promener

 

définitions

promener ​​​ | ​​​ verbe transitif

Faire aller dans plusieurs endroits, pour le plaisir, le délassement. Promener un ami dans Paris.
Déplacer, faire aller et venir (qqch.). Promener un archet sur les cordes.

se promener ​​​ | ​​​ verbe pronominal

Aller d'un lieu à un autre pour se détendre, prendre l'air, etc. ➙ marcher ; familier se balader. Je vais me promener. ➙ sortir.
familier (sans pronom) Envoyer* promener qqn, qqch. : repousser, rejeter (→ envoyer dinguer, paître, valser).
 

conjugaison

actif

indicatif

présent

je promène

tu promènes

il promène / elle promène

nous promenons

vous promenez

ils promènent / elles promènent

imparfait

je promenais

tu promenais

il promenait / elle promenait

nous promenions

vous promeniez

ils promenaient / elles promenaient

passé simple

je promenai

tu promenas

il promena / elle promena

nous promenâmes

vous promenâtes

ils promenèrent / elles promenèrent

futur simple

je promènerai

tu promèneras

il promènera / elle promènera

nous promènerons

vous promènerez

ils promèneront / elles promèneront

 

synonymes

promener verbe transitif

transporter, traîner, balader (familier)

 

exemples

Ces exemples proviennent de sources externes non révisées par Le Robert. N'hésitez pas à nous signaler tout contenu inapproprié. En savoir plus.
De toutes rues adjacentes allaient et venaient un grand nombre de filles qui pouvaient s'y promener sans rétribution.Honoré de Balzac (1799-1850)
Nous allions sans but et nous voulions lui prouver que c'était la plus agréable manière de se promener.George Sand (1804-1876)
Le lendemain, jour de grande fête, deux petits paysans seraient sans doute ravis de promener aux environs ce veston bleu et cette robe verte.Pierre Louÿs (1870-1925)
Après deux heures employées avec autant de fruit, il demanda ses chevaux et alla se promener au bois.Eugène Sue (1804-1857)
Le dimanche, nous allions nous promener à la campagne, ou bien elle me conduisait au spectacle.Céleste de Chabrillan (1824-1909)
On court risque de se promener, comme je viens de le faire, dans toute l'auberge, le tire-bottes au pied, réclamant à grands cris du secours.Victor Hugo (1802-1885)
Une quinzaine d'hommes, tout au plus, avaient reçu l'ordre de se promener sur le pont et de montrer leurs têtes au-dessus des bastingages.Édouard Corbière (1793-1875)
On n'y va pas pour se promener, on ne s'y rend que pour affaire : ramasser des baies, des fraises, des champignons ; ou bien chasser.Jules Legras (1866-1939)
Elle parut au dîner qui fut triste ; elle annonça qu'elle n'irait pas se promener, ce qui était me dire que je n'aurais pas occasion de lui parler.Pierre Choderlos de Laclos (1741-1803)
Rougon passa la soirée seul, à se promener dans la vaste pièce, les mains derrière le dos, la tête basse.Émile Zola (1840-1902)
Du reste, ici, liberté entière : on travaille, on lit, on va se promener, on fait ce qu'on veut...Paul de Kock (1793-1871)
Quand on s'est promené cinq minutes, on peut se promener cinq jours dans des quartiers toujours différents et toujours pareils.Louise-Eléonore-Charlotte-Adélaide d'Osmond Boigne (1781-1866)
Je m'arrête pour promener mes regards autour de moi, j'embrasse de l'œil la longue chaîne des collines, des plaines, des forêts que j'avais traversées.Jean-Paul Marat (1743-1793)
On exerce aussi les apprentis, parfois, à promener le rasoir sur une tête de bois.Paul Sébillot (1843-1918)
Il veut se promener encore dans ces jardins embaumés, sur ces falaises qui contrastent par leur immobile blancheur avec l'azur des vagues.Hector Berlioz (1803-1869)
Nous nous proposons, elle et moi, de profiter de ce beau jour de printemps pour aller cet après-midi nous promener à pied en forêt.Victor Cherbuliez (1829-1899)
Il se lève de sa chaise, se met à promener par sa chambre, devisant avec l'un et l'autre.Charles-Henry-Joseph de Batz-Trenquelléon (1835-1914)
La beauté du jour fit naître aux dames l'envie d'aller se promener dans un bois qui environnoit le jardin.Antoine Hamilton (1664-1720), Jacques Cazotte (1719-1792) et Henriette-Julie de Castelnau de Murat (1670-1716)
Bien des gens accepteraient la situation qui nous est faite, ne fût-ce que pour se promener à travers ces merveilles.Jules Verne (1828-1905)
La clarté du soleil d'aujourd'hui est trop vive pour y promener les êtres en soi.Marcel Schwob (1867-1905)
Afficher toutRéduire
 

définition ancienne (17e siècle)

Ces définitions sont issues du Dictionnaire universel de Furetière, publié en 1690. Il convient de les replacer dans le contexte historique et sociétal dans lequel elles ont été rédigées. En savoir plus.

Définition de « PROMENER » v. act.

qui se dit souvent avec le pronom personnel. Marcher sans autre dessein que de faire exercice pour le plaisir, ou pour la santé. Il faut promener un cheval eschauffé, avant que de le mener boire. Il se promene dans sa chambre aprés le repas. Il s'est allé promener aux Tuilleries. Il se promenoit à grand pas en resvant, en faisant des vers. Une nourrice promene son enfant pour l'empêcher de crier.
 
On dit au Manege, Promener un cheval sur le droit, pour dire, le faire marcher sur une ligne droite ; le promener sur les voltes, entre deux talons, la teste & les hanches dedans, pour dire le faire marcher de costé entre deux lignes.
 
PROMENER, signifie aussi, Prendre l'air de la campagne, soit à cheval, soit en carrosse. Les femmes aiment fort qu'on les mene promener au Cours, aux villages circonvoisins. Il est monté à cheval pour s'aller promener à deux ou trois lieuës.
 
PROMENER, signifie aussi, Aller en divers lieux pour voir quelque chose de nouveau, pour voyager. Un provincial promene sa femme par tous les endroits de la ville pour luy en faire voir les singularitez. On a envoyé ce jeune homme se promener en Italie, en Flandres, pendant un an. Ce Voyageur s'est bien promené dans le monde, dans l'Orient.
 
PROMENER, se dit aussi en un sens contraire, pour dire, Donner de la peine, chasser, maltraiter. Ce pauvre homme a un procés contre un chicaneur qui le fait bien promener, qui le fait bien aller & venir. Ce laquais vous sert mal, il faut l'envoyer promener, le chasser. Il m'a fait une proposition peu honneste, je l'ay bien envoyé promener, je l'ay bien rembarré.
 
On dit aussi, qu'on a envoyé promener quelqu'un, lors qu'on l'a exilé de la Cour, qu'il a été relegué en quelque lieu.
 
PROMENER, se dit figurément en choses morales. Quand un Philosophe resve, il promene son esprit, son imagination, sur tous les estres de la nature, & il admire le Createur. Un galant qui est au bal promene ses yeux sur toutes les belles de l'Assemblée.
 
On dit proverbialement à un homme qu'on chasse, ou qu'on mesprise, Va te promener, tu auras des chausses. Ce mot vient du Latin prominare. Menage.
 
PROMENÉ, ÉE. part. pass.
Vidéos Gargouille, par Alain Rey Gargouille, par Alain Rey

Le –gouille du mot gargouille est une variante du terme goule, qui signifie « gueule ». Découvrez l’histoire du mot gargouille avec Alain Rey.

Alain Rey 15/09/2020