ravaler

 

définitions

ravaler ​​​ verbe transitif

Nettoyer, refaire le parement de (un mur, etc.) de haut en bas. Ravaler un immeuble. —  locution, familier Se ravaler la façade : refaire son maquillage.
au figuré, littéraire Abaisser, déprécier. —  au participe passé Un homme ravalé au rang de la brute. —  pronominal S'abaisser, s'avilir moralement.
Avaler de nouveau, avaler (ce qu'on a dans la bouche). Ravaler sa salive.
au figuré Retenir (ce qu'on allait dire). Ravaler une boutade. —  Empêcher de s'exprimer. Ravaler sa colère, son dégoût.
 

conjugaison

actif

indicatif

présent

je ravale

tu ravales

il ravale / elle ravale

nous ravalons

vous ravalez

ils ravalent / elles ravalent

imparfait

je ravalais

tu ravalais

il ravalait / elle ravalait

nous ravalions

vous ravaliez

ils ravalaient / elles ravalaient

passé simple

je ravalai

tu ravalas

il ravala / elle ravala

nous ravalâmes

vous ravalâtes

ils ravalèrent / elles ravalèrent

futur simple

je ravalerai

tu ravaleras

il ravalera / elle ravalera

nous ravalerons

vous ravalerez

ils ravaleront / elles ravaleront

 

synonymes

se ravaler verbe pronominal

descendre, déchoir, s'abaisser, s'humilier, se rabaisser, tomber

 

exemples

Ces exemples proviennent de sources externes non révisées par Le Robert. N'hésitez pas à nous signaler tout contenu inapproprié. En savoir plus.
Si nous pouvions enfin nous prendre nous-mêmes au sérieux, et prononcer les mots qu'hier nous disions à voix haute pour les ravaler aujourd'hui.Europarl
C'est te ravaler que de te nier conscient...Camille Lemonnier (1844-1913)
Je leur conseille de se taire, de ravaler leurs larmes et de tâcher de sourire.Edgar Quinet (1803-1875) et Jules Michelet (1798-1874)
On n'avait oublié rien pour les ravaler et les intimider.Jules Michelet (1798-1874)
Ne me condamne pas à des bassesses, à me ravaler par des démarches qui m'humilient, des espionnages qui m'avilissent.Charmes Mérouvel (1832-1920)
Forçons-la de ravaler ses paroles et d'avouer qu'elle les a dites par méchanceté.George Sand (1804-1876)
Il faut que tu aies vraiment bien peu d'amour-propre pour te ravaler ainsi au niveau de la brute !...Georges Ohnet (1848-1918)
J'en vins petit à petit à ravaler mon dégoût et à lui faire presque bon visage, uniquement pour lui prouver que je ne pensais pas à « ma voiture ».René Boylesve (1867-1926)
Elle signifie de prendre garde de ne pas nous ravaler par notre conduite au rang des animaux.Comte de Lautréamont (1846-1870)
Bonaparte se vengea à sa façon, en cherchant à ravaler un caractère.François-René de Chateaubriand (1768-1848)
Elle venait de se ravaler au rôle de ces faneuses dévergondées.Georges Eekhoud (1854-1927)
Célestine m'examinait en dessous, d'un air narquois, heureuse de me voir souffrir, heureuse surtout de voir un homme se ravaler jusqu'à elle, l'implorer servilement.Octave Mirbeau (1848-1917)
À peine le vieux chancelier l'eut-il contée qu'il me parut, à une contraction de tous les plis de son masque, qu'il eût bien voulu, pourtant, la ravaler...Octave Mirbeau (1848-1917)
Un cours libre de littérature doit relever et non ravaler à ses propres yeux l'âme humaine.Alphonse de Lamartine (1790-1869)
Je crois que cela n'a pas peu contribué à ravaler aux yeux du vulgaire la condition des gens de lettres.Antoine-Vincent Arnault (1766-1834)
Je croyais cette âme noble et jeune incapable de se ravaler à des intérêts d'argent.Stendhal (1783-1842)
Un être que la souffrance, loin de ravaler, a grandi.Victor Margueritte (1866-1942)
Elle serait portée, sinon à brûler, tout au moins à ravaler et à rejeter sans merci ce qu'elle avait adoré.Albert le Roy (1856-1905)
Une femme, à laquelle il fait l'honneur de l'aimer, n'a pas le droit de le ravaler à la besogne des bouffons !Hector Bernier (1886-1947)
Pourquoi vos officiers ont-ils été obligés de se ravaler au sale rôle d'indicateurs habillés en civils ?Jean Massart (1865-1925)
Afficher toutRéduire
 

définition ancienne (17e siècle)

Ces définitions sont issues du Dictionnaire universel de Furetière, publié en 1690. Il convient de les replacer dans le contexte historique et sociétal dans lequel elles ont été rédigées. En savoir plus.

Définition de « RAVALER » v. act.

& reduplicatif. Avaler une seconde fois. Sa medecine luy est revenuë à la bouche, mais il l'a ravalée. Les animaux qui ruminent ravalent l'herbe qu'ils ont remaschée.
 
RAVALER, se dit figurément en Morale. Il m'est venu un bon mot sur les levres, mais comme il étoit trop piquant, je l'ay ravalé. Si ce brave sçait que vous ayez tenu de luy ces discours, il vous les fera bien ravaler.
 
RAVALER, signifie aussi, Mettre plus bas. Il faut ravaler cette tapisserie, elle est attachée trop haut. Ces bas ont cette incommodité, qu'ils se ravalent toûjours.
 
RAVALER, signifie aussi, Decroistre. La riviere étoit fort grosse, mais elle ravale tous les jours, elle diminuë.
 
RAVALER, signifie aussi, Ramender, diminuer de prix. Le bled ravale tous les jours au marché. La montre des vignes est belle, le vin doit ravaler de prix.
 
RAVALER, se dit aussi figurément en ce sens pour dire, Diminuer le merite de quelqu'un. Vous avez fort élevé la capacité de ce Docteur, mais un autre l'a bien ravalée. Un envieux ravale toûjours la gloire des belles actions.
 
RAVALER, signifie aussi, S'humilier. JESUS-CHRIST s'est ravalé jusqu'à prendre la figure d'un homme, d'un serviteur. Il a dit que plus un homme se ravaleroit, & plus il seroit exalté.
 
RAVALER, en termes de Maçonnerie, se dit de la derniere façon qu'on donne à un mur, soit qu'on le regratte avec la rippe, s'il est de pierre ; soit qu'on y donne un dernier enduit, s'il est de moilon, ou de plastre. Et parce qu'on commence cet ouvrage de haut en bas, c'est cela qui le fait appeller ravaler. Plusieurs Ouvriers en cuir disent aussi, qu'ils le ravalent, lors qu'ils le ratissent, qu'ils le rendent moins espais.
 
RAVALÉ, ÉE. part. pass. & adj.
Les mots croisés du Robert Les mots du bord de mer Les mots du bord de mer

Laissez-vous bercer par le bruit des vagues avec cette grille de mots croisés estivale !

17/07/2020