déplier

 

définitions

déplier ​​​ verbe transitif

Étendre ce qui était plié. ➙ déployer. Déplier une serviette, une carte routière. Déplier ses jambes.

se déplier ​​​ verbe pronominal

Se défaire, s'étendre. Le parachute se déplie pendant le saut. ➙ s'ouvrir.
 

conjugaison

actif

indicatif

présent

je déplie

tu déplies

il déplie / elle déplie

nous déplions

vous dépliez

ils déplient / elles déplient

imparfait

je dépliais

tu dépliais

il dépliait / elle dépliait

nous dépliions

vous dépliiez

ils dépliaient / elles dépliaient

passé simple

je dépliai

tu déplias

il déplia / elle déplia

nous dépliâmes

vous dépliâtes

ils déplièrent / elles déplièrent

futur simple

je déplierai

tu déplieras

il dépliera / elle dépliera

nous déplierons

vous déplierez

ils déplieront / elles déplieront

 

synonymes

déplier verbe transitif

ouvrir, déployer, étaler

allonger, étendre, étirer

se déplier verbe pronominal

s'ouvrir

 

exemples

Ces exemples proviennent de sources externes non révisées par Le Robert. N'hésitez pas à nous signaler tout contenu inapproprié. En savoir plus.
Elle partait ensuite à la hâte, visitait deux ou trois magasins, faisait déplier deux ou trois mille mètres d'étoffes, et n'achetait rien.Octave Feuillet (1821-1890)
Etaient-elles une espèce d'écran qu'il semblait déplier pour cacher son âme ?Jules Barbey d'Aurevilly (1808-1889)
Comme il lui tardait de le déplier, d'en lire le contenu !Henri-Émile Chevalier (1828-1879)
Soranzo fit déplier toutes les voiles et donna le signal du départ.George Sand (1804-1876)
Quels services ne lui ai-je pas rendus, soit pour plier & déplier les marchandises, soit pour tailler l'ouvrage & le coudre ?Robert Estienne (1723-1794)
Le cocher à grosse houppelande bleue bordée de rouge vint déplier le marchepied.Honoré de Balzac (1799-1850)
Il dut prendre dans l'armoire le plan du chemin et venir le déplier sur la table.Émile Zola (1840-1902)
Cependant son cœur continua de battre ; elle eût voulu quitter le tea-room et rentrer à l'hôtel pour déplier au plus vite le papier.Aimery de Comminges (1862-1925)
Et quand elles rentrent le soir, après avoir fait déplier inutilement deux cents mètres de soie, elles sont contentes, elles n'ont pas perdu leur journée.Émile Gaboriau (1832-1873)
Elle pouvait venir avec le papier-monnaie sous ma main, se déplier, se laisser lire...René Boylesve (1867-1926)
Quel mal pouvait-il y avoir à déplier ce papier ?Paul Féval (1816-1887)
Les nuages achevaient de se déplier en l'air, venant toujours de l'ouest, se superposant, empressés, rapides, obscurcissant tout.Pierre Loti (1850-1923)
Quelques jours plus tard, après déjeuner, le comte, qui venait de déplier un petit journal du pays, poussa une exclamation de surprise mêlée d'ironie.Léon de Tinseau (1842-1921)
Elle regardait vaguement les arbres maigres filer le long de la route, les vastes champs se déplier comme des pièces d'étoffes brune.Émile Zola (1840-1902)
Afficher toutRéduire
 

définition ancienne (17e siècle)

Ces définitions sont issues du Dictionnaire universel de Furetière, publié en 1690. Il convient de les replacer dans le contexte historique et sociétal dans lequel elles ont été rédigées. En savoir plus.

Définition de « DESPLIER » v. act.

Estendre en long ce qui étoit plié. Les Marchands desplient librement cent pieces d'estoffe pour en trouver une qui soit au gré des chalands. On dit aussi, Desplier les voiles, les tentes, &c.
 
DESPLOYER, se dit en la même signification. Cette armée marchoit à enseignes desployées. On dit aussi sur mer, Desployer les voiles, desployer le pavillon.
 
DESPLOYER, se dit figurément en choses morales. Cet Orateur a desployé toute son éloquence pour haranguer le Roy. Ce Prince a desployé toute sa magnificence pour paroistre en ce carrousel. On dit aussi, Rire à gorge desployée, pour dire, de toute sa force.
Le dessous des mots Un homme sur deux est une femme Un homme sur deux est une femme

Au-delà de la formule destinée à faire sourire, force est de constater que la moitié des hommes sont des femmes. Cet énoncé est correct grammaticalement et fait pleinement sens, ce paradoxe apparent étant rendu possible par la polysémie du mot homme, qui désigne à la fois un individu de sexe masculin et un mammifère du genre Homo, membre de l’humanité. Des bricolages de fortune ont tenté de contourner cette regrettable polysémie. Des solutions empiriques, telles que la typographie, prétendent distinguer l’homme de l’Homme (de la même manière, et pour les mêmes raisons, que l’histoire du Petit Chaperon rouge et l’Histoire et ses sources). Disons-le tout net, ça ne fonctionne pas.

Marie-Hélène Drivaud 28/05/2020