Email catcher

confesser

Définition

Définition de confesser ​​​ verbe transitif

Déclarer (ses péchés) à un prêtre catholique, dans le sacrement de la pénitence. pronominal Se confesser à un prêtre.
Déclarer spontanément, reconnaître pour vrai (qqch. qu'on a honte ou réticence à confier). ➙ avouer, reconnaître. Confesser son erreur, ses torts.
littéraire Proclamer (sa croyance).
Entendre (qqn) en confession. Le prêtre qui le confesse.
Faire parler. On a eu du mal à le confesser.

Conjugaison

Conjugaison du verbe confesser

actif

indicatif
présent

je confesse

tu confesses

il confesse / elle confesse

nous confessons

vous confessez

ils confessent / elles confessent

imparfait

je confessais

tu confessais

il confessait / elle confessait

nous confessions

vous confessiez

ils confessaient / elles confessaient

passé simple

je confessai

tu confessas

il confessa / elle confessa

nous confessâmes

vous confessâtes

ils confessèrent / elles confessèrent

futur simple

je confesserai

tu confesseras

il confessera / elle confessera

nous confesserons

vous confesserez

ils confesseront / elles confesseront

Synonymes

Synonymes de confesser verbe transitif

avouer, admettre, convenir de, faire l'aveu de, reconnaître

confier, déclarer

Exemples

Phrases avec le mot confesser

S'il eût d'abord songé à ne rien confesser, sans doute il en fût resté là, pour cette nuit du moins.Edmond Haraucourt (1856-1941)
Je me dois de vous confesser que je ne suis pas tout à fait partisan des codes établis sur une base volontaire.Europarl
Bien donc, de ce qu'on n'a point fait, ni eu envie de faire, s'en faut-il confesser ?François Béroalde de Verville (1556-1626)
Il y a incohérence à se confesser là où il ne devrait pas y avoir pénitence.Revue philosophique, 2012, Patrick Thierry (Cairn.info)
Moi, je t'absoudrai quand tu viendras te confesser.Guillaume Apollinaire (1880-1918)
Je dois cependant confesser aux députés que les instruments juridiques permettant d'intervenir sur ce type de navires sont inadaptés.Europarl
Pierre, après avoir hésité un moment, dut confesser la vérité.Émile Zola (1840-1902)
Certains vont jusqu'à soutenir qu'il faut recevoir la communion de manière mécanique, confesser au prêtre des choses indifférentes, etc.Critique, 2007, Jean-Pierre Cavaillé (Cairn.info)
Ce mal-là est certes important, et essentiel à confesser, à reconnaître.Che vuoi ?, 2007 (Cairn.info)
Nous sommes ici pour raconter et non pas pour nous confesser.Louis Ulbach (1822-1889)
Son fils venait de lui confesser avoir frappé la jeune fille et lui avait dit qu'elle était tombée dans le fleuve.Ouest-France, 10/03/2021
Elle eut le temps de se confesser et ne mourut que deux heures après.Jules Lemaître (1853-1914)
Ils sont sous-tendus par ce qu'il appelle des sentiments naturels : en l'occurrence ici, l'aptitude à confesser ses transgressions et à chercher la réconciliation.Cahiers philosophiques, 2010, Hubert Vincent (Cairn.info)
On peut bien le confesser : le coin est tristoune pour un jeune prêtre.Ouest-France, Eric de GRANDMAISON, 23/12/2020
Il tâcha de la confesser à son tour.Émile Zola (1840-1902)
J'eus honte de lui confesser combien j'avais été sot.George Sand (1804-1876)
Le médecin a cru devoir la faire confesser.Claude-François de Méneval (1778-1850)
Pouvait-il répondre franchement et confesser toute la vérité à sa femme ?Hector Malot (1830-1907)
Si j'ai cette audace, je n'irai pas la confesser à... mon mari ?...Pierre de Lano (1859-1904)
Les personnes divorcées remariées civilement n'ont pas le droit de se confesser (sacrement de réconciliation) ni de communier (sacrement de l'eucharistie).Ouest-France, François VERCELLETTO, 04/10/2015
Afficher toutRéduire
Ces exemples proviennent de sites partenaires externes. Ils sont sélectionnés automatiquement et ne font pas l’objet d’une relecture par les équipes du Robert. En savoir plus.

Dictionnaire universel de Furetière (1690)

Définition ancienne de CONFESSER v. act.

Publier, soustenir l'Evangile la premiere des veritez. Les Saints ont confessé, publié la Foy en presence des Tyrans, malgré leurs menaces & les supplices.
 
CONFESSER, signifie aussi, Reconnoistre une verité particuliere. Les promesses & quittances commencent ainsi, Je soubsigné reconnois & confesse avoir receu, devoir, ou promets payer à un tel, &c. il a été assigné pour confesser ou nier son escrit. un brave se confesse vaincu, quand il demande la vie. ce complice a tout confessé pour éviter la question. On dit qu'un homme confesse la dette, quand il connoist qu'il a tort.
 
CONFESSER, se prend quelquefois absolument, pour Faire un simple adveu. Confessez ingenuement, advoüez que vous aviez tort, que vous luy avez de tres grandes obligations. On dit, qu'un homme s'est confessé au renard, quand il a fait confidence d'une affaire à un homme qui avoit interest de l'empêcher.
 
CONFESSER, signifie aussi, Entendre l'humble declaration des pechez de quelque penitent. Il n'y a que les Prelats & les Curez qui puissent confesser, ou ceux qui en ont d'eux la permission, ou du Pape.
 
SE CONFESSER, signifie, Declarer à un Prestre ses pechez, à dessein d'en recevoir l'absolution dans le Sacrement de Penitence. Il faut se confesser premierement à Dieu, & en même temps au Prestre. C'est un des commandements de l'Eglise de se confesser à Pasques. On dit en ce sens, qu'un peché confessé est à demi pardonné.
 
CONFESSÉ, ÉE. part. & adj. On dit au Palais, que des faits sont tenus pour confessez & averez, lors qu'un homme a refusé de respondre sur des faits & articles qu'on luy a fait signifier pour le faire interroger, & qu'il a été suffisamment contumace. Ces jugements ne sont pourtant la plus-part du temps que comminatoires.
 
On dit aussi dans les Bulles Apostoliques, qu'elles accordent indulgence à tous Fidelles devotement confez & communiez, &c. pour dire, confessez & communiez.
 
A CONFESSE. Adverbial qui signifie, Confession ; & se met sans regime. Il est revenu de confesse. il est allé à confesse.
Ces définitions du XVIIe siècle, qui montrent l'évolution de la langue et de l'orthographe françaises au cours des siècles, doivent être replacées dans le contexte historique et sociétal dans lequel elles ont été rédigées. Elles ne reflètent pas l’opinion du Robert ni de ses équipes. En savoir plus.
Le dessous des mots Le dragon, un monstre cracheur... de mots ! Le dragon, un monstre cracheur... de mots !

Omniprésent depuis l’Antiquité dans les mythes et les épopées, le dragon est sans doute l’animal fantastique qui fascine le plus. Monstre terrifiant...

Marjorie Jean 07/02/2024
sondage de la semaine