corvée

définitions

corvée ​​​ nom féminin

Histoire Travail gratuit que les serfs, les roturiers devaient au seigneur.
Obligation ou travail pénible et inévitable. Quelle corvée !
Travail que font à tour de rôle les membres d’un corps de troupe, d'une communauté. Être de corvée.

synonymes

corvée nom féminin

besogne, tâche, travail

exemples

Ces exemples proviennent de sources externes non révisées par Le Robert. N'hésitez pas à nous signaler tout contenu inapproprié. En savoir plus.
Dans la nuit du 17, le capitaine me permit de prendre dix hommes de corvée, avec leurs sabres, pour aller chercher des vivres.Adrien Bourgogne (1785-1867)
Si vous acceptez, vous le rendrez bien content de n'avoir pas à s'acquitter de sa corvée conjugale en m'accompagnant.Honoré de Balzac (1799-1850)
Il y avait deux lieues de champ de bataille à parcourir pour les ramasser, et tous les corps fournirent du monde pour cette pénible corvée.Jean-Roch Coignet (1776-1865)
Veuillez donc me renseigner dans le plus bref délai, et excusez-moi de vous charger de cette corvée que vous a attirée votre bonne lettre de ce matin.Émile Zola (1840-1902)
Considérait-ii comme une corvée la solennité à l'occasion de laquelle ses parents se proposaient sans doute de parader avec lui jusqu'à satiété ?Nicolaas Beets (1814-1903), traduction Léon Wocquier (1821-1864)
Si la place fait défaut, le transport est effectué par des voitures de corvée ou des voitures requises.Félix Chapuis (1853-?)
Elle était encore sous le charme, quand il se leva, ravi d'avoir fini sa corvée, et se retira, avec empressement.Paul Margueritte (1860-1918)
De même, l'amendement évoque le cas des jeunes et suggère de les encourager à participer aux programmes pour la jeunesse en les dispensant de la corvée des visas.Europarl
Râmké était surintendant des travaux, probablement un des chefs de corvée qui bâtirent les grandes pyramides, et appartenait à la classe moyenne.Gaston Maspero (1846-1916)
A ces vexations habituelles se joignent mille avanies accidentelles : tantôt l'on rançonne le village entier pour un délit vrai ou imaginaire ; tantôt on introduit une corvée d'un genre nouveau.Volney (1757-1820)
Il semblait qu'elle se fût mise à sa table en toute hâte, pour s'acquitter de sa douce corvée d'amour comme d'une tâche précipitamment accomplie.Paul Bourget (1852-1935)
Après 1848, la corvée est abolie ; la main-d'œuvre est renchérie ; et nous devons cultiver nous-même.Émile de Laveleye (1822-1892)
Je n'allais plus auprès de lui qu'à mon corps défendant : c'était pour moi une corvée.Pons de l'Hérault (1772-1853)
Pendant qu'elle achèverait ses dévotions, lui se dépêcherait, s'acquitterait de sa corvée ; et l'on se promènerait après, à l'aise, où l'on voudrait.Émile Zola (1840-1902)
Belle corvée, ma foi, que de toucher le bras blanc et potelé d'une jolie femme comme vous l'êtes !Claude Tillier (1801-1844)
On nous fit former les faisceaux, on commande des hommes de corvée pour aller aux vivres et je fus du nombre ; personne ne pouvait rentrer en ville.Jean-Roch Coignet (1776-1865)
Les hommes ne sont pas mauvais au fond, car la corvée était rude et cependant mes pauvres camarades se laissèrent persuader.George Sand (1804-1876)
Un homme de corvée doit m'accompagner pour remplir les tonneaux que nous plaçons sur les bâts.Georges Darien (1862-1921)
Quand la corvée a été faite, mon cap'taine, je me suis mis en position de me retirer.Guy de Maupassant (1850-1893)
Mon mari fait sa tournée en habit noir et en cravate blanche ; une vraie corvée !Louise d'Alq (1840-1910)
Afficher toutRéduire

définition ancienne (17e siècle)

Ces définitions sont issues du Dictionnaire universel de Furetière, publié en 1690. Il convient de les replacer dans le contexte historique et sociétal dans lequel elles ont été rédigées. En savoir plus.

Définition de « CORVÉE, ou Courvée » s. f.

Redevance corporelle qu'on doit à un Seigneur dominant pour quelque droit ou heritage qu'on tient de luy à cette charge. Ce mot, selon Cujas & autres est derivé de corps, quasi corpées, aut opera corporalia, ou à corpore vehendo. Mais Menage le derive de curbada, dont les Auteurs de la basse Latinité se sont servis en cette signification, parce qu'on se courbe en travaillant ; d'autres de courbe, qui signifie deux chevaux qui remontent les bateaux sur la Seine, parce qu'une courbe de chevaux fait une bonne corvée. Ragueau le derive avec plus d'apparence du mot de corps, & de vée, qui est un vieux mot Gaulois signifiant peine & travail. Du Cange dit qu'en la basse Latinité on les a appellés corvatae, curvatae, corveiae, & courbiae, cò quòd praestentur ab iis quos homines de corpore appellabant.
 
CORVÉE, se dit aussi par extension, d'une peine, d'un travail qu'on veut bien prendre en consideration d'un Superieur ou d'un amy, sans en esperer aucun salaire ni avantage.
 
CORVÉE, s'employe aussi en cette phrase : On diroit qu'il fait corvée, pour dire, Il fait cela avec repugnance & lâchement, parce qu'il n'en tirera aucun profit.
Drôles d'expressions Être fleur bleue Être fleur bleue

Pourquoi est-on « fleur bleue » quand on lit des romans à l’eau de rose ?

Stéphane Marie et Nathalie Gendrot 25/05/2021