tirade

 

définitions

tirade ​​​ nom féminin

Long développement récité sans interruption par un personnage de théâtre. La tirade du nez, dans le « Cyrano » de Rostand. —  souvent péjoratif Longue phrase emphatique. ➙ discours ; familier laïus.
 

synonymes

tirade nom féminin

[Théâtre] monologue, morceau de bravoure, réplique

discours, couplet, développement, laïus (familier), tartine (familier)

 

exemples

Ces exemples proviennent de sources externes non révisées par Le Robert. N'hésitez pas à nous signaler tout contenu inapproprié. En savoir plus.
Milady avait écouté toute cette menaçante tirade, le sourire du dédain sur les lèvres, mais la rage dans le cœur.Alexandre Dumas (père) (1802-1870)
Il fallait qu'un choc d'épée ou la déclamation d'une tirade vertueuse ramenât l'attention sur la scène.Émile Zola (1840-1902)
Il attend tout de la vertu (grande tirade sur la vertu), celle des princes et des privilégiés.Jules Michelet (1798-1874)
Si je n'avais voulu le laisser se découvrir tout à fait, je lui aurais brisé la mâchoire d'un coup de poing dès la première tirade.Comtesse de Ségur (1799-1874)
Si le vice triomphe, il faut au moins au public quelque cri qui le soulage, et, si ce cri est une tirade, le public exultera.Jules Lemaître (1853-1914)
Toute cette belle tirade s'était éteinte dans le brouhaha croissant ; il y avait longtemps que le capitaine ne l'écoutait plus.Noémie Dondel Du Faouëdic (1834-1915)
La sensation de livrer beaucoup de lui-même, en s'oubliant presque tout entier, ne l'a-t-il pas empoigné au cours de la tirade à son père ?Hector Bernier (1886-1947)
Les écrivains qui s'imaginent bien écrire parce qu'ils enlèvent une fin de tirade à l'aide de mots poétiques, sont dans la plus déplorable erreur.Émile Zola (1840-1902)
Que fera un acteur, récitant une tirade, et apercevant tout à coup un de ses créanciers dans la salle ?Alfred de Musset (1810-1857)
Le foyer paternel, quand vos mères vous berçaient sur leurs genoux... (etc..., grande tirade, je passe).Marcel Prévost (1862-1941)
Je me sentis bien malheureux d'avoir aussi mal débuté, et je me lançai à corps perdu dans une tirade sur le théâtre français.Oscar Wilde (1854-1900), traduction Albert Savine (1859-1927)
On peut applaudir une tirade contre la tyrannie, sans s'intéresser autrement au personnage qui la lance.Émile Zola (1840-1902)
Vite, une belle tirade sur le désert, et de grandes cascades de phrases sur la poésie des chartreuses, sur les extases des saints !George Sand (1804-1876)
Me voilà revenu à cette tirade de votre sœur contre les hommes ou plutôt contre moi.Denis Diderot (1713-1784)
Je murmurai quelques paroles de politesse, tout en maudissant intérieurement ma belle-mère et sa tirade.Henry Gréville (1842-1902)
La tirade qu'il déclama à ce propos cachait simplement une féroce envie de reprendre son ancienne vie d'atelier.Émile Zola (1840-1902)
Et, de fait, il avait débité cette tirade avec assez de véhémence et de rapide colère pour en être suffoqué, haletant, exaspère.Hector Bernier (1886-1947)
Milady avait écouté toute cette menaçante tirade le sourire du dédain sur les lèvres, mais la rage dans le cœur.Alexandre Dumas (père) (1802-1870)
On peut être sûr que l'auteur ne se privera pas d'une ficelle, d'une situation, d'une tirade.Émile Zola (1840-1902)
Louise avait prononcée cette tirade d'une voix forte, quoique étouffée, et avec une énergie fébrile.Wenceslas-Eugène Dick (1848-1919)
Afficher toutRéduire
 

définition ancienne (17e siècle)

Ces définitions sont issues du Dictionnaire universel de Furetière, publié en 1690. Il convient de les replacer dans le contexte historique et sociétal dans lequel elles ont été rédigées. En savoir plus.

Définition de « TIRADE » s. f.

Ce qui se fait d'une tire, d'une traitte, tout d'une suite. On le dit particulierement des beaux endroits de quelque composition. Il y a dans cette Tragedie de belles tirades de vingt ou de trente vers. Dans ce discours il y a une tirade d'eloquence qui dure trois pages ; le reste est mediocre.
Le dessous des mots Un homme sur deux est une femme Un homme sur deux est une femme

Au-delà de la formule destinée à faire sourire, force est de constater que la moitié des hommes sont des femmes. Cet énoncé est correct grammaticalement et fait pleinement sens, ce paradoxe apparent étant rendu possible par la polysémie du mot homme, qui désigne à la fois un individu de sexe masculin et un mammifère du genre Homo, membre de l’humanité. Des bricolages de fortune ont tenté de contourner cette regrettable polysémie. Des solutions empiriques, telles que la typographie, prétendent distinguer l’homme de l’Homme (de la même manière, et pour les mêmes raisons, que l’histoire du Petit Chaperon rouge et l’Histoire et ses sources). Disons-le tout net, ça ne fonctionne pas.

Marie-Hélène Drivaud 28/05/2020