se dévouer

 

définitions

se dévouer ​​​ verbe pronominal

Se dévouer à : se consacrer entièrement à. Se dévouer à une cause.
transitif Il a dévoué sa vie à la science.
sans complément Faire une chose pénible (effort, privation) au profit d'une personne, d'une cause. ➙ se sacrifier. Ils sont toujours prêts à se dévouer. —  familier Qui se dévoue pour débarrasser la table ?
au passif Être dévoué, tout dévoué à qqn, être prêt à le servir, lui être acquis.
 

conjugaison

pronominal

indicatif

présent

je me dévoue

tu te dévoues

il se dévoue / elle se dévoue

nous nous dévouons

vous vous dévouez

ils se dévouent / elles se dévouent

imparfait

je me dévouais

tu te dévouais

il se dévouait / elle se dévouait

nous nous dévouions

vous vous dévouiez

ils se dévouaient / elles se dévouaient

passé simple

je me dévouai

tu te dévouas

il se dévoua / elle se dévoua

nous nous dévouâmes

vous vous dévouâtes

ils se dévouèrent / elles se dévouèrent

futur simple

je me dévouerai

tu te dévoueras

il se dévouera / elle se dévouera

nous nous dévouerons

vous vous dévouerez

ils se dévoueront / elles se dévoueront

 

synonymes

dévouer verbe transitif

consacrer, dédier, donner, livrer, offrir, sacrifier, vouer

 

exemples

Ces exemples proviennent de sources externes non révisées par Le Robert. N'hésitez pas à nous signaler tout contenu inapproprié. En savoir plus.
Je me sentais si bien capable de me dévouer pour vous, du moins pour quelques-uns d'entre vous.Paul Féval (1816-1887)
Dans mes heures d'abattement le plus profond, j'ai souvent songé que si j'avais quelqu'un à qui me dévouer, je pourrais me montrer encore aussi sage que les meilleurs des hommes.Georges Ohnet (1848-1918)
Puis, l'idée de le marier la passionna, elle rêva de se dévouer, de le donner elle-même à une fille riche.Émile Zola (1840-1902)
Le voisinage en fut révolutionné, on tint conseil, un vieux paysan finit par se dévouer en appliquant une échelle à une fenêtre, pour monter voir.Émile Zola (1840-1902)
Après avoir employé ces invocations (orationes, obsecrationes, implorationes, et encore obtestationes), ils finissaient par dévouer les coupables.Giambattista Vico (1668-1744), traduction Jules Michelet (1798-1874)
Nous sommes de ceux qui leur souhaitaient bien sincèrement la vie sauve, et qui étaient prêts à se dévouer pour cela.Victor Hugo (1802-1885)
Chose étrange, s'il y avait un homme au monde auquel il voulût du bien et pour lequel il eût été prêt à se dévouer, c'était celui qu'il outrageait mortellement.Octave Feuillet (1821-1890)
Saisie d'une généreuse émulation, « elle ceignit ses reins de force et fortifia son bras » pour se dévouer à la mission domestique que lui imposait son mari.Clarisse Bader (1840-1902)
Ce brave enfant écoutait de toutes ses oreilles, prêt à rendre un service, prêt à se dévouer à une périlleuse entreprise.Jules Verne (1828-1905)
Il en a la loyauté parfaite, la courtoisie spirituelle, l'esprit chevaleresque et la généreuse disposition à se dévouer pour des causes perdues.Émile Gaboriau (1832-1873)
Elle a passé, brillamment, son examen de fin d'études, poursuivies entre ses incessantes, ingénieuses façons de se dévouer.Victor Margueritte (1866-1942)
Ma fortune dépasse 15,000 livres de rente ; avec cela je puis me dévouer au malheur, sans ambition, sans espoir de récompense.Ida Saint-Elme (1776-1845)
Un incident de son voyage acheva de le dévouer à cette œuvre, en y intéressant ses plus intimes sentiments.Albert Vandal (1853-1910)
Il me sembla que la dernière illusion de ma vie m'était enlevée, puisque je ne pouvais plus me dévouer à ceux que j'aimais.Ida Saint-Elme (1776-1845)
Heureux, il pense au seul homme qu'il sache malheureux, il pleure et il voudrait se dévouer pour lui.Romain Rolland (1866-1944)
Aujourd'hui, vraiment, il semblerait que les rôles soient changés, et que les femmes doivent se dévouer pour les hommes.Honoré de Balzac (1799-1850)
Mais tout enflammés par les suggestions de la littérature, ils ont proclamé que c'étaient là des sujets très sortables, et qu'il fallait dorénavant s'y dévouer.Robert de la Sizeranne (1866-1932)
En existeroit-il une ombre pour deux ordres qui s'entendroient dénoncer, dévouer à la fureur du peuple, s'ils ne consentoient pas sans réclamation à ce que le tiers auroit voulu ?Jean-François Marmontel (1723-1799)
Il avait rêvé le progrès ; aujourd'hui il allait le faire, ou du moins s'y dévouer.Jules Michelet (1798-1874)
Il faut même, pour être bon, se dévouer au combat ou au supplice contre les vices puissants de ce monde.Alphonse de Lamartine (1790-1869)
Afficher toutRéduire
 

définition ancienne (17e siècle)

Ces définitions sont issues du Dictionnaire universel de Furetière, publié en 1690. Il convient de les replacer dans le contexte historique et sociétal dans lequel elles ont été rédigées. En savoir plus.

Définition de « DEVOUËR » v. neut.

qui ne se dit qu'avec le pronom personnel. Se donner entierement à quelqu'un, soy & les siens. Cet homme est entierement devoüé à un tel Prince. Les Courtisans sont devoüez à la faveur, ne font que ce qui est agreable au Roy & aux Ministres. Un bon Chrêtien doit être entierement devoüé à Dieu. Les Religieux & les Religieuses se devouënt à Dieu d'une maniere plus parfaite. Autrefois toutes les personnes d'une famille mariée se voüoient avec tout leur bien au service d'un Couvent, & s'en rendoient serfs & esclaves ; & quand ils en passoient le contract, ils lioient à leur cou une corde des cloches, pour monstrer qu'ils ne faudroient de se trouver à l'Eglise au premier signal. Ce Docteur s'est devoüé tout à fait à l'estude. Ce mot vient de devotare. Menage.
 
DEVOÜER, se dit aussi d'une ceremonie qui se faisoit chez les Romains, quand un homme se sacrifioit pour la patrie, comme fit Decius, qui aprés s'être devoüé, se jetta à corps perdu sur les ennemis, où il fut tué.
 
DEVOÜÉ, ÉE. part. & adj.
Le dessous des mots En selle, Gisèle ! En selle, Gisèle !

La grande boucle est l’un des événements sportifs majeurs en France.

Marie-Hélène Drivaud 17/09/2020