intimer

 

définitions

intimer ​​​ verbe transitif

Signifier (qqch. à qqn) avec autorité. ➙ enjoindre, notifier. Elle m'a intimé l'ordre de rester.
 

conjugaison

actif

indicatif

présent

j'intime

tu intimes

il intime / elle intime

nous intimons

vous intimez

ils intiment / elles intiment

imparfait

j'intimais

tu intimais

il intimait / elle intimait

nous intimions

vous intimiez

ils intimaient / elles intimaient

passé simple

j'intimai

tu intimas

il intima / elle intima

nous intimâmes

vous intimâtes

ils intimèrent / elles intimèrent

futur simple

j'intimerai

tu intimeras

il intimera / elle intimera

nous intimerons

vous intimerez

ils intimeront / elles intimeront

 

synonymes

intimer verbe transitif

commander, enjoindre, notifier, signifier

 

exemples

Ces exemples proviennent de sources externes non révisées par Le Robert. N'hésitez pas à nous signaler tout contenu inapproprié. En savoir plus.
Il communiquait rarement avec ses sujets, et se contentait de leur faire intimer ses ordres.François-Maximilien Bibaud (1823-1887)
Ce méchant homme se chargea lui-même d'intimer l'ordre et de l'exécuter.Alphonse de Lamartine (1790-1869)
Aussi, saisit-il avec empressement l'occasion fournie par l'odieuse conduite de son lieutenant, pour lui intimer l'ordre de se présenter devant lui.Ernest Mercier (1840-1907)
Mais des officiers vinrent leur intimer l'ordre de se retirer.Adolphe Thiers (1797-1877)
Il fit alors un signe de la main, comme pour intimer au major l'ordre de se retirer.James Fenimore Cooper (1789-1851), traduction Auguste-Jean-Baptiste Defauconpret (1767-1843)
Et elle jeta un regard terrible aux petites filles, comme pour leur intimer la discrétion.Pierre Ponson du Terrail (1829-1871)
Celui-ci a l'audace de lui intimer l'ordre de ne laisser entrer personne dans la salle des états-généraux.Sébastien-Roch-Nicolas Chamfort (1741-1794)
Mais ce n'était pas assez qu'une promesse ; il fallut convoquer les cochers et leur intimer l'ordre de ne plus chagriner la bonne bête.Henry Gréville (1842-1902)
Afficher toutRéduire
 

définition ancienne (17e siècle)

Ces définitions sont issues du Dictionnaire universel de Furetière, publié en 1690. Il convient de les replacer dans le contexte historique et sociétal dans lequel elles ont été rédigées. En savoir plus.

Définition de « INTIMER »

signifie plus particulierement, Assigner une partie qui a gagné sa cause, pour voir faire reformer la sentence par un Juge superieur. Ce n'est pas assez d'interjetter appel d'une sentence, il faut relever l'appel, & faire intimer la partie, la faire assigner pour cela.
 
On appelle intimer un Juge en son propre & privé nom, quand on l'accuse d'avoir prevariqué en sa charge, quand il y a de son fait & de sa faute particuliere qui merite correction. Autrefois on intimoit les Juges sur toutes les appellations, & il falloit qu'ils vinssent à la Cour pour soûtenir leur sentence.
 
On dit figurément dans le discours ordinaire, Pourquoy m'intimez-vous en mon nom, pour dire, Pourquoy vous en prenez-vous amoy ! je n'ay point esté l'auteur de cette affaire, ou je n'y ay donné que m'a voix.
 
INTIMÉ, ÉE. part. pass. & adj.

Définition de « INTIMER » v. act.

Signifier & declarer à quelqu'un le jour d'une assemblée, ou un acte judiciaire. Les Lettres de Chancelerie portent commission à un Sergent d'intimer un tel à certain & competant jour, pour voir dire ou faire telle chose. On intime les opposans à la vente des meubles, des fonds, à certain jour pour y assister & encherir, On les intime, pour assister à une deliberation de creanciers, assemblée de parents, &c.
 
On dit en ce sens, intimer un Synode, un Concile, pour dire, Marquer le jour & le lieu ou se doit tenir le Synode, l'assemblée, afin que tous les interessez s'y trouvent. Ce mot vient du Latin intimare, qu'on trouve souvent en la signification de faire connoistre, signifier. Menage.
Le dessous des mots Un homme sur deux est une femme Un homme sur deux est une femme

Au-delà de la formule destinée à faire sourire, force est de constater que la moitié des hommes sont des femmes. Cet énoncé est correct grammaticalement et fait pleinement sens, ce paradoxe apparent étant rendu possible par la polysémie du mot homme, qui désigne à la fois un individu de sexe masculin et un mammifère du genre Homo, membre de l’humanité. Des bricolages de fortune ont tenté de contourner cette regrettable polysémie. Des solutions empiriques, telles que la typographie, prétendent distinguer l’homme de l’Homme (de la même manière, et pour les mêmes raisons, que l’histoire du Petit Chaperon rouge et l’Histoire et ses sources). Disons-le tout net, ça ne fonctionne pas.

Marie-Hélène Drivaud 28/05/2020