stupidement

 

définitions

stupidement ​​​ adverbe

D'une manière stupide.
 

synonymes

stupidement adverbe

bêtement, idiotement, inintelligemment, sottement

 

exemples

Ces exemples proviennent de sources externes non révisées par Le Robert. N'hésitez pas à nous signaler tout contenu inapproprié. En savoir plus.
Je me retournai pour lui jeter son aumône à la face, mais déjà il avait disparu et je ne trouvai devant moi que les visages stupidement gouailleurs des valets.Émile Gaboriau (1832-1873)
Une éruption terrible, inévitable, bouillonnait dans les entrailles du volcan, tandis que de petits philosophes jouaient stupidement sur sa cime, avec de grands scélérats.Maximilien de Robespierre (1758-1794)
Un roi qui avoue une faute, et qui la répare, s'attire l'estime générale de sa nation ; mais convenir stupidement de ses erreurs sans se corriger, c'est se rendre méprisable.Gabriel Bonnot de Mably (1709-1785)
Je la regardai stupidement jusqu'à ce que ses larmes, qui coulaient sur moi, me tirèrent de cet état.Madame de Krudener (1764-1824)
Les hommes commencèrent à examiner ce qu'ils avaient stupidement adoré ; la raison terrassa la superstition ; on prit un dégoût pour les fables qu'on avait crues.Alexis de Tocqueville (1805-1859)
Des gens qui mènent stupidement le marché à la ruine, qui ne connaissent que la baisse et la baisse !Fernand Vandérem (1864-1939)
Les syndicalistes s'évertuaient à déclarer que mettre du verre pilé dans le pain serait un acte odieux, stupidement criminel et que les ouvriers boulangers n'avaient jamais eu semblable pensée.Émile Pouget (1860-1931)
Ceux-ci, sans chef, attendent stupidement le feu qui va commencer ; ils ne font ni un mouvement en avant ni un mouvement en arrière.Auguste Frédéric Louis Viesse de Marmont (1774-1852)
D'où procédait cette susceptibilité stupidement portée sur des riens, et quel en était le but ?Honoré de Balzac (1799-1850)
Mais que peut-on attendre d'un législateur, ou aussi grossièrement trompeur, ou aussi stupidement trompé dès sa première ligne ?Alphonse de Lamartine (1790-1869)
Il avait perdu la tête sans raison, stupidement, emporté par ses terreurs, par les soupçons désordonnés qui l'envahissaient depuis quelque temps.Guy de Maupassant (1850-1893)
Pourtant, il faisait tout ce qu'il pouvait pour me plaire, il s'acharnait à m'aimer stupidement.Octave Mirbeau (1848-1917)
Elle ne contenait, rien de vague ou de stupidement romanesque, elle transportait le jeune homme d'une joie saine et clairvoyante, pour ainsi dire.Hector Bernier (1886-1947)
Il ne se défendait plus ; il regardait stupidement ces femmes, à moitié vêtues, agitant leurs bras maigres devant le lit.Émile Zola (1840-1902)
Moi, je m'imagine qu'une belle fleur ne végète pas stupidement, sans éprouver des sensations délicieuses.George Sand (1804-1876)
J'avais interrompu mon ouvrage, et, ne sachant plus que faire, j'écoutais stupidement cette musique sauvage, quand, tout à coup, un autre bruit se fait entendre derrière moi.Adrien Bourgogne (1785-1867)
Et une femme qui n'apportera pas de fortune à votre fils, mais l'empêchera de dissiper stupidement la vôtre, sera, à coup sûr, un parti très avantageux.Georges Ohnet (1848-1918)
Ils ont recommencé leur vacarme, alentour des tilleuls et des marronniers, les hannetons médiocrement harmonieux, stupidement sonores, mêlant aux délices de l'air du soir, d'inutiles et bruyantes bouffées de musique.Armand Silvestre (1837-1901)
C'est chez tous, hommes, femmes et enfants, un gaudissement bestial, une réplétion muette, stupidement extatique.Edmond de Goncourt (1822-1896) et Jules de Goncourt (1830-1870)
Je hâtai le pas, inquiet d'être seul dans ce bois, apeuré sans raison, stupidement, par la profonde solitude.Guy de Maupassant (1850-1893)
Afficher toutRéduire
Le Top 10 des mots les plus étonnants Top 10 des mots des politiques Top 10 des mots des politiques

Travailleur, dégagisme, abracadabrantesque... Choisis délibérément, employés à l'improviste ou totalement inventés, certains mots marquent durablement le discours des femmes et des hommes politiques français. Qu'ils soient surprenants, brutaux, décalés, peu connus ou utilisés mal à propos, ils ont tous pour point commun d'être largement repris dans les médias et commentés à l'infini. De la chienlit du général de Gaulle au perlimpinpin d'Emmanuel Macron, voici dix mots qui prouvent que le lexique des politiques n'en finit pas de nous étonner.

Édouard Trouillez 10/06/2020