abominablement

 

définitions

abominablement ​​​ adverbe

D'une manière abominable ; affreusement.
 

synonymes

 

exemples

Ces exemples proviennent de sources externes non révisées par Le Robert. N'hésitez pas à nous signaler tout contenu inapproprié. En savoir plus.
Allons, en avant, jeune homme ; et marche, et marche, et renverse abominablement sur ton passage, brise et détruis, l'autel et le prêtre, et le trône et le roi !Jules Janin (1804-1874)
Mon cher tailleur, vos habits vont abominablement ; ce pantalon est trop court, ce gilet trop long : l'un me grossit outre mesure, l'autre m'écrase la poitrine.Émile Gaboriau (1832-1873)
Élevé en « monsieur » plus encore que l'autre, et abominablement gâté, ce n'était pas par des qualités supérieures qu'il en imposait, mais par son dédain et son chic.Daniel Lesueur (1854-1921)
Quant aux raisons imaginées par l'architecte pour justifier cette précipitation, elles étaient en effet plausibles, et tirées de la situation particulière de l'ami dont il trahissait si abominablement la confiance.Émile Gaboriau (1832-1873)
Vous savez, j'en use abominablement avec lui, c'est-à-dire que je le compromets, et il me regarde alors avec de grands yeux.Fedor Dostoïevski (1821-1881), traduction Victor Derély (1840-1890)
D'autres, d'autres encore souffraient abominablement, semaient les sentiers herbus en si grand nombre, qu'il fallait prendre garde, pour ne pas les écraser au passage.Émile Zola (1840-1902)
Il me restait de ces nouvelles, mêlées de prose et de vers, l'idée d'un peuple abominablement féroce et plein de politesse.Anatole France (1844-1924)
Cela tenait non point à ma modestie (car je viens de découvrir, grâce à vous, que j'en manque beaucoup), mais aux éloges reçus, toujours ou grossièrement boursouflés ou abominablement stupides.George Sand (1804-1876)
Ajoutons enfin qu'au bout d'une demi-heure, les enfants et le sergot, si abominablement secoués par l'incompréhensible commotion, étaient tout à fait revenus à leur état normal.Jules Lermina (1839-1915)
L'actrice était encore dans sa belle robe abominablement tachée et de laquelle elle allait faire une relique.Honoré de Balzac (1799-1850)
Et les années qu'il avait vécues, si abominablement lentes, il les trouva courtes, en se retournant vers le passé.Paul Margueritte (1860-1918)
Le pouf circulaire, placé au centre, et d'où jaillissait une gerbe de plantes vertes, n'était occupé que par trois dames, trois monstres, abominablement mises, installées pour une journée de médisances.Émile Zola (1840-1902)
Les vers, par moment, sont abominablement plats, alourdis de périphrases, d'une banalité de mauvaise prose ; là est l'apport classique.Émile Zola (1840-1902)
De tout le voyage, elle n'avait pas encore dit un mot, les lèvres murées, souffrant abominablement.Émile Zola (1840-1902)
Je suis forcée de l'expliquer d'une façon excessivement peu poétique ; j'avais abominablement le mal de mer.Louise-Eléonore-Charlotte-Adélaide d'Osmond Boigne (1781-1866)
C'est-à-dire que, depuis une heure, il le bafouait et l'outrageait ; il se jouait abominablement de sa simplicité.Émile Gaboriau (1832-1873)
Tout le monde l'aimait et on l'aurait abominablement gâtée si ma mère ne l'eût empêché.Guy de Maupassant (1850-1893)
Il se retrouva sur le chemin, dégrisé, seul, abominablement lassé, implorant une fin que la lâcheté de sa chair l'empêchait d'atteindre.Joris-Karl Huysmans (1848-1907)
Il reproche d'abord à son correspondant de griser abominablement les saints et de leur faire dire ensuite les mille et une horreurs.Auguste Angellier (1848-1911)
Alors, la guerre éclatait, mauvaise, et les degrés mortels de l'enfer étaient les uns après les autres abominablement franchis.Louis Dumure (1860-1933)
Afficher toutRéduire
 

définition ancienne (17e siècle)

Ces définitions sont issues du Dictionnaire universel de Furetière, publié en 1690. Il convient de les replacer dans le contexte historique et sociétal dans lequel elles ont été rédigées. En savoir plus.

Définition de « ABOMINABLEMENT » adv.

Execrablement, horriblement. Il en a usé avec luy abominablement : il luy estoit obligé de la vie, & il l'a voulu assassiner.
Les mots du bitume Daron Daron

n. m. : père. Dérivé : n. f. daronne

Aurore Vincenti 15/04/2020