apostrophe

 

définitions

apostrophe ​​​ nom féminin

Figure de rhétorique par laquelle un orateur interpelle tout à coup une personne ou une chose personnifiée.
Interpellation brusque, sans politesse (➙ apostropher).
Grammaire Mot (mis) en apostrophe, en apposition et qui interpelle (ex. Jean dans Jean, tais-toi !).
Signe (') qui marque l'élision d'une voyelle.
 

synonymes

apostrophe nom féminin

appel, interpellation

 

exemples

Ces exemples proviennent de sources externes non révisées par Le Robert. N'hésitez pas à nous signaler tout contenu inapproprié. En savoir plus.
Cette brusque apostrophe à des subalternes qu'un lord ne doit pas même apercevoir, mit le comble aux joies.Victor Hugo (1802-1885)
Celle-ci n'est qu'une apostrophe involontaire et patriotique d'un homme de bien et de plaisir, qui voit son pays se lancer dans de nouvelles guerres civiles.Alphonse de Lamartine (1790-1869)
A cette dernière apostrophe, le roi, d'une violente saccade, fit reculer son cheval ; puis il s'affaissa sur lui-même, secoué d'un tremblement mortel.Michel Zévaco (1860-1918)
Franklin n'éprouva aucun trouble en entendant cette soudaine apostrophe et en voyant tous les yeux dans l'assemblée dirigés sur lui.François-Auguste Mignet (1796-1884)
Ces deux plaidoyers, où l'épigramme alternait avec l'apostrophe et l'apostrophe avec l'invective, furent des morceaux de haut goût, dont se reput la malignité publique.Victor Cherbuliez (1829-1899)
Celle-ci reçut le coup en pleine poitrine, et, un instant, en fut suffoquée ; mais elle n'était pas femme à laisser sans réponse une pareille apostrophe.Alexandre Dumas (père) (1802-1870)
Un bruyant éclat de rire suivit cette furieuse apostrophe, et il se passa quelques minutes avant que le trappeur se calmât assez pour reprendre sa narration.Mayne Reid (1818-1883), traduction Allyre Bureau (1810-1859)
L'apostrophe est un peu violente, ou l'impression un peu forte ; mais nous passâmes dans cette étrange demeure deux journées avec tant de chagrin, qu'elle en est quitte à bon marché.Louis-Balthazar Néel (1695-1754)
Le soir, dans le salon de service, il fut question de cette apostrophe du maréchal.Louis Constant Wairy (1778-1845)
Cette apostrophe, les conseils que cette femme réclamait d'elle, réveillaient la princesse de son doux rêve.Edmond de Goncourt (1822-1896) et Jules de Goncourt (1830-1870)
Plus le récit a été merveilleux ou intéressant, plus l'apostrophe à l'auditoire est ronflante ou dédaigneuse.Édouard Corbière (1793-1875)
Moi, désormais, je gardais le silence, regrettant déjà mon apostrophe imprudente qui allait mettre obstacle peut-être à l'explication ardemment souhaitée.Paul Féval (1816-1887)
Mille fois j'ai adressé cette apostrophe aux fils disparus des hommes, mais pas un seul n'a jugé convenable de répondre à la question.Auguste Angellier (1848-1911)
La discussion se continua sur ce ton et se termina par cette apostrophe un peu méritée, mais assez dure de l'impétueux candidat.Léonce de Larmandie (1851-1921)
Hemans est poète aussi, – mais trop guindée et trop amie de l'apostrophe, – et dans un genre tout à-fait mauvais.George Gordon Byron (1788-1824), traduction Paulin Paris (1800-1881)
De là, des hachures de style, l'abus de l'apostrophe, les phrases sans verbe, le style monosyllabique et sibyllin des grands passages.Émile Hennequin (1858-1888)
Il avait l'apostrophe aux lèvres contre ce locataire qui le réveillait en plein premier somme.Eugène Chavette (1827-1902)
Je redoutai une apostrophe, au moins une grimace, et ce que je redoutai surtout, quand il se souleva, ce fut de le perdre.Octave Mirbeau (1848-1917)
Je m'attendris encore en copiant l'apostrophe qui termine mon écrit : c'est, j'en conviens, une folle dépense de larmes.François-René de Chateaubriand (1768-1848)
Cette étrange apathie à laisser faire et à souffrir, leur avait attiré d'un journaliste français l'apostrophe suivante qui ne manque pas d'éloquence et qu'ils ne lui pardonnèrent jamais.Eugène Viollet-le-Duc (1814-1879)
Afficher toutRéduire
 

définition ancienne (17e siècle)

Ces définitions sont issues du Dictionnaire universel de Furetière, publié en 1690. Il convient de les replacer dans le contexte historique et sociétal dans lequel elles ont été rédigées. En savoir plus.

Définition de « APOSTROPHE » subst. fem.

Terme de Grammaire. C'est une virgule qu'on met au dessus d'une lettre au lieu de quelque voyelle, pour monstrer qu'il ne la faut pas prononcer ; ce qui arrive particulierement à l'e feminin en nôtre Langue : comme, Ainsi qu'on dit, au lieu de, Ainsi que on dit ; & au mot si, S'il est vray. Ce mot vient du Grec apostrophi, aversio.
 
APOSTROPHE, est aussi une figure de Rethorique, par laquelle l'Orateur adresse sa parole à ses auditeurs, ou à sa partie même, à d'illustres morts, & encore à des choses inanimées, comme à des tombeaux, & autres monuments.
Les mots du bitume Ambiancer Ambiancer

v. transitif / pronominal : 1. Mettre de l’animation, séduire, chauffer 2. Se disposer à faire la fête.

Aurore Vincenti 17/02/2020