supplice

 

définitions

supplice ​​​ nom masculin

Peine corporelle grave, très douloureuse, mortelle ou non, infligée par la justice à un condamné (➙ torture). Le supplice de la croix, de la roue.
locution Le supplice de Tantale : situation où l'on est proche de l'objet de ses désirs, sans pouvoir l'atteindre.
Souffrance très vive (physique ou morale). ➙ calvaire, martyre. —  Être au supplice : souffrir beaucoup ; être dans une situation très pénible (→ être à la torture). —  L'attente le mettait au supplice.
 

synonymes

 

exemples

Ces exemples proviennent de sources externes non révisées par Le Robert. N'hésitez pas à nous signaler tout contenu inapproprié. En savoir plus.
Pour prix de tant de tourments, je ne sais quel jour je me reposerai, ni par quelle issue j'échapperai à mon supplice.Dorothée de Dino (1793-1862)
Cependant le supplice des républicains fut moins long et moins cruel que ne l'avait espéré leur bourreau.Alexandre Dumas (père) (1802-1870)
Brisé de fatigue, car les insomnies qui précèdent le jour du supplice sont bien affreuses, je m'endormis...Eugène Sue (1804-1857)
Cependant, comme la première était vindicative, cruelle, concentrée et vaniteuse, il espérait qu'elle attendrait le retour des guerriers pour la traîner au supplice.Henri-Émile Chevalier (1828-1879)
À mesure que se développe la télédétection, il est à espérer que celle-ci aidera a réduire la bureaucratie, qui est un supplice continuel pour les agriculteurs.Europarl
Comme il n'y avait aucun témoin de cette malheureuse affaire, il fut mis à la question et supporta ce supplice sans jamais rien avouer.Louise Fusil (1771?-1848)
Il m'a enlevé mon amante, et pour mieux faire mon supplice, il m'en donne une autre que je ne puis écouter.Jean-Paul Marat (1743-1793)
Certes, ce marché ne s'effondre pas, car il peut au fond continuer à marcher sur trois pattes, mais c'est un supplice.Europarl
Vous ne regretterez pas votre résolution, vous ne m'infligerez pas le supplice de vos malédictions et de vos larmes ?Fedor Dostoïevski (1821-1881), traduction Victor Derély (1840-1890)
Ceux-ci quittent le groupe où ils se tenaient, embrassent leurs compagnons, échangent avec ceux qu'ils aiment de tendres adieux, et en route pour le supplice.Ernest Daudet (1837-1921)
La société de cet oiseau, qui pouvait être instructive et agréable pendant dix minutes, devenait un supplice véritable quand elle se prolongeait.Henry Murger (1822-1861)
Car il n'en faut pas douter, l'instant qui lui dévoilerait à quel supplice la nature m'a condamné, changerait tous ses sentiments pour moi.Sophie Gay (1776-1852)
Je serais au supplice, en ce moment surtout, s'il m'arrivait d'être obligé d'abandonner la mienne.Hector Berlioz (1803-1869)
Enfin, mon supplice touchait à son terme, quand un nouvel incident vint troubler mon imagination d'une nouvelle terreur.Ida Saint-Elme (1776-1845)
Il sentait effectivement que son bonheur serait un supplice, mais les supplices ont leurs voluptés.Victor Cherbuliez (1829-1899)
Quand l'illusion qui nous a séduit, ne sert plus qu'à notre supplice, le plus court est de la détruire.Marquis de Sade (1740-1814)
Ce fut un supplice que de passer deux grandes heures encore, dans ce pays si lourd à leurs épaules.Émile Zola (1840-1902)
Mais, lorsque malgré tant de maux, il vous reste encore du bien à faire, traînerez-vous du cachot au supplice cette intéressante victime ?Alphonse de Lamartine (1790-1869)
Dans les deux cas cette vie est un supplice ; il n'y faut pas chercher autre chose que la douleur.Alphonse de Lamartine (1790-1869)
Il n'y avait pas à en douter, on infligeait un supplice quelconque à un ou plusieurs individus.Alexandre Dumas (père) (1802-1870)
Afficher toutRéduire
 

définition ancienne (17e siècle)

Ces définitions sont issues du Dictionnaire universel de Furetière, publié en 1690. Il convient de les replacer dans le contexte historique et sociétal dans lequel elles ont été rédigées. En savoir plus.

Définition de « SUPPLICE » s. m.

Peine corporelle qu'on souffre par ordonnance de Justice. Les Tyrans ont fait endurer aux Martyrs les plus cruels supplices. Les gesnes & les tortures sont des especes de supplices. Ce Docteur a assisté un tel criminel, quand on l'a mené au supplice.
 
SUPPLICE, se dit hyperboliquement de toute autre peine ou douleur qu'on souffre dans la vie. Le plus grand supplice des meschans est le remords de leur conscience. Les amants se plaignent qu'ils endurent de rigoureux supplices. Moliere en ses Comedies demande,
 
Des souliers où ses pieds ne soient point au supplice.
 
Cet homme est si importun, que c'est un supplice de l'entendre.
Les mots du bitume Grailler Grailler

v. 1. Manger. 2. Dans la locution « ça graille » : c’est super, ça déchire.

Dérivés : graille, graillance.

Aurore Vincenti 11/05/2020