boulevard

 

définitions

boulevard ​​​ nom masculin

anciennement Rempart. —  au figuré, vieux Défense.
moderne Rue très large, généralement plantée d'arbres. —  Les grands boulevards, à Paris (entre la Madeleine et la Bastille).
Théâtre, pièce de boulevard, d'un comique léger, traditionnel. —  Le boulevard, ce genre de théâtre.
 

synonymes

boulevard nom masculin

avenue, artère, cours, mail

 

exemples

Ces exemples proviennent de sources externes non révisées par Le Robert. N'hésitez pas à nous signaler tout contenu inapproprié. En savoir plus.
Là, solitaire et les mains dans ses poches, il se permettait d'abandonner l'air gaillard et sûr de soi, uniforme du boulevard.Maurice Barrès (1862-1923)
L'esprit rassis, il s'étonnait, en arpentant le boulevard, d'avoir été remué ainsi, alors qu'il se sentait maintenant, si indifférent.Paul Margueritte (1860-1918)
M..., se promenaient sur le boulevard, le soir d'une première représentation qui leur inspirait des inquiétudes que le public ne devait pas réaliser.Henry Murger (1822-1861)
Elle s'était contentée jusque-là de l'apercevoir à son passage sur le boulevard sans même chercher à le rencontrer.Victor Hugo (1802-1885)
Puis, comme si elle allongeait son attente, elle faisait un tour plus long, et, allant toujours plus loin, finissait par toucher aux deux bouts du boulevard.Edmond de Goncourt (1822-1896) et Jules de Goncourt (1830-1870)
Il était cinq heures, le soleil se couchait dans un ciel d'une pureté tendre, dorant au loin les enseignes hautes du boulevard.Émile Zola (1840-1902)
Le bruit diminuait sur le boulevard ; mais elle l'entendait au contraire qui grandissait, et toutes ces roues, par instants, semblaient lui tourner dans la tête.Émile Zola (1840-1902)
Et il passe une revue générale, en citant les noms, de la situation financière des commerçants du boulevard.Edmond de Goncourt (1822-1896) et Jules de Goncourt (1830-1870)
Il devint l'habitué de ces estaminets du boulevard, où des filles plâtrées sourient aux passants.Émile Gaboriau (1832-1873)
Ils marchèrent longtemps sans se rien dire, puis ayant atteint un boulevard ils s'assirent sur un banc.Élise de Pressensé (1826-1901)
Les quatre autres remontèrent ensemble jusqu'au boulevard extérieur, presque sans échanger un mot, l'air étourdi d'être depuis si longtemps ensemble.Émile Zola (1840-1902)
Ce soir, quelques centaines d'étudiants, suivis de quelques blouses, ont passé trois fois sur mon boulevard, en chantant... faux comme toujours.George Sand (1804-1876)
Dans tout autre lieu, il lui aurait dit sans hésiter qu'il avait soupé le mercredi avec une dame, rencontrée sur le boulevard.Émile Zola (1840-1902)
Après dîner sur le boulevard, faisant cent un tours, nous avons avec lui une de ces communions de causerie, qui sont les plus douces heures des hommes de pensée.Edmond de Goncourt (1822-1896) et Jules de Goncourt (1830-1870)
Mais je viens de rencontrer sur le boulevard un célèbre votant que je ne veux pas vous nommer, et dont la figure enjouée m'a causé un certain effroi.Sophie Gay (1776-1852)
Quand il en rencontre un de sa connaissance sur le boulevard, il l'emmène volontiers dîner, et choisit dans le restaurant la place où il sera le mieux en vue.Henry Murger (1822-1861)
Occupé à peu près entièrement, et la meilleure partie, celle qui donnait sur le boulevard, par une foule compacte !René Boylesve (1867-1926)
En même temps qu'il faisait cette réponse, l'oncle avait machinalement regardé, par la fenêtre, le trottoir du boulevard où se croisaient les nombreux passants.Eugène Chavette (1827-1902)
Puis une revue de toutes les troupes sur le boulevard ; on dit qu'il y avait cent cinquante mille hommes.George Sand (1804-1876)
Force était de changer l'itinéraire, et le plus simple était de tourner par le boulevard.Victor Hugo (1802-1885)
Afficher toutRéduire
 

définition ancienne (17e siècle)

Ces définitions sont issues du Dictionnaire universel de Furetière, publié en 1690. Il convient de les replacer dans le contexte historique et sociétal dans lequel elles ont été rédigées. En savoir plus.

Définition de « BOULEVART » s. m.

Gros bastion. On ne se sert plus de ce mot en termes de guerre. On dit encore à Paris, Aller sur le boulevart de la porte St. Anthoine, qui est un des plus gros bastions de France. Nicod derive ce mot de boule, & waer Flamand, ou du Picard ward, qui signifie garder, comme qui diroit, deffense contre les boulets. Turnebe croit qu'il vient de boules vertes. D'autres le derivent de l'Itahen baloardo, ou de l'Espagnol balvarte, qu'on a dit aussi dans la basse Latinité. Mais Menage croit qu'il vient de l'Allemand bolwerk, qui signifie ouvrage de poutres, bol signifiant poutre, & werk, ouvrage : ce qu'il a dit aprés Hotman. Du Cange le derive de burgwart, quod burgum servat & tuetur
 
BOULEVART, se dit par extension des places fortes qui couvrent tout un pays, & qui en deffendent l'entrée aux ennemis. Rhodes étoit autrefois le boulevart de la Chrêtienté.
Les mots du bitume Scred Scred

adj. : discret

Aurore Vincenti 10/06/2020