son rouan, trottait sur le polytechnicien.Paul Adam (1862-1920)
Le héros enquête sur la disparition de deux de ses amis embarqués sur un voilier éperonné par un cargo.Ouest-France, Nadine BOURSIER, 19/03/2018
Des aides de camp, bottés et éperonnés, dormaient dans les coins de la tente.Amédée Achard (1814-1875)
La nécessité, bottée et éperonnée, vint plus d'une fois soulever les rideaux de son alcôve au milieu de la nuit.Émile Gaboriau (1832-1873)
S'il l'aimait vraiment, l'épreuve de l'absence achèverait de l'éclairer sur lui-même, l'éperonnerait, le jetterait à la poursuite de la fugitive par-dessus tous les obstacles.Michel Corday (1869-1937)
Quand on me met le pied sur la gorge, comme le ver sur qui l'on marche, je me redresse ; quand on m'éperonne, je rue !Pétrus Borel (1809-1859)
Il va et vient, s'agite, se démène, vit à grands guides, rit à grosse voix, s'excite, s'irrite, s'éperonne et s'époumonne.Jules Claretie (1840-1913)
Un homme, vêtu comme un courrier, botté et éperonné, paraissant avoir fait une longue course, se présenta à l'hôtel et le demanda.Pierre Ponson du Terrail (1829-1871)
Et il éperonna son cheval, qui l'emporta avec une nouvelle rapidité.Alexandre Dumas (père) (1802-1870)
Ses outrances caricaturales, qui font passer du rire aux larmes et de la farce à la tendresse, n'ont d'autre objet que d'éperonner l'absurdité de la comédie humaine.Ouest-France, 01/10/2015
Je ne savais qu'imaginer, que croire ; le dépit et la curiosité m'éperonnaient autant que les brûlures amoureuses du simoun.Hector France (1837-1908)
L'élan éperonné des bêtes saisissait aussi les âmes.Paul Adam (1862-1920)
Il avait la taille haute et la tête belle ; il portait le rabat, et ses bottes étaient éperonnées.Jules Janin (1804-1874)
Derrière lui, les pas et les cris de ses ennemis l'éperonnaient et semblaient lui donner des ailes.Alexandre Dumas (père) (1802-1870)
Puis tous deux, éperonnant leurs chevaux, gagnèrent au galop le pont de bois.Anatole France (1844-1924)
Le cavalier éperonnait son cheval, le vent poussait la flamme.Pamphile Le May (1837-1918)
Son cheval, éperonné, caracola, retomba sur un homme à plumet blanc, cuirassé de brandebourgs.Paul Adam (1862-1920)
Les deux cavaliers éperonnèrent leurs montures et partirent au grand trot par une route transversale, à la grande stupéfaction des deux exempts qui les surveillaient.Pierre Ponson du Terrail (1829-1871)
Près de là, frémissent encore d'un reste de vie, le pied éperonné qui l'aiguillonnait, et la main qui guidait les rênes.George Gordon Byron (1788-1824), traduction Paulin Paris (1800-1881)
Afficher toutRéduire

définition ancienne (17e siècle)

Ces définitions sont issues du Dictionnaire universel de Furetière, publié en 1690. Il convient de les replacer dans le contexte historique et sociétal dans lequel elles ont été rédigées. En savoir plus.

Définition de « ESPERONNER » v. act.

Mettre des esperons. On a botté & esperonné ce Cavalier, il est prest à monter à cheval. On dit aussi d'un coq & d'un chien, qu'ils sont esperonnez.
 
On dit au figuré, Esperonner quelqu'un, pour dire, l'exciter, l'encourager a faire quelque chose.
 
ESPERONNÉ, ÉE. part. pass. & adj.
Drôles d'expressions Faire un tabac Faire un tabac

« C’est une folie comme du tabac ; quand on y est accoutumée, on ne peut plus s’en passer », plaisante Madame de Sévigné à propos d’un parfum (1675).

Stéphane Marie et Nathalie Gendrot 21/12/2021