bouillir

 

définitions

bouillir ​​​ verbe intransitif

(liquides) S'agiter en formant des bulles, par ébullition. L'eau bout à 100 degrés. Faire bouillir du lait. —  au participe passé Eau bouillie.
Cuire dans un liquide qui bout (de la viande, des légumes…). —  au participe passé Bœuf bouilli. ➙ bouilli.
Faire bouillir, stériliser ou nettoyer dans l'eau qui bout.
au figuré (personnes) Bouillir de colère, d'impatience, être emporté par la colère, l'impatience. —  sans complément S'impatienter, s'emporter. Ça me fait bouillir.
transitif (sujet : personne), familier Faire bouillir. Bouillir le linge.
 

conjugaison

actif

indicatif

présent

je bous

tu bous

il bout / elle bout

nous bouillons

vous bouillez

ils bouillent / elles bouillent

imparfait

je bouillais

tu bouillais

il bouillait / elle bouillait

nous bouillions

vous bouilliez

ils bouillaient / elles bouillaient

passé simple

je bouillis

tu bouillis

il bouillit / elle bouillit

nous bouillîmes

vous bouillîtes

ils bouillirent / elles bouillirent

futur simple

je bouillirai

tu bouilliras

il bouillira / elle bouillira

nous bouillirons

vous bouillirez

ils bouilliront / elles bouilliront

 

synonymes

bouillir verbe intransitif

bouillonner, bouillotter, frémir, frissonner

s'impatienter, s'énerver, [d'impatience, etc.] bouillonner, brûler, piaffer

 

exemples

Ces exemples proviennent de sources externes non révisées par Le Robert. N'hésitez pas à nous signaler tout contenu inapproprié. En savoir plus.
Et l'on voit bouillir le liquide jaune qui coule, on voit fleurir d'étranges cristaux, mousser des acides éclatants et bizarres au bord des lèvres rouges des foyers.Guy de Maupassant (1850-1893)
Aussi-tôt l'éther commence à bouillir avec une étonnante rapidité, il se vaporise & se transforme en un fluide élastique aériforme, qui occupe tout le récipient.Antoine Lavoisier (1743-1794)
Il faut les faire bouillir, boire un gobelet de la décoction et appliquer le résidu en manière de cataplasme tous les deux jours.Henri-Émile Chevalier (1828-1879)
Si le tary frais est jeté dans une poêle pour y bouillir avec un peu de chaux vive, il s'épaissit en consistance de miel.Jean-François de La Harpe (1739-1803)
Mais nous devons tout de même «laisser bouillir la marmite» ; dans ce combat, nous n'avons pas le droit de baisser les bras.Europarl
Nous fûmes obligés d'aller chercher les paisseaux dans les vignes pour nous chauffer et faire bouillir nos marmites.Jean-Roch Coignet (1776-1865)
Prenez, dit-il, noix de galle encore vertes, faites-les bouillir dans du vin avec quelques clous de girofle, trempez-y un linge et appliquez.Mercier de Compiègne (1763-1800)
J'aurais désiré les faire bouillir pour avoir du consommé, mais je n'avais point de pot.Daniel Defoe (1661-1731), traduction Petrus Borel (1809-1859)
Elle-même réfléchissait sans cesse au moyen de les rôtir, de les farcir ou de les bouillir ; ce qui était bien propre à inspirer une certaine terreur à des volailles intelligentes.Harriet Beecher Stowe (1811-1896), traduction Louis Énault (1824-1900)
Puis, il s'agit d'allumer le feu, de faire bouillir de l'eau ; jamais de la vie elle ne s'était occupée de tout cela, elle ne savait par quel bout s'y prendre.Louise d'Alq (1840-1910)
Quelques-uns le versent ainsi à froid, sans aucune préparation ; d'autres recueillent la crême, dont ils se servent uniquement ; enfin, il en est qui le font bouillir.Joseph Audibert (1854-1921)
Il suffit de la faire bouillir un quart d'heure et de l'écumer ; on verse alors cette solution de gomme dans un tonneau.Jean-Sébastien-Eugène Julia de Fontenelle (1780-1842)
On y parvient aussi en les faisant bouillir, l'eau étant plus volatile se vaporise la première ; il en est de même pour la distillation.Jean-Sébastien-Eugène Julia de Fontenelle (1780-1842)
La fièvre qui le brûlait faisait bouillir son âme dans son corps comme de l'eau dans un vase.Alexandre Dumas (père) (1802-1870)
Dans le café on avait fait bouillir du clou de girofle, de la cannelle et du safran.Guillaume Apollinaire (1880-1918)
Même cette guenon et ces singes qui font bouillir la marmite de la sorcière, avec leurs cris rauques et leur imagination détraquée, valent la peine que l'art les ranime.Hippolyte Taine (1828-1893)
Il a fait bouillir des méduses pour tremper la soupe dans leur jus et met du goémon en salade.Marc Elder (1884-1933)
Elle en remontre à sa cuisinière dans l'art de bouillir le pot au feu, et au domestique dans celui d'épousseter les meubles.Georges Eekhoud (1854-1927)
Alors, comme leur salle devait aussi servir de cuisine, elle fit bouillir la viande, dressa la table, se plaça derrière et servit les trois convives.Alfred Tennyson (1809-1892), traduction Francisque Michel (1809-1887)
Elles l'appellent à chaque instant en faisant bouillir l'eau, en portant le marc, en remplissant les demi-tasses !Jules Vallès (1832-1885)
Afficher toutRéduire
 

définition ancienne (17e siècle)

Ces définitions sont issues du Dictionnaire universel de Furetière, publié en 1690. Il convient de les replacer dans le contexte historique et sociétal dans lequel elles ont été rédigées. En savoir plus.

Définition de « BOUILLIR » v. neut.

Se rarefier, soit par la chaleur naturelle de la fermentation, soit par un feu actuel qu'on applique au dessous de quelque liqueur. Le vin, le cidre bouillent dans les tonneaux en se fermentant. la chaux vive bout quand on l'arrose d'eau. l'eau bout quand on applique du feu auprés. il y a des lacs qui bouillent quand il doit arriver quelque orage. Ce mot vient du Latin bullire.
 
BOUILLIR, se dit du vaisseau dans lequel est la liqueur qui bout, & des autres choses qu'on y met dedans pour les cuire, ou pour les espaissir. La marmite bout. on fait bouillir la viande pour faire de la souppe. on fait bouillir du miel, du sucre, du sirop, pour luy donner une consistance plus espaisse.
 
On dit figurément des gens courageux & ardents, que le sang leur bout dans les veines ; de ceux qui sont exposez à la grande ardeur du soleil, que la teste, que la cervelle leur bout ; & encore de celuy qui est agité de quelque violente passion d'amour, de colere, & sur tout d'impatience, on dit qu'il bout de rage, de vengeance, & absolument, qu'il bout.
 
On dit proverbialement, Il me semble qu'on me bout du lait, pour dire, On me donne de vains amusements qui ne me satisfont pas. L'origine de ce proverbe est obscene. On dit qu'un homme n'est bon ni à rostir, ni à bouillir, pour dire, qu'il n'est propre à rien, que c'est un homme inutile. On dit aussi d'un profit qui vient journellement, que cela fait bouillir la marmite.
Vidéos La redingote, par Karim Duval La redingote, par Karim Duval

Découvrez une mini-série exclusive pour Le Robert, par l'humoriste Karim Duval.

05/03/2020