réclusion

 

définitions

réclusion ​​​ nom féminin

Peine criminelle, privation de liberté avec obligation de travailler. ➙ détention, prison. Réclusion criminelle à perpétuité.
 

synonymes

 

exemples

Ces exemples proviennent de sources externes non révisées par Le Robert. N'hésitez pas à nous signaler tout contenu inapproprié. En savoir plus.
Qu'a-t-elle donc fait de mal pour que vous lui imposiez la réclusion et les larmes par-dessus le marché ?George Sand (1804-1876)
Cela vous étonne ; vous ne comprenez pas comment j'y arrivais après avoir passé les premiers instants de ma réclusion sans m'occuper des heures.Mayne Reid (1818-1883), traduction Henriette Loreau (1815-1883)
Avait-elle le soupçon de quelque dessein criminel ou parlait-elle de sa réclusion avec l'exagération de la douleur ?Jean Hippolyte Mariéjol (1855-1934)
Les premiers moments de notre réclusion furent tristes ; la pluie tombait avec une désespérante uniformité ; mais nous nous résignâmes enfin.Johann David Wyss (1743-1818), traduction Isabelle de Montolieu (1751-1832)
Mal nourries, mal vêtues, ces pauvres prisonnières n'aspirent qu'à être délivrées d'une réclusion fort dure.Rudolf Carl von Slatin (1857-1932), traduction Gustave Bettex (1868-1921)
Pourtant, je crains pour vous l'ennui de cette réclusion, et, en y réfléchissant, je trouve un meilleur expédient.George Sand (1804-1876)
De cette certitude à celle que votre réclusion deviendra plus austère, votre sort plus affreux, la conséquence est sûre.Joseph Fiévée (1767-1839)
Cela semble évident, car les vaches que vous captivez naissent sauvages et vivent sauvages avant de subir votre réclusion.Henri de La Blanchère (1821-1880)
Ces êtres qu'on rend à la société parce que leurs délits ne méritaient pas la réclusion perpétuelle et que, d'ailleurs, il faut faire place à d'autres, que vont-ils devenir ?Dora Melegari (1849-1924)
Pendant l'hiver très froid qui précéda ma réclusion scolaire, le feu prit à l'hôtel où nous demeurions : je fus sauvé par ma sœur aînée, qui m'emporta à travers les flammes.François-René de Chateaubriand (1768-1848)
Sa face ronde, rasée, bouffie de cette graisse blafarde des gens qui ont vécu longtemps dans la réclusion, le rendait quasi méconnaissable.André Theuriet (1833-1907)
Le ciel était sans nuages, et chacun prenait plaisir à se dédommager de sa réclusion de deux mois, en exerçant de nouveau ses membres engourdis par une longue inaction.Johann David Wyss (1743-1818), traduction Isabelle de Montolieu (1751-1832)
À peine un rayon de lumière brille dans l'étroite galerie qui mène à la cellule, et les lieux de réclusion eux-mêmes sont totalement obscurs.George Gordon Byron (1788-1824), traduction Paulin Paris (1800-1881)
Jules passa toute la journée à se promener par la ville ; il semblait se dédommager des mois de réclusion auxquels sa pauvreté l'avait condamné.Stendhal (1783-1842)
Tous rivalisaient de zèle et de délicatesse pour hâter son rétablissement, et tromper les ennuis de sa réclusion.Jean-Baptiste Caouette (1854-1922)
Je n'ai qu'à me louer des soins de mes hôtes ; ils semblaient vouloir expier les douze heures de ma première réclusion.François-René de Chateaubriand (1768-1848)
Ils consentirent seulement à mettre en réclusion ceux qui étaient infirmes et qui ne pouvaient s'expatrier.Adolphe Thiers (1797-1877)
Quand je dis nous, je parle de moi et de mon enfant ; car mon mari n'a pas fait vœu de réclusion.George Sand (1804-1876)
Quiconque se sera rendu coupable des soustractions, enlèvements ou destructions mentionnées en l'article précédent sera puni de la réclusion.Gabriel Richou (1852-1915)
Une condamnation à vingt-quatre années de travaux forcés remplaça alors la peine de la réclusion.Eugène-François Vidocq (1775-1857)
Afficher toutRéduire
Le mot du jour Sauvageon, ensauvager, ensauvagement… Les mots d’une société inquiète Sauvageon, ensauvager, ensauvagement… Les mots d’une société inquiète

L’emploi des mots de la famille de sauvage pour décrire des problèmes de sécurité fait aujourd’hui polémique. Si le rôle des linguistes et des lexicographes n’est pas de se prononcer ni de porter un jugement, l’analyse des choix lexicaux des personnalités publiques peut être révélatrice des préoccupations de notre époque.

Édouard Trouillez 17/09/2020