consolation

 

définitions

consolation ​​​ nom féminin

Soulagement apporté à la douleur, à la peine de qqn. ➙ réconfort. Paroles de consolation. C'est une consolation de savoir que… —  Prix, lot de consolation. —  (personnes) Sa fille est sa seule consolation.
 

synonymes

 

exemples

Ces exemples proviennent de sources externes non révisées par Le Robert. N'hésitez pas à nous signaler tout contenu inapproprié. En savoir plus.
J'ai trouvé ici vingt-quatre femmes et enfans turcs, qui ont long-tems gémi dans la misère, loin de toute espèce de secours et de consolation.George Gordon Byron (1788-1824), traduction Paulin Paris (1800-1881)
Zézette grandissait et prenait de l'âge ; elle restait l'unique et dernière consolation de la moribonde.Oscar Méténier (1859-1913)
Si elle était restée, cela aurait été pour moi – quoique je n'aime pas à l'avouer, – une consolation, un soulagement.Madame Leprohon (1829-1879), traduction Joseph Auguste Genand (1839-1902)
Avec un cygne, j'aurais, au moins, l'espoir que vous me pondriez des œufs frais, ce qui est bien une petite consolation.Armand Silvestre (1837-1901)
Elle frémissait, mais elle sentait que le souvenir d'avoir rempli son dernier devoir serait pour elle une consolation dans l'avenir.Ann Radcliffe (1764-1823), traduction Victorine de Chastenay (1771-1855)
Elle était expirante, et moi j'étais privé de la pauvre consolation de pleurer à ses côtés.Oliver Goldsmith (1728-1774), traduction Bernard-Henri Gausseron (1845-1913)
Mais il paraissait ne pas trouver en cela de consolation suffisante, et restait embarrassé et troublé.Charles Dickens (1812-1870), traduction Charles Bernard-Derosne (1825-1904)
Cet entretien loin de lui avoir apporté quelque consolation, laissait un poids sur son cœur.Jane Austen (1775-1817), traduction Isabelle de Montolieu (1751-1832)
Le coup qui m'a frappée était complètement inattendu, et m'a laissée sans espérance et sans consolation.Jane Austen (1775-1817), traduction Isabelle de Montolieu (1751-1832)
Je vais souffrir éternellement, mais avec l'espoir que vous m'oublierez, avec le remords d'avoir désiré et recherché votre affection, avec la consolation du moins de n'en avoir pas lâchement abusé.George Sand (1804-1876)
J'ai été trompé et ce fut ma seule consolation ; mais je n'ai pas tout perdu : la nuit venue, j'en ai rêvé.Alexandre Dumas (père) (1802-1870)
Ce serait encore une consolation pour moi si vous pouviez me survivre ; notre troupe affaiblie est réduite à un trop petit nombre pour résister.George Gordon Byron (1788-1824), traduction Paulin Paris (1800-1881)
Mais non, je n'ai pas de consolation en ce monde, ils ont tous été trop bons pour moi !Charles Dickens (1812-1870), traduction Paul Lorain (1799-1861)
Un mensonge trouvé dans son livre serait une vertu... ou au moins une consolation pour ses lecteurs.George Gordon Byron (1788-1824), traduction Paulin Paris (1800-1881)
C'est une affaire qui paraît si désespérée, que la compagnie d'un ami serait du moins une consolation.George Gordon Byron (1788-1824), traduction Paulin Paris (1800-1881)
En considérant la nature de mes disgrâces, vous reconnaîtrez que toute consolation est superflue, puisque tout remède est impossible.Miguel de Cervantès Saavedra (1547-1616), traduction Louis Viardot (1800-1883)
La seule consolation qu'il trouva, c'est qu'il n'avait pas apporté sa tête sur lui ; sans cela les suites auraient pu être bien plus graves.Oscar Wilde (1854-1900), traduction Albert Savine (1859-1927)
Mais c'est une consolation de penser que nous laissons après nous sur la terre des êtres qui seront malheureux comme nous.Walter Scott (1771-1832), traduction Albert Montémont (1788-1861)
Elinor fut si enchantée d'elle et de son héroïsme, que ce fut une consolation pour elle.Jane Austen (1775-1817), traduction Isabelle de Montolieu (1751-1832)
Elle est la cause de bien des peines, il est vrai ; mais c'est aussi une consolation de sentir qu'on la possède.Charles Dickens (1812-1870), traduction Charles Bernard-Derosne (1825-1904)
Afficher toutRéduire
 

définition ancienne (17e siècle)

Ces définitions sont issues du Dictionnaire universel de Furetière, publié en 1690. Il convient de les replacer dans le contexte historique et sociétal dans lequel elles ont été rédigées. En savoir plus.

Définition de « CONSOLATION » s. f.

Discours qui sert à alleger la douleur d'un affligé. Malherbe a écrit de belles consolations à Carithée sur la mort de son mary, à du Perier sur la mort de sa fille, à la Princesse de Conti, &c.
 
CONSOLATION, se dit aussi des choses & des personnes. Le don que le Roy a fait à cette veuve luy a servy de consolation. elle a des enfants bien élevez qui font toute sa consolation.
 
On dit proverbialement, que la consolation des malheureux c'est d'avoir des semblables.
Drôles d'expressions À la bonne franquette À la bonne franquette

À la bonne franquette : sans façon, sans cérémonie. 

Alain Rey 16/02/2020