Scroller

So British... ou pas !

À l’heure du Brexit, voilà que le Royaume-Uni plie bagage et s’en retourne à son insularité.

Mais dans ce départ soudain, quelques affaires ont été abandonnées en route par nos voisins et confiées à nos soins : je parle des nombreux mots anglais empruntés et utilisés couramment en français, que nous appelons anglicismes. L’emploi de ces termes en français suscite parfois quelques débats : ceux-ci seraient sûrement moins virulents si l’on se souvenait qu’au Moyen Âge, la dynamique était inverse, et qu’une grande partie du vocabulaire anglais provient lui-même du français… dont la plupart de ces dits anglicismes !

En 1066, le duc de Normandie, Guillaume, gagne son titre de « Conquérant » en s’emparant de la couronne d’Angleterre. Outre ses bannerets normands, il est accompagné dans sa campagne par de nombreux nobles et hommes d’armes du nord de la France parlant d’autres dialectes de langue d’oïl, dont l’ensemble constitue l’ancien français. La langue des conquérants s’impose alors en Angleterre, et, sous le nom d’anglo-normand, devient la langue majoritaire des élites, de la culture et de l’administration. Quoique le peuple continue à parler le vieil anglais, il adopte alors massivement le lexique venu de France : cette hybridation de la langue anglaise donne naissance au moyen anglais, à l’origine de l’anglais moderne. On estime ainsi qu’entre 40 et 60 % du vocabulaire anglais contemporain provient de l’ancien français ! Aussi, avant de crier à l’anglicisme, est-il toujours intéressant de remonter à la source de ces termes empruntés, qui est bien souvent le français.

Scroller

Nous inaugurons cette chronique avec le verbe scroller, qui a intégré Le Petit Robert en 2020. Déjà présent auparavant dans l’usage courant pour signifier « faire défiler verticalement le contenu d’un écran d’ordinateur », il s’est généralisé en français au sens de « faire défiler, parcourir », en référence à tout contenu multimédia : sur téléphone, tablette, etc.

De façon transparente, il s’agit d’un verbe du premier groupe en -er, formé sur le verbe anglais to scroll « dérouler, faire défiler ». Ce que l’on sait moins, c’est que le verbe to scroll remonte lui-même au français ! Outre-Manche, on le trouve d’abord en moyen anglais (XIe-XVe siècles) sous la forme scrowe, ou scrouwe, dont le sens est « rouleau ». Or, le mot se trouve être un emprunt à l’ancien français escroe « lambeau, bande de parchemin, rouleau », attesté depuis le XIIe siècle. Au Moyen Âge, on le trouvait aussi au sens de « registre » : cet emploi se continue dans ses descendants en français moderne, écrou et écrouer, qui signifie littéralement « inscrire à l’écrou », c’est-à-dire « au registre ». Aucun rapport, cependant, avec le terme de mécanique écrou, qui vient lui du latin scrofa « truie » (mais c’est une autre histoire).

Si le moyen anglais scrowe s’est finalement altéré en scrowle, puis scroll en anglais moderne, c’est sous l’influence d’un autre mot : l’anglais roll « rouleau », emprunté à l’ancien français role « rouleau de parchemin » : c’est l’origine du mot rôle. Le sens premier de ce dernier est donc « rouleau, texte que l’on déroule (pour le réciter) ». Toute la famille de rôle, rouleau, (dé)rouler remonte au latin rotula/rotulus « petite roue », diminutif de rota « roue ».

Ainsi, en scrollant une page web ou vos réseaux sociaux, c’est l’acte médiéval de dérouler un parchemin que vous imitez… au moins étymologiquement !

Pour aller plus loin, on peut noter que l’ancien français escroe, ancêtre du verbe scroller, a une origine germanique : il remonte vraisemblablement au francique (langue des Francs) *skrōda « lambeau, morceau ». Ce terme a ainsi des parents dans les autres langues germaniques, comme l’anglais shred « lambeau », le néerlandais schroot « débris, ferraille », etc. Ces formes proviennent d’un verbe germanique signifiant « découper, déchirer ».
 

Recommandés pour vous

So British... ou pas !